Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Abonnement libre au Bulletin

le nouveau bulletin de l'Alliance Royale vient de sortir

  new_bulletin-12.jpg

 

 








Pour vous abonner Catégorie:
abonnez-vous

Recherche

Alliance Hauts-de-Seine

L’Alliance Royale est une formation politique fondée en 2001 et regroupant des "citoyens" (habitants de la Cité) convaincus  qu’il est temps de reposer la question des institutions dans le débat politique français. L’Alliance Royale a non seulement pour ambition de faire redécouvrir la monarchie à nos compatriotes, mais également d’inviter la France à préparer son avenir dans ses institutions.

  blasong2.jpg"D'azur à la fleur de lys d'or et à la nef antique d'argent, au chef d'argent chargé d'une fasce ondée d'azur", ainsi se décrit le blason des Hauts-de-Seine créé par Georges Weill.


    "Blason Royal du Pays d'Aunis"

18 juillet 2009 6 18 /07 /juillet /2009 14:48



Rodolphe, royaliste bien connu des rochelais, a fait la Une du journal Sud-ouest le jour du 14 juillet.

Pour une interview pleine d'humour, Rodolphe pose "en costume" en page de couverture, et fait l'objet d'un article pleine page en page 11.

Pour la petite histoire, Rodolphe est arrivé en vélo, ainsi vêtu, à la rédaction du journal. Imaginez l'ambiance !

Mille bravos, Rodolphe, mais bravo aussi à Sylvain Cottin 'journaliste) et Xavier Leoty (photographe).



Repost 0
Published by Christophe - dans royalistes17
commenter cet article
8 juillet 2009 3 08 /07 /juillet /2009 16:26
Première partie

J'entendais hier le commentaire d'un prof de philo sur la démocratie.

Pour lui, elle est inséparable de la république, puisque par le débat le peuple souverain organise des institutions (la Loi) qui font que le peuple délègue le pouvoir à des représentants, la politique obéissant à la Loi et non à la décision d'un homme seul (comme dans le cas d'un roi, d'un dictateur ou d'un tyran).

Il assimile les monarchies constitutionnelles à une république, puisque le roi y obéit à la constitution, c'est à dire à la Loi.

Toutefois, il signale le danger qu'il y a à porter sur la place publique le débat sur des points de désaccords, afin de les trancher, facilitant ainsi la naissance de clans opposés, de partis, dont l'animosité sera plus grande puisque les divergences ont été évoquées.

Interrogé sur les champs où doivent s'exercer la démocratie, il constate qu'elle ne peut s'exercer au sein de la famille (où les enfants ne peuvent choisir leurs parents, comme on choisit un président), ni à l'école où il y a une relation de professeur à élèves, celui qui dispense le savoir et ceux qui le reçoivent.

Avec des nuances, bien sûr : à l'école, l'élection de délégués des élèves pourra permettre une organisation du travail, tandis que le professeur est maître du travail qu'il demande aux élèves.

Deux points méritent ici mon commentaire : que sait le peuple, qui lui permette de prendre les bonnes décisions ? La somme de nombreuses erreurs ne fait pas une vérité. Le peuple peut donc être comparé à ces élèves, qui organiseront leur vie en commun par l'élection de délégués, tandis que le roi aura le pouvoir du professeur, de celui qui sait. C'est le sens de la plateforme de l'Alliance royale, qui n'a rien inventé puisqu'elle s'appuie sur... la constitution de la Vè répubilque... un président élu pour 5 ans qui est remplacé par un roi, puis un 1er ministre et un gouvernement pour organiser la politique de la France.

Par ailleurs, puisque mettre le débat sur la place publique comporte un risque de durcissement de l'opposition entre les différentes opinions, mais puisque toutefois ce débat est utile, il y a nécessité de placer un arbitre à la tête de l'Etat, qui saura faire cesser les conflits. Certainement pas le président, qui est issu d'un parti, mais bien évidemment le roi.

Deuxième partie

Ce même prof précisait, et je pensais à notre combat de royalistes, que dès lors qu'il y a des partisans de la démocratie, et des opposants à la démocratie; les partisans de la démocratie vont naturellement proposer aux opposants de se mettre autour de la table et d'exposer leur point de vue; dès que les opposants à la démocratie se seront mis à table pour dénoncer la démocratie, ils acceptent celle-ci de facto en acceptant le dialogue.

