Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Abonnement libre au Bulletin

le nouveau bulletin de l'Alliance Royale vient de sortir

  new_bulletin-12.jpg

 

 








Pour vous abonner Catégorie:
abonnez-vous

Recherche

Alliance Hauts-de-Seine

L’Alliance Royale est une formation politique fondée en 2001 et regroupant des "citoyens" (habitants de la Cité) convaincus  qu’il est temps de reposer la question des institutions dans le débat politique français. L’Alliance Royale a non seulement pour ambition de faire redécouvrir la monarchie à nos compatriotes, mais également d’inviter la France à préparer son avenir dans ses institutions.

  blasong2.jpg"D'azur à la fleur de lys d'or et à la nef antique d'argent, au chef d'argent chargé d'une fasce ondée d'azur", ainsi se décrit le blason des Hauts-de-Seine créé par Georges Weill.


    "Blason Royal du Pays d'Aunis"

4 juillet 2012 3 04 /07 /juillet /2012 18:31
 Par Julien Péot

 

  • Monsieur le ministre,

 

 

Je suis un jeune citoyen français. J’ai accompli mes devoirs de citoyenneté que sont le recensement, la JAPD et j’ai voté à tout les scrutins depuis ma majorité.

J’ai un grand respect pour l’institution militaire, et pour moi la France est plus qu’un concept vague.

 

Je me permet de vous écrire car j’estime qu’il est de mon devoir de vous interpeller sur un sujet qui a récemment surgi dans l’actualité : la suppression de la force de dissuasion nucléaire, en vue de faire des économies.

 

Je connais la situation budgétaire complexe qui fait l’objet de toute l’attention du gouvernement.

A ce propos, je ne comprends pas le choix d’exclure la Défense des dépenses intouchables, aux côtés de l’Intérieur, de l’Education nationale et de la Justice.

Mais ce n’est pas une bonne solution pour le budget de la nation que de retirer, sur la proposition de M. ROCARD, appuyée par diverses personnalités politique dont M. PLACÉ, à la France sa force de dissuasion nucléaire.

 

Il est toujours facile de s’en prendre à l’armée, que l’on fustige amplement à chacune de ses bévues et que l’on ne félicite qu’à de rares occasions ; citons le 14-juillet ainsi que les cérémonies d’hommages aux soldats morts pour la France comme manifestations du respect de la nation pour son armée. Cette dernière étant une institution discrète (appelée « la Grande Muette » par un certain journal satirique paraissant le mercredi, revendiquant un antimilitarisme périmé), ses succès ne sont que très rarement connus et ses hommes devant garder une réserve stricte, ce qui est normal. Mais il faut que chaque français comprenne combien les forces militaires de son pays contribuent hautement à sa propre sécurité personnelle.

 

La France a vocation a rester une puissance militaire.

Le monde a besoin de la France pour qu’elle rayonne de ses valeurs, et pour cela, il est nécessaire de conserver une crédibilité réelle.

Cette crédibilité passe inéluctablement par des forces militaires performantes et adaptées aux situations auxquelles l’armée se trouve –et où elle est susceptible de se trouver-, sur les différents théâtres d’opération sur lesquels elle est amenée à combattre, en premier lieu le territoire français.

 

 

Vous connaissez bien mieux que moi ces problématiques et je n’ai pas la prétention de vous apprendre quelque chose. Laissez-moi néanmoins vous apporter mon opinion personnelle.

On parle de plus en plus de mutualisation des forces militaires de nos pays, avec nos voisins européens.

Cette solution serait envisagée pour faire passer la pilule de l’abandon de la force de frappe nucléaire nationale, qui rappelons-le, est un gage de sécurité pour les français.

 

Je crois premièrement qu’il sera très difficile de conserver une indépendance vis-à-vis des Etats-Unis dans le cas d’une armée européenne, naturellement inféodée à l’OTAN.

 

En second lieu, je suis contre cette idée d’armée européenne.

Les nations existent.

L’Europe, dont le but premier a été atteint, la paix (et doit être conservé avec vigilance, car il ne s’agit jamais d’un acquis éternel) peut apporter des solutions de coopération économiques, mais pas des transferts de prérogatives régaliennes des nations vers Bruxelles.

 

Dans tout les cas, l’Europe démocratique devra impérativement, vous en conviendrez, consulter directement sa population par référendum avant de prendre la décision de passer à un état fédéral. Et une mutualisation des moyens militaires, éminemment symbolique, ne saurait se faire avant cet aval démocratique. En particulier sur le sujet stratégique de la force de dissuasion nucléaire.

 

Le monde si complexe aujourd’hui, multipolaire, a besoin de valeurs fortes et fermes en faveur de la liberté, de la paix et de la justice.

Et la France, avec ses alliés européens, sans se prétendre être le phare du monde (contrairement à notre comportement postrévolutionnaire vis-à-vis de nos voisins…), doit incarner une force vigilante et agissante pour ces valeurs. Avec la crédibilité d’une force de dissuasion nucléaire indépendante.

 

 

Entendez bien, monsieur le ministre, que ma démarche ne saurait être politicienne et n’est portée que par notre intérêt commun pour la France.

 

Veuillez agréer, monsieur le ministre, l’expression de mes sentiments respectueux.

 

Julien Péot

Partager cet article

Repost 0
Published by Christophe - dans Nos Positions
commenter cet article

commentaires