Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Abonnement libre au Bulletin

le nouveau bulletin de l'Alliance Royale vient de sortir

  new_bulletin-12.jpg

 

 








Pour vous abonner Catégorie:
abonnez-vous

Recherche

Alliance Hauts-de-Seine

L’Alliance Royale est une formation politique fondée en 2001 et regroupant des "citoyens" (habitants de la Cité) convaincus  qu’il est temps de reposer la question des institutions dans le débat politique français. L’Alliance Royale a non seulement pour ambition de faire redécouvrir la monarchie à nos compatriotes, mais également d’inviter la France à préparer son avenir dans ses institutions.

  blasong2.jpg"D'azur à la fleur de lys d'or et à la nef antique d'argent, au chef d'argent chargé d'une fasce ondée d'azur", ainsi se décrit le blason des Hauts-de-Seine créé par Georges Weill.


    "Blason Royal du Pays d'Aunis"

26 décembre 2008 5 26 /12 /décembre /2008 09:43
A Lulo

La "chose" progresse depuis des années.

Cette année encore, j'ai prévenu : "j'irai à la messe de Noël le soir de Nöel !". L'année dernière, j'avais fait le choix d'assister à la messe du 25... et c'était une messe de dimanche ordinaire.

Je me suis renseigné sur l'heure de la messe, l'ai fait savoir, ainsi que l'heure à laquelle il fallait partir pour trouver des places à l'église. Fallait-il choisir la messe de 21h30, et dîner après, ou celle de 23h30 et dîner avant ?

Finalement, à 22h45, je me suis levé, ai annoncé qu'il était l'heure... et je suis parti seul. J'ai même entendu que je "cassais l'ambiance" !

Enfant, je me souviens de Noël chez mes Grands-parents, en Haute Saône. A 8 heures, souper : normal, nous avions faim et le dîner était encore loin ! Ensuite, nous n'avions pas le droit de manger, 3 heures avant la communion. Après le souper; nous préparions le réveillon dans une ambiance excitante et chaleureuse.

A 11heures et demie, départ : mettre les manteaux, de grosses chaussures, sortir dans le froid et la neige, vite monter dans la Traction de mon Père. Les voitures se mettaient en route sur des voies glissantes, avec de mauvais phares... l'aventure ! A l'arrivée, l'église étant au sommet d'une colline, il n'était pas rare de devoir descendre et pousser pour pouvoir garer la voiture.

Au retour, nous avions "mérité" notre festin. Certes, il était au moins 2 heures du matin, mais UNE fois dans l'année, pensez vous qu'un enfant ne puisse veiller ? Je vous affirme bien que si, car aller se coucher aurait supposé découvrir ses cadeaux le lendemain matin et ça, c'est plus qu'un enfant ne peut supporter.

Voilà, c'étaient des Noëls à vous marquer une vie.

Depuis, l'heure de la messe a été avancée : 23 h, 21 h, 19 h, 17 h 30 même pour les enfants. La soirée de Noël est devenue une réunion de famille, et s'il faut partir à la messe en cours de soirée, on "casse l'ambiance".

*

Voilà pourquoi je ne peux accepter d'attendre un retour des "principes", Lulo.

Dans notre monde moderne, ceux ci sont en recul. Le combat est perdu et ce, dans nos propres familles. La république est laïque, la fête de Noël est donc tombée dans le domaine public. Noël est devenu commercial, la population s'échange des cadeaux, qu'a-t on besoin de savoir de plus ?

Définitivement NON, il ne faut pas attendre. Prier ne suffit pas, dans un monde où la morale recule. Conserver une république laïque est la première chose contre laquelle il faut se battre : comment, un Etat qui se déclarerait chrétien ne serait pas capable de respecter des sujets d'autres religions ? Mais pour qui nous prend-on ? Par contre, catholique en France, je veux, moi, être respecté et cela n'est plus le cas.

*

Depuis 200 ans, nous sommes dans un cercle vicieux. Inversons-le ! Nous ne regagnerons pas en un jour ce qui a été perdu, mais faisons en sorte de ne pas en perdre plus (est-ce possible ?), regagnons pièce par pièce, voyons si nous pouvons stopper la décadence (les plus grandes civilisations n'y sont pas parvenues).

Donc, entre la république et la monarchie institutionnelle, je choisis la seconde, et le plus vite sera le mieux.

