Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Abonnement libre au Bulletin

le nouveau bulletin de l'Alliance Royale vient de sortir

  new_bulletin-12.jpg

 

 








Pour vous abonner Catégorie:
abonnez-vous

Recherche

Alliance Hauts-de-Seine

L’Alliance Royale est une formation politique fondée en 2001 et regroupant des "citoyens" (habitants de la Cité) convaincus  qu’il est temps de reposer la question des institutions dans le débat politique français. L’Alliance Royale a non seulement pour ambition de faire redécouvrir la monarchie à nos compatriotes, mais également d’inviter la France à préparer son avenir dans ses institutions.

  blasong2.jpg"D'azur à la fleur de lys d'or et à la nef antique d'argent, au chef d'argent chargé d'une fasce ondée d'azur", ainsi se décrit le blason des Hauts-de-Seine créé par Georges Weill.


    "Blason Royal du Pays d'Aunis"

8 juin 2009 1 08 /06 /juin /2009 17:58

Ainsi donc, tu racontes ici et là ta déception vis-à-vis de la chose politique. 

Cette si noble activité aurait récemment été dévoyée, tant par un Sarkozy à la Rolex flamboyante que par un Bayrou aux arguments sub-ceinture ou une Ségolène dont l’économie du pardon s’apparente à l’incrontrôlable nécessité pour Rocco Siffredi de reproduire l’espèce.

Puis-je rire ?

Je lis deci-delà que, au moins, du temps des Blum, Jaurès, et - allons-y tant qu’on y est - pourquoi pas Mitterrand, la gestion de la Cité avait la noblesse des élans du coeur et des cris du peuple en souffrance.

Puis-je rire ?

La politique telle que nous la connaissons a été inventée dans les soubresauts préparant au parricide de 1793, par d’intelligents hommes de marketing qui ont vu dans la brèche constitutionnelle une extraordinaire opportunité de se tailler une part du gâteau. Point. 

Ensuite, libre à toi d’être assez stupide pour croire en leurs slogans - et je dois avouer que quand on a 12-13 ans, la tentation est grande d’y croire, tellement tout ça fait appel à nos instincts, et pas forcément les meilleurs. 

Bien évidemment, tu peux choisir le déni et ainsi fermer ce petit billet dans un haussement d’épaules. Et pourtant, face it, la politique est une niche marketing comme une autre, une source de richesses personnelles, un vivier d’emplois, bref, un boulot, un job. Re-point.

Ne me sors pas l’agora d’Athènes, stp, nous sommes entre gens sérieux.

La révolution a créé la politique en inventant une alternative à la verticalité de la transcendance : la fraternité humaniste - née dans les loges.

La politique, ce n’est que cela : l’éternelle opposition - violente quand tout va bien, molle quand le marché est creux - entre les tenants de la fidélité transcendantale (Dieu, Son désir, Ses fils, La Loi) et ceux de l’horizontalité humano-centrée (Moi, Mon Désir, Mes Choix, qu’on peut aussi multiplier Nous, Notre Désir, Nos Choix).

Le hasard de la géographie parlementaire a ensuite posé l’étiquette «droite» aux premiers et «gauche» aux seconds.

La droite est par essence conservatrice, puisqu’elle s’inscrit dans la fidélité à ce qui a été reçu. 

La gauche est «de progrès», étiquette flatteuse pour dire «de changement», étiquette elle-même trompeuse pour simplement dire «de mes désirs». La gauche, c’est la tentative permanente d’institutionnaliser, de légitimer, de valider par la loi, par la force du nombre, l’intégralité de mes désirs, de mes caprices, de mes envies, de mes soifs et de mes choix. 

Croire que l’opposition entre droite et gauche relève de choix économiques - capitalisme contre socialisme - est d’une amusante naïveté. Les différences entre la droite et la gauche… sont décidées et définies par la gauche, puisque la droite - la vraie, pas Sarkozy - est ancrée, immuable. C’est donc le point mouvant qui définit la différence, dans une danse qu’on pourrait mesurer en distances euclidiennes. 

Ainsi, certes, à certains moments de notre histoire, le champ de bataille était économique, puisque la gauche l’avait choisi ainsi. Ca fait bien longtemps que le conflit a été déplacé sur d’autres théâtres. Depuis des années, il a glissé sur le comportemental, le paroxysme actuel étant cette extraordinaire escroquerie intellectuelle intitulée «mariage homosexuel». Je pouffe. 

