Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Abonnement libre au Bulletin

le nouveau bulletin de l'Alliance Royale vient de sortir

  new_bulletin-12.jpg

 

 








Pour vous abonner Catégorie:
abonnez-vous

Recherche

Alliance Hauts-de-Seine

L’Alliance Royale est une formation politique fondée en 2001 et regroupant des "citoyens" (habitants de la Cité) convaincus  qu’il est temps de reposer la question des institutions dans le débat politique français. L’Alliance Royale a non seulement pour ambition de faire redécouvrir la monarchie à nos compatriotes, mais également d’inviter la France à préparer son avenir dans ses institutions.

  blasong2.jpg"D'azur à la fleur de lys d'or et à la nef antique d'argent, au chef d'argent chargé d'une fasce ondée d'azur", ainsi se décrit le blason des Hauts-de-Seine créé par Georges Weill.


    "Blason Royal du Pays d'Aunis"

17 mars 2009 2 17 /03 /mars /2009 12:06
Très actuel, ce sujet, avec la crise et le débat sur le bouclier fiscal.

Comment ne pas être étonné que, dans notre monde, certains disposent de revenus ou d'une fortune si considérable qu'il leur soit impossible de la consommer, alors que d'autres ne possèdent ni toit ni assiette, ni rien à mettre dedans ?

Incontestablement, on touche ici aux limites intolérables du libéralisme et du capitalisme.

Suis-je en train de faire de la réclame pour un nouveau communisme ? Tout le monde au travail et on partage tout ? Certainement pas, le XXè siècle s'est chargé de vacciner la planète.

Alors quoi ?

Vous est-il déjà arrivé, dans une conversation où l'on évoque le réussite professionnelle d'untel, d'entendre : "c'est normal, il travaille tellement" ?

Peu de choses m'agaçent autant !

Il travaille, certes, mais les autres aussi, ceux qui ne connaissent pas la même insolente réussite, ceux dont vous faites partie... Vous gagnez 2 000, 5 000 € par mois ? Si vous travaillez 70 h par semaine, allez vous gagner 100 000 € ? Bien sûr que non.

"Mais il a tellement de responsabilités, il gère des milliers d'emplois". Et alors ? Si c'était si dur physiquement; il n'y parviendrait pas. Il est à la tête d'une pyramide, qui comporte des collaborateurs sans lesquels il ne peut exister.
Quant à sa responsabilité, s'il est lui-même salarié, elle consiste à obéir aux ordres des actionnaires, à bâtir sa carrière, pour un jour quitter l'entreprise en faisant le saut le plus beau possible vers une nouvelle fonction.

A l'inverse du communisme, je ne vois aucun inconvénient à la réussite et à l'enrichissement de certains. Qu'ils perçoivent de quoi vivre très largement, eux et leur famille avec eux, qu'ils se mettent à l'abri des intempéries, très bien. Mais il y a une limite au raisonnable, un début à l'inutile et au gâchis...

Gâchis, car pendant ce temps d'autres souffrent, et ce n'est pas admissible.
Gâchis, car pendant ce temps l'Etat accumule les dettes, vis-à-vis du système bancaire ou de puissances étrangères, dettes qui rendront la vie de nos descendants encore plus difficile.

Ma proposition, que je ne développerai pas mais sur laquelle j'aimerais vos réactions, consiste à emprunter aux plus fort revenus la part superfétatoire. Un emprunt d'Etat, qui évitera à l'Etat d'aller emprunter ailleurs. Un emprunt qui permettra à l'Etat d'alléger les charges qui pèsent sur les Français et  qui relancera la machine.

Alors, les riches reverront-ils un jour leur argent ? Pour quoi faire ?

Non ? Dans ce cas c'est une confiscation, un impôt...

Peut-être... mais peut-être aussi peut-on, en échange de cette contribution, leur donner un pouvoir, la possibilité de contrôler l'utilisation de cette richesse qu'ils ont mise à disposition.

Sous l'Ancien régime, l'Etat empruntait aux puissants, leur donnait des titres, des charges (et s'arrangeait souvent pour supprimer la dette).

Pas question de faire pour eux une Chambre Haute, pour leur donner un contrôle sur le gouvernement, mais que peut-on encore vouloir quand on a tout ? Honneur et pouvoir. Le premier ne coûte pas cher et le deuxième peut éventuellement faire l'objet d'un collège au sein de l'Assemblée nationale. Solidarité nationale : solidarité économique, solidarité de pouvoir, solidarité sociale.

Partager cet article

Repost 0
Published by Christophe - dans Humeur
commenter cet article

commentaires

lulo 17/03/2009 19:18

Cher maître du blogue,Vous voulez des réactions, voici donc la mienne (... en attente de censure!-Effeacez cela, je vous prie, si vous me publiez!)A la lecture de cet article, il vient immédiatement à l'esprit une interrogation: quelle place faites-vous à la charité, au sens chrétien bien sûr, dans vos idées?Car enfin, quand on raisonne le monde en naturaliste, en excluant absolument l'influence de l'Eglise sur la société civile, on tombe fatalement dans des erreurs bien connues, comme le socialisme: la question de la justice sociale ne se règle pas à coup de lois et d'interventionnisme étatique. Cela s'appelle la centralisation jacobine!Or, ce n'est pas là le rôle de l'Etat, et comme on ne connaît guère de royalistes centralisateurs, ceux qui veulent la décentralisation ferait bien de réfléchir à cela...Par contre, dans une société vraiment chrétienne, précisément comme celle d'Ancien Régime, il est rappelé partout, dans l'enseignement comme dans "l'air ambiant", que la véritable vie chrétienne est faite de tempérance, de modération, et que plus on est aisé, plus on d'obligations (y compris financières) envers la société: c'est un devoir moral.Avant 1789, le moindre notable fait partie d'une confrérie au moins, où il s'occupe d'oeuvres charitables, il s'efforce d'être un protecteur pour tous. C'était imposé sous la "pression sociale", mais le bien se faisait quand même, fût-ce de mauvais gré dans certains cas sans doute.Ca n'a jamais fait disparaître le malheur, bien sûr, (malheur qui est lié à notre nature, est-il besoin de le rappeler?) mais pendant des siècles, combien de misères ont été soulagées, souvent en silence, dans la discrétion, mais réellement?Voilà pourquoi la resturation du Trône doit aller conjointement avec celle de l'Autel, car tout deux s'accordent, ayant en vue le même bien commun.Cordialement,Lulo