Partager cet article

Repost 0
Published by Christophe Paillard - dans Humeur
commenter cet article

commentaires

lulo 23/01/2009 17:17

Cher Maître du Blog,Pour une fois, je suis entièrement d'accord avec vous, nous avons fait le tour du sujet!Donc, je ne me lancerais pas dans un commentaire de votre précédent message, bien qu'il y aurait beaucoup de choses à en dire!!! Je me réserve plutôt pour votre dernier article, très prometteur!Je ne releverai que l'accusation de schisme, tellement rebattue depuis 1988, et qui montre l'ampleur des bêtises qu'on peut dire quand on est mal informé."Le schisme est un refus de principe de principe de l'autorité du pape, et non un simple acte de désobéissance". (Abbé Gaudron). Le fait que la FSSPX n'est pas schismatique a été affirmé par de nombreuses personnes autorisées, tant laïques (comte Neri Capponi, professeur de droit canonique) qu'ecclésiastiques (Cardinaux Lara et Cassidy, respectivement en 1988 et 1994).A l'heure où les soit-disant excommunications pourraient être levées, faites-nous la grâce, cher Maître du Blog, de prendre des informations à la source, et de ne pas nous servir du réchauffé, voire du mensonge, dans cette matière comme dans tout le reste!Cordialement,Lulo

Christophe Paillard 22/01/2009 09:19

Cher Lulo,je crois que nous avons tout dit sur le sujet du présent article.Si un lecteur a eu la patience de nous lire, il connaît nos positions.Pour moi, en matière de politique, je préfère la position courageuse de l'Alliance Royale, qui entend profiter de la seule possibilité que nous ayons de nous faire entendre : les élections, puisque l'opinion nous voit comme de vieilles perruques poussiéreuses roulant carrosses.En matière de relgion, je préfère rester fidèle à l'Eglise de Rome, dont le Pape est le Premier évêque, plutôt que d'introduire un schisme. En matière de fidélité à un Roi, constatant que la France n'a plus de roi, j'attend qu'un homme se fasse connaître et s'impose à la France, par son amour pour la France, par son courage, par son engagement. Les descendants capétiens comptent suffisament de princes pour que ce puisse être l'un d'eux, l'aîné de la branche aînée est jeune, il peut l'emporter. Mais l'Histoire depuis la révolution a brisé le déroulement normal de l'héritage automatique du père au fils, ou au neveu le plus proche. Dans l'état actuel de la France et de l'opinion, rien ne se fera sans les Français (désolé !) mais rien ne se fera sans Dieu. Ce qui se fera sera donc bien.Enfin, en matière de pensée politique et d'Histoire des idées, je préfère la lecture d'Yves-Marie Adeline, qui montre l'évolution de la pensée et de l'organisation de la Cité depuis l'Antiquité, pas seulement depuis Clovis, car en définitive la civilisation n'est pas née avec le baptême de Clovis, elle a continué. Sous une autre forme. Sans nostalgie.Et c'est bien ce que je voudrais au XXIè siècle : qu'elle continue, qu'elle ait un avenir, sans nostalgie.Christophe