Amis de gauche, rassurez-vous, votre victoire est mécaniquement inéluctable, pour trois raisons :

1. Vous faites appel aux instincts

2. Votre dictature intellectuelle qui «dit le bon» fait qu’il est impossible de revenir en arrière sur vos conquêtes légalo-comportementales

3. La droite n’a rien à construire, rien à opposer, puisqu’elle EST «conservation». 

D’ailleurs, la droite n’existe pratiquement plus. 
Ce que vous agitez en épouvantail comme étant «de droite» est une gauche capitaliste. Prenons votre ami Sarko, par exemple. Allons, soyons sérieux… croyez-vous par exemple qu’il soit «de droite» d’épouser trois femmes de suite ? Croyez-vous qu’il soit «de droite» de militer pour le travail dominical ? Et je peux continuer la liste pendant deux jours…

Alors il y a votre outil favori : Le Pen. Un petit peu d’honnêteté intellectuelle - et un détour par les archives - vous obligera néanmoins à constater que jamais les positions de JMLP n’approcheront le niveau d'ignominie de celles de n’importe lequel de vos héros légendaire de gauche. Escroquerie intellectuelle là aussi. 

Il faut dire ouvertement que les races supérieures ont un droit sur les races inférieures. (...) Je répète qu'il y a pour les races supérieures un droit, parce qu'il y a un devoir pour elles. Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures.
Jules Ferry

Nous n'achetons des esclaves domestiques que chez les Nègres; on nous reproche ce commerce. Un peuple qui trafique de ses enfants est encore plus condamnable que l'acheteur. Ce négoce démontre notre supériorité; celui qui se donne un maître était né pour en avoir.
Voltaire

Nous savons bien que la race juive, concentrée, passionnée, subtile, toujours dévorée par une sorte de fièvre du gain quand ce n’est pas par la fièvre du prophétisme, nous savons bien qu’elle manie avec une particulière habileté le mécanisme capitaliste, mécanisme de rapine, de mensonge, de corruption et d’extorsion.
Jaurès

A vomir, non ? Allez, je t’épargne la suite de la liste. Glissons pudiquement. Tu vas certainement me dire que «c’était un autre temps».

Alors, oui, JMLP est presque de droite, mais lui-même divorcé et remarié, ce qui n’est pas tellement transcendantal, tu l'avoueras. La seule droite, la vraie, serait plus proche d’un Jean Raspail ou d’un Philippe de Villiers… tu vois donc que tu n’as pas d’inquiétudes à avoir, ami de gauche.

Ah… une dernière chose.. Avant de me réduire ad-hitlerum par un magistral «facho, va!», n’oublie pas que le fascisme est une invention de gauche, tout comme le national-socialisme. N’oublie pas - puisque tu vas forcément être tenté de me parler des zeur-les-plu-sombr-de-not-istoir - que l’assemblée qui donna les pleins-pouvoirs à Pétain en 1940 en donnant la mort à la troisième république… était à dominante de gauche. N’oublie pas que l’homme de droite, lui, ne veut qu’une seule chose : que rien ne change. Ce n’est pas Che Guevara : il ne veut tuer personne, il ne veut mettre personne dans des camps. Contrairement aux révolutionnaires français, il ne veut pas faire des savons avec la graisse du corps de ses ennemis ni des sous-vêtements avec leur peau. Tout ça, c’est de la bonne vieille tradition de gauche. Non, l’homme de droite, il veut juste avoir des enfants et leur enseigner la Tradition, leur transmettre l’incroyable héritage reçu depuis des milliers d’années. L’homme de droite ne veut rien changer. Il ne veut pas la guerre. Hitler haïssait la Foi Catholique, il haïssait l’ordre établi, il voulait «que ça change», il s’appuyait sur les masses appauvries. Hitler était typiquement de gauche. Staline l’avait bien compris, qui l’avait reconnu comme l’un des siens.

Bref… ce petit paragraphe, cher ami, pour que tu évites de perdre ton temps avec le kit habituel d’imprécations. 

Ami de gauche, merci d’avoir lu jusque ici. 

Donc, tout ça pour te rassurer après la débâcle d'hier soir : ne sois pas attristé pas quelques mauvais résultats électoraux… chaque jour tu gagnes plus de terrain, jusqu’à la fin de notre civilisation que tu hais tant, parce qu’elle a poussé haut, très haut, des idéaux d’exigence de vie, et que tu n’as pas envie de te faire chier.

Partager cet article

Repost 0
Published by Denis - dans Elections
commenter cet article

commentaires