Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Abonnement libre au Bulletin

le nouveau bulletin de l'Alliance Royale vient de sortir

  new_bulletin-12.jpg

 

 








Pour vous abonner Catégorie:
abonnez-vous

Recherche

Alliance Hauts-de-Seine

L’Alliance Royale est une formation politique fondée en 2001 et regroupant des "citoyens" (habitants de la Cité) convaincus  qu’il est temps de reposer la question des institutions dans le débat politique français. L’Alliance Royale a non seulement pour ambition de faire redécouvrir la monarchie à nos compatriotes, mais également d’inviter la France à préparer son avenir dans ses institutions.

  blasong2.jpg"D'azur à la fleur de lys d'or et à la nef antique d'argent, au chef d'argent chargé d'une fasce ondée d'azur", ainsi se décrit le blason des Hauts-de-Seine créé par Georges Weill.


    "Blason Royal du Pays d'Aunis"

4 avril 2010 7 04 /04 /avril /2010 11:48

Ce jour que fit le Seigneur est un jour de joie, alleluia !

Repost 0
Published by Christophe - dans Actualités
commenter cet article
31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 04:05
 Pour une royalisation de la France

L'organisation SYLM (Support Your Local Monarch) a publié en novembre 2009 un livre blanc sur « le Royalisme en France – état des lieux. » 1738 royalistes ont répondu au questionnaire mis en ligne par l'équipe de SYLM, indiquant le courant politique auquel ils appartiennent, leurs convictions religieuses, leur appartenance syndicale et, plus intéressant encore pour les mouvements monarchistes, leur appartenance ou non à un mouvement royaliste et les attentes du « peuple royaliste ».

Le désamour envers les mouvements monarchistes

Un premier constat s'impose : il existe un véritable désamour des royalistes français pour les mouvements royalistes. Si à peine 14% des sondés appartiennent aujourd'hui à une organisation monarchiste, près de 60% ont été adhérents d'un mouvement. Cette désaffection touche surtout les mouvements d'Action Française, certainement en raison de leur importante et de leur longévité, mais s'étend  à toutes les chapelles royalistes, légitimistes inclus. 
Plusieurs explications sont avancées par les rédacteurs du « livre blanc » : un trop grand nombre de chapelles royalistes, une série quasi-ininterrompue de scissions, dissolutions, fusions malheureuses, querelles internes qui ont touché le microcosme ces 50 dernières années, laissant sur le bord de la route un grand nombre de « frères d'armes » désillusionnés.

Il est assez paradoxal de constater que les mouvements royalistes, premiers à accuser la République de diviser les Français et de conduire inexorablement à la coupure entre le peuple (ou pays réel) et les élites (ou pays légal), ont reproduit en leur sein ces mêmes schémas qu'ils entendaient dénoncer : divisions incessantes, coupure avec la base.

A l'origine de cette incapacité quasi-pathologique du royalisme français à constituer une véritable force politique proposant une alternative crédible au système républicain en place, on retiendra l'explication donnée par le livre blanc qui nous semble la plus pertinente et aller à la source même : le royalisme a donné ces 50 dernières années une image coupée de la réalité, a montré que ses moyens et ses méthodes étaient inadaptés à notre époque et n'a pas su dégager une perspective claire pour mener à bien notre combat. 
Entre certaines attitudes groupusculaires de mouvements éclatés en micro-cercles confidentiels rêvant d'une monarchie « ultra », qui n'a   historiquement jamais existé, et prophétisant dans des fonts de caves le crépuscule de la République et d'autres se consolant de la baisse inexorable du nombre de leurs militants en préparant un « coup de force » qui ne viendrait jamais, le tout mâtiné d'un fantasme de monarchie irréalisable, le royaliste moyen, celui qui vit dans son époque et veut participer, aujourd'hui et maintenant, à la vie politique de la Cité, ne pouvait pas y trouver son compte.