lulo 22/01/2009 00:25

Vous me permettrez d'ajouter deux textes essentiels en ce jour:http://fr.wikisource.org/wiki/Testament_de_Louis_XVIMessage de Mgr le duc d'Anjou pour le 216ème anniversaire de la mort du Roi Louis XVI.Mon Cousin [M. le duc de Bauffremont], Mesdames et Messieurs, Chers Amis.Les années passent et ne se ressemblent pas. Certaines sont plus joyeuses que d'autres. Le monde change mais certaines fidélités demeurent, telles que celle qui nous réunit pour le 216ème anniversaire de la mort du Roi Louis XVI. Dans l’époque de crise que nous vivons, où beaucoup de fausses certitudes d’hier sont en train d’être remises en cause, quel beau symbole de voir que nous savons encore nous retrouver autour de valeurs. En effet, au-delà de la personnalité si attachante de Louis XVI, notre premier devoir est un devoir de mémoire et de fidélité aux valeurs et aux principes incarnés par la royauté française. Telle est aussi la Mission que se donnent toutes les associations, groupes et organismes qui, comme l’Institut de la Maison de Bourbon se sont voués à cet objectif et que je tiens à remercier pour leur inlassable activité. Louis XVI par son sacrifice, mais aussi par sa vie qu’il a essayé de consacrer totalement au bonheur de son peuple reste pour nous tous un exemple. La lecture de son testament à la fois spirituel et politique doit toujours nous servir de méditation. Rappelons nous ses ultimes paroles, invitation à la bienveillance et au pardon. Par delà la douleur et la solitude qui furent les compagnes de ses derniers jours, il nous a fermement invités, comme son fils à qui il s’adressait, à «oublier toute haine et tout ressentiment ». Nous devons méditer ses paroles empreintes de respect humain et de tolérance. Dans le monde si dur et souvent si plein de pessimisme dans lequel nous vivons, ce message nous éclaire et nous renforce. Il doit nous encourager à conserver les repères que nous ont laissés nos aïeux, repères qui deviennent si importants au moment où le monde semble en manquer. Notre chance n’est elle pas de posséder une tradition vieille de mille cinq cents ans sur laquelle notre pays est construit ? Tradition qui s’incarne dans une famille dont j’assume actuellement les devoirs. Aucun de nous ne sait ce que sera demain, mais nous savons, en revanche, tous que cet avenir sera ce que nous en ferons, sans place à la fatalité. Il est ce que notre volonté voudra qu’il soit. Tel était bien aussi le message de Louis XVI qui, en dernier ressort, s’en est remis à la France dont il souhaitait qu’elle retrouve le sens de ses valeurs et de sa tradition. En ce début d’année, la Princesse Marie Marguerite, notre fille la Princesse Eugénie, et moi-même, nous vous assurons de tous nos souhaits pour notre Pays, pour vos familles et pour tous les Français éprouvés en grand nombre par les temps instables que nous traversons. Que tous les saints de France, que saint Louis, continuent à protéger la France afin qu’elle demeure la grande et puissante nation édifiée par la sagesse et la patience des Capétiens. Louis de Bourbon Duc d’Anjou 18 janvier 2009