Il ne s'agit pas, pour nous autres, jeunes royalistes du 21ème siècle, de chercher les responsabilités de qui que ce soit. Aurions-nous fait mieux que ceux qui nous ont précédés ? Aurions-nous su éviter les écueils des querelles incessantes ? Ou la déconnexion avec la base monarchiste par des idéologies coupées du réel ? En quelques mots : aurions-nous été meilleurs ?
L'on a le droit de le penser, mais l'affirmer serait franchir un pas, ce que la prudence, et peut-être l'humilité, nous recommandent de ne pas faire.
Il ne s'agit pas de désigner tel ou tel responsable, qu'il s'agisse de personnes ou de mouvements. Mais d'analyser objectivement les faiblesses et les erreurs de ceux qui nous ont précédés afin de ne pas reproduire les mêmes schémas. Pratiquer sur nous-mêmes ce fameux « empirisme organisateur » dont les maurrassiens sont si friands.

L'absence de projet politique et de méthode d'action

L'absence de réelle méthode d'action est probablement le principal facteur responsable de la désaffection des royalistes pour les mouvements supposés les représenter... et mêmes des divisions successives : l'oisiveté étant la mère de tous les vices, il est plus facile de se quereller entre gens du même bord lorsque l'on n'a pas d'objectif précis ni de feuille de route.
Croire à un hypothétique « coup de force » lorsque les effectifs militants des monarchistes n'ont cessé de décroître et leurs idées perdre toute crédibilité est une lubie qui ne pardonne pas. Cela consiste à partir du postulat qu'un Coup d'Etat est possible dans ce pays et que, s'il avait lieu, il se ferait en notre faveur, deux hypothèses qui semblent, surtout concernant la deuxième, contredites par toute analyse sérieuse.
Combien même un coup d'Etat serait possible (dans le cas où la situation deviendrait tellement insupportable pour une majorité de Français, qu'il en deviendrait la seule alternative possible), comment imaginer qu'il puisse se faire en faveur de royalistes dont les idées sont méconnues par une écrasante majorité de la population et prêtent plus à sourire qu'autre chose ?

Si le coup de force a pu jadis être une hypothèse crédible pour renverser la République (tout comme la République s'est elle-même imposée par un coup de force), professer cette solution aujourd'hui revient à donner aux militants, adhérents et sympathisants non pas un programme politique de prise du pouvoir, mais un simple rêve, à les faire caresser une hypothèse dont la probabilité de réalisation ne serait que fluctuante (et serait fonction du degré de déconnexion du réel de celui qui la professerait). 
L'on comprend dès lors que nombre de royalistes se soient lassés de mouvements monarchistes dont  le projet ne reposait que sur l'indéfectible croyance en une « crise », un « clash » ou un « coup de force » qui, tôt ou tard, allait venir. On a fait le même coup aux communistes à qui l'on promettait le paradis terrestre tôt ou tard. La patience humaine a des limites.

Royaliser par l'élection

L'Alliance Royale propose une méthode d'action : « royaliser » le pays par le biais des élections. C'est simple et à la portée de nos moyens. Cette méthode n'est pas exclusive d'autres plus « conventionnelles » : cercles de formation, conférences, militantisme de rue.
L'avantage de l'élection est qu'elle est toujours utile : peu importe le score réalisé par les royalistes, elle permet de faire connaître. La démarche électorale offre un but à court terme qui permet aux militants de se fixer un objectif accessible et dont le résultat ne se fera pas attendre. Là où un but vague et lointain (« rétablir la monarchie absolue de droit divin ») aura tôt fait de décourager des militants (les témoignages présents dans le « Livre Blanc », qu'ils proviennent de légitimistes ou de militants d'Action française, sont à ce titre parfis édifiants), un objectif précis et à court terme (« faire connaître positivement le royalisme par le biais d'une élection »), bien que s'inscrivant, logiquement, dans un but à plus long terme (« restaurer/instaurer la monarchie en France ») a cet avantage qu'il permet de fidéliser les royalistes qui sauront quel objectif immédiat poursuivre et offre une « feuille de route » par étapes successives.

Le vote également est en soi un outil au service de la fidélisation : car s'il peut arriver que certains royalistes convaincus « perdent de vue » leur mouvement, pour des raisons professionnelles ou familiales, le simple fait de voter régulièrement pour un royaliste constitue une forme de « piqûre de rappel, » permet d'affirmer, et donc de réveiller, de raviver, à minima, une conviction qui ne s'exprime, actuellement plus, chez beaucoup de sympathisants monarchistes.
« Pas suffisant, » diront certains. Évidemment, des millions d'électeurs n'égaleront jamais des milliers de cadres et de militants actifs. Mais tout le monde ne peut pas être cadre ou militant. En revanche, tout le monde peut voter.

La formation : élément indispensable du militantisme

Et comme nous le disions précédemment, cela n'est pas exclusif d'une forme plus « traditionnelle » de militantisme : activisme de rue, bien entendu, mais aussi cercles de formation ou conférences, afin d'entretenir et d'enrichir le corpus doctrinal du royalisme, pour que ce dernier ne devienne une coquille vide, une simple « excentricité » sur un bulletin de vote mais demeure une alternative réelle et sérieuse au régime en place.
L'élection et la formation interviennent comme deux formes complémentaires d'un même militantisme royaliste : la formation est indispensable car présenter des candidats royalistes qui n'auraient de différence avec les républicains qu'une simple étiquette n'aurait aucun sens. L'élection, quant à elle, permet aux cadres et aux militants royalistes de rester connectés au pays réel et, ainsi, permettre à la doctrine royaliste, par ce contact aux préoccupations quotidiennes de nos compatriotes, de ne pas se scléroser en de vagues et lointains intangibles dogmes idéologiques sans rapport avec le monde dans lequel nous vivons aujourd'hui, comme cela a pu se voir dans certains mouvements royalistes.

Un projet politique réaliste

S'agissant du projet politique, enfin, il s'agit de ne pas le rendre « lointain » ou « inaccessible » : proposer la restauration ou l'instauration d'une monarchie qui ne serait que la copie pure et simple d'un Ancien Régime souvent imaginaire ou l'incarnation de concepts pertinents au 19ème siècle mais dépassés aujourd'hui ne peut que conduire à penser la royauté comme un régime presque utopique, en tout cas impossible à réaliser dans l'immédiat et donc relégué à une simple « espérance », une forme de « fidélité dogmatique » à un fantasme qui ne trouvera aucune matérialisation concrète dans un projet politique.
La plateforme de l'Alliance Royale propose une monarchie qui est réalisable : suffisamment éloignée des fausses idéologies républicaines pour constituer une alternative crédible, mais prenant en compte les réalités du pays : la situation économique, démographique, sociale... afin de proposer un système qui puisse être accepté demain par une majorité de Français.
En effet, on ne fera pas la monarchie contre le peuple français, mais on la fera parce que, au moins implicitement, celui-ci l'aura souhaitée. La monarchie doit apparaître comme un secours appelé par les peuples de France, et non pas comme une institution arrogante brandissant des lois et des principes éculés : la monarchie est à faire, elle est aussi à refaire. Deux siècles de républiques et d'empires ne seront balayés en une journée et le Roi qui vient ne saurait apparaître comme le « vengeur » qui viendra punir la France pour ses « fautes » mais comme le réconciliateur d'une nation rassemblée autour de son chef légitime.
Les royalistes qui rêvent d'une monarchie qui ne saurait se faire qu'en heurtant frontalement nos contemporains relèvent trop souvent du clan des nostalgiques et des passéistes pour qu'ils méritent la moindre once d'attention.
A l'Alliance Royale, nous avons la faiblesse de penser que l'écrasante majorité des royalistes souhaitent un royalisme qui dialogue avec l'époque actuelle pour construire une monarchie qui puisse se faire demain.

Bien sûr, d'aucuns trouveront la plateforme de l'Alliance Royale « trop parlementaire », « pas assez régionaliste », « trop laïque », « pas suffisamment eurosceptique, » etc.
C'est oublier que la royauté n'est pas un régime fixe : c'est un régime qui a pour avantage de savoir s'adapter avec le temps et de pouvoir évoluer tout en restant fidèle à ses principes fondamentaux. La monarchie, même si elle revenait en France demain, serait amenée à évoluer dans un sens comme dans un autre. Le rétablissement de la monarchie n'a jamais signifié que, demain, le régime prendrait une forme définie et s'y tiendrait pour les siècles à venir. Sinon ce serait une parfaite méconnaissance de l'Histoire de l'Ancien Régime (et, accessoirement, ce serait un parfait mimétisme des idéologies républicaines aux constitutions marbrées.)
La monarchie offre un cadre sain pour servir l'intérêt général. Mais rien ne l'empêche de dégénérer si le roi n'est pas soutenu par des Français compétents au service de l'intérêt général. En sens inverse, rien ne l'empêche non plus d'évoluer vers une forme plus proche de ce qu'était l'Ancien Régime (pays extrêmement décentralisé, sans assemblée nationale) s'il apparaît que le pays se montre favorable (ou tout du moins, ne montre pas d'hostilité) à cette évolution.
La plateforme de l'Alliance Royale est un point de départ qui vise à assainir nos institutions sans gommer d'un trait de plume deux siècles d'Histoire. Elle offre l'avantage de rendre crédible l'idée d'une restauration de la monarchie. Une fois cette dernière de nouveau aux affaires, le « jeu » peut toujours évoluer. C'est au fond l'aspect le plus séduisant (et parfois même assez « inquiétant ») de la monarchie.