lulo 22/01/2009 00:12

Cher Maître du Blog,Le fait que vous jugiez cet entretien instructif, me réjouit, n'était votre agacement!Je n'ai pour ma part pas été déçu, ni par les conciliaires, ni par les républicains, n'ayant pas assez approfondi avant d'accéder à la Tradition et à la monarchie traditionnelle.Bien sûr qu'on ne doit pas être assisté (au sens actuel du terme) et qu'on doit agir, mais entre courir tête baissée et agir prudemment, il y a une petite marge, ce me semble!J'ai parallèlement été déçu, non des idées, mais de leur mise en oeuvre, et découvert la monarchie à travers lectures et réflexions.Attention avec ce genre de raisonnement, on pourrait dire que le communisme, c'est une utopie généreuse, c'est dommage que ça ne marche pas... seulement il faut garder à l'esprit qu'il y a des idées MAUVAISES EN ELLES-MÊMES: Pie XI a ainsi écrit que le communisme est intrinsèquement pervers. Et si vous regardez les écrits des papes sur le libéralisme, de Grégoire XVI à Pie XII, vous risquez d'avoir des surprises..."Bien entendu, dans ce cas, s'il est question de remettre un roi sur le trône, ce doit naturellement être l'aîné de la branche aînée."Tout de même!"Après, on découvre les luttes dynastiques, franchement là encore, c'est une déception et elle vient encore des hommes."Oui, mais... là encore, la vérité ne s'impose pas d'elle-même, et on ne comprend rien aux "querelles dynastiques" si on ne sait pas ce qu'lles cachent, c'est-à-dire des conceptions opposées de la monarchie.Mais l'attitude de l'AR est lâche en la matière: en ne prenant pas position, elle laisse entendre que c'est une question secondaire, et que tous se valent... parce qu'elle ne se donne pas la peine de respecter le droit, un droit que même les républicains reconnaissent.Ce qui compte d'abord, c'est Dieu, puis la France et le Roi.Vous dites respecter la "continuité de la monarchie capétienne". Je vous rappelle d'ailleurs que le dernier souverain carolingien est mort SANS DESCENDANCE.Nous sommes d'accord, la restauration ne peut se faire que par un " "mariage" entre le roi et son peuple.", encore que votre expression laisse entendre que c'est la volonté populaire qui fait loi."L'exemple de l"élection" de Hugues n'est pas si abérrant. Le mode de désignation du roi n'est pas une fin en soi, dès lors que le "contrat" tient et que, comme l'ont fait les capétiens, la règle de succession par primogéniture est ensuite appliquée." Attention! Relativisme! La monarchie ne se fonde pas sur l'idée d'un contrat entre le peuple et le Roi: c'est Rousseau, ça!!! De plus, les Capétiens ont tout mis en oeuvre pour nous débarasser des luttes de pouvoir liées aux élections; ce serait à la fois inconscient et méprisant de remettre à l'ordre du jour ce mode de désignation... Le trône à la loterie, vous avez de belles ambitions pour votre pays!"Le recours à l'élection, pour regrettable qu'il est, ne serait que la conséquence de l'incapacité des Français à choisir naturellement leur prince. Je sais, je sais :"ils n'ont pas à choisir" direz-vous... mais c'est qu'ils ne sont pas du même avis que vous !"Eh bien, justement! Puisque vous convenez que c'est un recours regrettable! Vous vous résignez à des solutions que vous réprouvez, en vous fiant au p'tit bonheur la chance!Je radote, mais comme apparemment vous n'avez pas compris, AUJOURD'HUI NOTRE TACHE CONSISTE A FAIRE AIMER ET CONNAITRE LA MONARCHIE TRADITIONNELLE!!!"Libéralisme ou liberté ? Désolé, je ne suis pas un idéologue. Pas de libéralisme, de socialisme, de capitalisme..; en revanche, Dieu a voulu faire de chacun de nous un Homme libre. Chacun de nous est libre de l'aimer, ou de l'ignorer. Ecoutez (ou lisez) un très beau passage du "Manteau d'Etoiles" d'Yves-Marie Adeline. Dieu nous aime, envers et contre tout, quand bien même nous sommes libres de ne pas l'aimer.Dites cela à un libéral, vous verrez sa tête, et vous verrez la différence entre libéralisme et liberté."Vous avez une notion fausse et très réduite du libéralisme, dont vous ne pourrez vous guérir que par la lecture d'ouvrages sérieux sur la question (Ils l'ont découronné, qui vint d'être réédité, et le Catéchisme de la crise dans l'Eglise). Et de grâce, ne venez pas justifier par la Foi votre libéralisme, et vous me permettrez de préférer Mgr Lefebvre à M. Adeline pour les questions religieuses!"J'ai donc bien dit qu'il pouvait y avoir alliance, dès lors que celle-ci se fait sur le message de l'Alliance Royale.Si au contraire l'Alliance Royale devait choisir de grossir les rangs de tel ou tel mouvement républicain, vous avez ma parole que ce serait sans moi !"Donc, avis à la population, recherche alliance électorale à sens unique...Alors, là, j'essaie de me persuader que c'est de l'humour...Vous croyez sérieusement que ça se passe comme ça???Ce que j'en retient, c'est que vous êtes sur la pente fatale, prêt à vous engager dans n'importe quel marché de dupes pour gagner des places... bravo, quand on voit ce que ça rapporte au FN et consorts, qui ont pourtant encore moins de principes que vous, vous avez bien raison!Allez, n'en jetez plus! Je vous plains sincèrement d'être aussi aveugle, et je crains qu'il ne faille quelques défaites cuisantes et des abandons en fanfare pour vous détromper. En attendant, en tant que catholique, vous feriez bien de vous pencher sérieusement sur la doctrine de l'Eglise, ce la vous évitera le risque de vous "bayrou-iser", ou plutôt en français correct, d'apostasier.Bon courage, Maître du Blog, et bon vent.

Christophe 21/01/2009 18:10

Sur les alliances avec d'autre partis ou mouvements :Puisque nous nous présentons aux élections, il va sans dire que nous cherchons à obtenir la majorité, sans quoi nous perdons l'élection.Ce qui signifie que nous devons AJOUTER à nos voix quelques, pardon, de nombreuses voix supplémentaires, lesquelles aujourd'hui se portent sur des candidats républicains -puisque nous sommes les seuls royalistes.J'ai donc bien dit qu'il pouvait y avoir alliance, dès lors que celle-ci se fait sur le message de l'Alliance Royale.Si au contraire l'Alliance Royale devait choisir de grossir les rangs de tel ou tel mouvement républicain, vous avez ma parole que ce serait sans moi ! Vous pouvez m'en croire, la manoeuvre a déjà été tentée, d'aucuns ayant voulu faire un courant royaliste au sein de leur parti républicain... non, ça n'aurait véritablement aucune raison d'être.