Il est du devoir des Jeunes Royalistes d'incarner non pas une nostalgie mais une fidélité, non pas un rêve inaccessible mais un projet, pour que la royauté puisse, demain, être restaurée en France parce que nous demeurons convaincus qu'il s'agit du meilleur régime pour la France.
Et la première étape consiste à redonner  un espoir sérieux à ceux qui, comme nous, veulent un roi au sommet de l'État français, mais n'y croient plus pour de multiples raisons.
Cet espoir, nous pouvons le porter si nous nous en donnons simplement la peine. Il est temps pour le royalisme de sortir des poubelles de l'Histoire, et si nous ne le faisons pas, qui le fera ?

Stéphane Piolenc

Le Royalisme En France, Etat Des Lieux - Editions SYLM - 2009 - 19,95 €
http://assises.monarchiste.com

  
Repost 0
Published by Stéphane Piolenc - dans Question-Réponse
commenter cet article
29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 12:33
Repost 0
Published by Castabé - dans Dessins
commenter cet article
27 mars 2010 6 27 /03 /mars /2010 15:15
Messe du 27 mars :

Férie de carême

1ère lecture : Le Seigneur refera l'unité de son peuple autour du Messie

Ez 37, 21-28
Lecture du livre d'Ezékiel

La Parole du Seigneur me fut adressée : « Tu diras aux gens de ton peuple : Ainsi parle le Seigneur Dieu :

J'irai prendre les fils d'Israël parmi les nations où ils sont allés. Je vais les rassembler de partout et les ramener sur leur terre. J'en ferai une seule nation dans le pays, sur les montagnes d'Israël.

Ils n'auront tous qu'un seul roi ; ils ne formeront plus deux nations ; ils ne seront plus divisés en deux royaumes.

Ils ne vont plus se souiller avec leurs idoles et leurs horreurs, avec toutes leurs révoltes. Je les sauverai en les retirant des lieux où ils ont péché, je les purifierai. Ils seront mon peuple et je serai leur Dieu.

Mon serviteur David régnera sur eux ; ils n'auront tous qu'un seul berger ; ils obéiront à mes décrets, ils observeront fidèlement mes commandements.

Ils habiteront le pays que j'ai donné à mon serviteur Jacob, le pays que leurs pères ont habité. Ils l'habiteront, eux-mêmes et leurs enfants, et les enfants de leurs enfants, pour toujours.

David, mon serviteur, sera leur prince pour toujours. Je conclurai avec eux une Alliance de paix, une Alliance éternelle. Je les rétablirai, je les multiplierai, je mettrai mon sanctuaire au milieu d'eux pour toujours.

Ma demeure sera chez eux, je serai leur Dieu et ils seront mon peuple. Alors les nations sauront que je suis le Seigneur, celui qui sanctifie Israël, lorsque mon sanctuaire sera au milieu d'eux pour toujours. »
Repost 0
Published by Christophe - dans Conférence
commenter cet article
26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 09:02

LE SAMEDI 20 MARS : ASSEMBLEE DES DELEGUES ET ASSEMBLEE GENERALE DE L'ALLIANCE ROYALE

Assemblee-delegues---pause-dejeuner-a-la-chandelle.JPG
Assemblée des délégués : déjeuner aux chandelles


IMGP1608.JPG
Le président Pierre BERNARD

Vote-secret-a-bulletin-leve.JPG
Innovation de l'Alliance : le vote secret à bulletin levé

Conference-Pierre-BERNARD-copie-1.JPG
La conférence du Président, Pierre BERNARD

*

LE DIMANCHE 21 MARS : HOMMAGE A HENRI IV, UNE INITIATIVE DU GROUPE D'ACTION ROYALISTE


Bannieres-au-vent-pour-Henri-IV.JPG
Bannières au vent sur le Pont-Neuf


Annonce-discours-des-Jeunes-Royalistes.JPG
Dominique HAMEL annonce le discours des Jeunes Royalistes


Pierre-AUROUX-Sec-Gen-Jeunes-Royalistes.JPG
Pierre AUROUX, secrétaire général des Jeunes Royalistes


JP-CHAUVIN-Tete-de-liste-Europeennes-dans-l-Ouest.JPG
Jean-Philippe CHAUVIN, tête de liste de l'Ouest aux Européennes

Repost 0
Published by Christophe - dans Activités
commenter cet article
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 17:32
Je vous invite à une visite sur le site jeunes-royalistes.org

http://www.jeunes-royalistes.org/plate-forme-politique-de-lalliance-royale

link
Repost 0
Published by Christophe - dans Nos Positions
commenter cet article
22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 20:53
Puisqu'à présent les douceurs et autre morceaux de bravoure de la campagne des régionales sont derrière nous, je vous propose une version différente de la politique à la française.

Jugez-en :

http://www.jeunes-royalistes.org/images/democratieroyaute.jpg

http://www.jeunes-royalistes.org/espace-militant/multimedias/138-democratie-et-royaute

link
 
Repost 0
Published by Christophe - dans Nos Positions
commenter cet article
22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 08:41
N'importe quoi !

Entendue ce matin, sur France Inter, la chronique de Stéphane Guillon sur Eric Besson, invité dans les studios quelques minutes après.

France Inter, radio de gauche et qui le clame (étonnant, pour une radio publique...).

Eric Besson, que je n'ai aucune envie de défendre, avec son retournement de veste envers les socialistes, envers l'exécrable débat sur l'identité nationale...

Mais les propos, ignobles, clairement diffamatoires, de Stéphane Guillon ! Je souhaite vraiment que Eric Besson, ou une partie civile (je ne sais ce qui est possible), intente un procès envers ce chroniqueur, et envers France Inter qui autorise cette diffusion.

Autorisation au nom de l'absence de censure.
Au nom de l'humour !

Ah ! Sommes nous tombés si bas ? Confondre les mots, les phrases, les hurlements de Stéphane Guillon avec de l'humour, c'est manquer lourdement d'esprit ! Ceux qui l'ont entendu seront d'accord, ceux qui ne l'ont pas fait pourront me croire.

La fin de sa chronique s'est effectuée dans les hurlements à l'accent nazi, au point que l'on ait souhaité que deux gros bras en blouse blanche, munis d'une camisole de force, l'attendent à la sortie du studio.

De l'humour ! Mon Dieu, la vie n'est pas toujours drôle, mais s'il est là, l'humour qu'on nous propose, quelle bassesse.

 
Repost 0
Published by Christophe - dans Humeur
commenter cet article
16 mars 2010 2 16 /03 /mars /2010 22:07

 

 

 Logo-Alliance.jpg

 

L’Alliance royale vous convie

Le samedi 20 mars 2010

A 18h00

 

LE CARRE PARISIEN

1, rue du Général Beuret

75015 Paris

Métro : Vaugirard

 

Pour une conférence de

Pierre BERNARD

Député-maire honoraire

Président de l’Alliance Royale

………………………………………

Sur le thème :

L’IDENTITE NATIONALE

……………………………………..

 

 

Venez nombreux et qu’on se le dise !

 

Contact : secgen@allianceroyale.fr

06 14 51 39 39        02 47 59  67 48

Repost 0
Published by Christophe - dans Communiqués
commenter cet article
15 mars 2010 1 15 /03 /mars /2010 09:01
D'une élection à l'autre, les électeurs font - démocratiquement - gagner un camp, puis l'autre.
Je parle ici de la Droite, ou de la Gauche.
Les composantes de l'un ou l'autre camp sont extrêmement brouillées, changeantes, fragiles, peu fiables.
Démocratie, peut-être, mais est-elle livrée avec le mode d'emploi ?

Mais qu'est-ce qui ne va pas dans notre pays ?

Ah ! Ne me dites pas que ça va, s'il vous plaît, vous ne tromperiez personne. Vous allez me dire "bon, il va encore nous parler du besoin du Roi, on connait le discours".

Oui, oui, bien sûr, mais voyons les choses sous un angle différent :

La France est un pays démocratique (elle a mis longtemps à y parvenir, bien après la révolution), et nous voulons la démocratie.

Pas la démocratie libérale, mais la démocratie équitable.

Pas la démocratie qui confie le pouvoir à l'oligarchie, mais celle qui représente l'ensemble des Français.

Et aujourd'hui, quelle est la première erreur dans le système de désignation des dirigeants de notre pays ?

Quelle est la première division, institutionnelle, sacralisée ?

L'élection présidentielle.

L'exemple est frais, en pleine campagne des Régionales, vous devez l'admettre : un homme, choisi il y a 3 ans par 20% des électeurs exprimés, a mandat de gouverner la France mais reste un chef de parti. Il conserve des amitiés, économiques, financières, artistiques, politiques. Il conserve des inimitiés, voire des haines.

Il est président de tous les Français : ses alliés, ses adversaires, ceux qu'il aime, ceux qui ne l'aiment pas.

L'élection présidentielle est peut-être un bon moyen de gérer les affaires courantes et d'éviter une révolution (à quoi bon une révolution, quand on sait qu'au bout de 5 ans un nouveau plébiscite reconduira ou renverra le président); ce n'est certainement pas un bon moyen de faire avancer la France vers son avenir.

Déduction : le chef de l'Etat ne doit pas être élu au suffrage universel. Il ne doit pas non plus s'autoproclamer, pas question d'un tyran ou d'un dictateur !

Comment donc le désigner ?

http://www.fotosearch.fr/bthumb/CSP/CSP328/k3289486.jpg

Revenons ici sur la nécessité de la désignation des représentants du peuple français par la voie de la démocratie équitable.

A l'issue du processus d'élections et de désignation des représentants, ceux-ci représenteront clairement les forces vives de la Nation (salariés, entrepreneurs, familles, collectivités locales).

Puisqu'il faut un début à tout, nous pourrions demander à ces nouveaux représentants, suivant un processus long qui nous permettra de vérifier la justesse de leur choix, de désigner un chef de l'Etat. Je veux dire par là que ce personnage éminent devra nécessairement concentrer sur sa personne l'estime de chacun d'entre nous, que ce soit par son action, par sa connaissance, par ses idées pour la France à long terme, par son héritage historique aussi peut-être.

Je viens ici par mon "peut-être" de choquer gravement mes amis royalistes, toutes tendances confondues, et je m'en excuse immédiatement, mais je m'explique.

Alors que les royalistes eux-mêmes sont divisés sur la question de la personne du Roi, il me paraît impossible d'annoncer demain au peuple français ébahi : "voici votre Roi, vous ne le connaissez pas, pour certains d'entre nous il est l'Héritier des siècles, pour d'autres il ne l'est pas".

C'est pourquoi il me semble qu'il y a un chemin à faire, grâce auquel notre Roi se fera aimer (oui, j'ai bien écrit "aimer") par les royalistes réunis sur son nom, et par les Français qui apprendront à le connaître.

J'ai indiqué cependant que son héritage historique était à prendre en considération. Est-il indispensable ? Ce n'est pas à moi de le dire. Il est cependant un évident avantage, car dès lors qu'il est question d'instituer en France une monarchie, il ne paraît pas déplacé de la confier à l'héritier d'une famille dont c'est la vocation. Nous jugerons peut-être que c'est indispensable à la pérennité de l'institution.

*

Voilà, le Roi est devenu Roi, les représentants du peuple sont le relai permanent entre le Roi, le gouvernement et la population, la démocratie fonctionne enfin.

A l'avenir, nous laisserons à un processus pluri-séculaire le soin de désigner le successeur du Roi, ce qui nous permettra d'avoir un Roi de tous les Français et nous privera de notre premier sujet de division.

 
Repost 0
Published by Christophe - dans Nos Positions
commenter cet article