Un certain nombre d'ultra nous reprochent notre combat électoral, pour cette raison précise. Opposés à la démocratie, ils refusent de se mettre à table pour en parler. Ceci a le mérite d'être clair.

Ce qui l'est moins en revanche, c'est le comportement de soi-disants démocrates, qui pratiquent la fraude et en cela bafouent le démocratie.

Je m'explique :

Lors des élections européennes du mois dernier, nous avons de plus en plus de témoignages de personnes qui ont mis leur bulletin dans l'urne pour "Une France royale au coeur de l'Europe". Le soir au dépouillement, Alliance royale, zéro !
J'en ai encore eu l'information ce WE dans un bureau de vote de La Rochelle : deux suffrages exprimés, résultat zéro.

Dans ce cas, comment pouvons nous compter nos forces ? Avons nous été 4500, 10000, 150000 ? Premier résultat, messieurs les tricheurs, nous savons que nos forces sont sous évaluées mais nous ne savons pas de combien.
Deuxième résultat, vous avez bafoué l'exercice de la démocratie.

En cela, vous vous êtes retirés de la table et, devenant fraudeurs, vous êtes devenus des tyrans.

Nous qui sommes démocrates et qui, par conséquent, nous sommes présentés au suffrage des Français, nous n'acceptons pas ce comportement. Nous souhaitons que la république qui aujourd'hui dirige les débats fasse la lumière sur ces fautes, réprimande les fraudeurs et empêche que cela se reproduise.
Repost 0
Published by Christophe - dans Elections
commenter cet article
3 juillet 2009 5 03 /07 /juillet /2009 18:20
Il existait en France en 1788 un ordre millénaire, dont personne n'imaginait qu'il serait mis à bas dans les années suivantes. Pas même les acteurs de la Révolution eux-mêmes. Le seul qui s'en faisait une idée réelle, c'est précisément le roi Louis XVI, qui s'est rendu compte que :
- le peuple souffrait (comme toujours)
- les nobles dilapidaient leur vie de privilégiés
- les bourgeois, riches et puissants, n'atteignaient pas les rouages de la Société

C'est pourquoi il a su que rien ne sauverait l'ordre.

Comme disait mon grand-oncle, dans une révolution on retourne la canne qu'on a dans la main : le pommeau doré est plongé dans la boue du chemin; le fer pointu est tourné vers le ciel et rien ne change pour la partie centrale de la canne. A part quelques morts, bien sûr mais, comment dirait Jean-Marie, déjà ? un détail ?

On a donc tué les nobles. On a tué plus de roturiers fidèles au roi que de nobles, mais on n'en parle pas parce que c'est moins glamour... et puis, ils étaient plus nombreux, de toute façon.

Et les bourgeois ont pris le pouvoir.

Quand vous regardez le XIXème siècle, vous voyez que le roi n'est plus là pour protéger le peuple; que (une fois les guerres, conséquences de la Révolution, passées) c'est la révolution industrielle, qui profite à qui ? aux bourgeois. Et le peuple ? Il est déraciné, le peuple : il a quitté son village, pour venir s'entasser à la ville, à l'usine, dans les mines, et où il trime (et ses enfants avec lui) pendant des journées sans fin pour ne pas crever de faim. Et il crève de faim. Et il est encore un peu massacré, Cavaignac, Thiers...

Alors aujourd'hui ?

Aujourd'hui, à l'heure ou le pouvoir bourgeois s'appelle capitaliste, où il atteint à l'ordre mondial, où l'on observe que les plus riches sont toujours plus riches, et les plus pauvres plus pauvres (enfin, ouvrez les yeux, lecteurs, ce n'est quand même pas moi qui l'invente !), vous ne voudriez pas que ce même pouvoir bourgeois en rende, ne serait-ce qu'une parcelle, à une monarchie qui lui imposerait des limites ?

Alors, peuple, puisque c'est toi le plus nombreux, puisque tu sais que le roi, le père du peuple, t'as toujours défendu contre les Grands du royaume, et que malheureusement il n'est plus là pour le faire depuis 200 ans, fais donc marcher la démocratie... redonne-toi un roi !
Repost 0
Published by Christophe - dans Humeur
commenter cet article
13 juin 2009 6 13 /06 /juin /2009 13:56

L'Alliance royale a réalisé deux scores ébourifants 13,6% et 11,10%, 

 C'est Alain de Païta qui a attiré notre attention sur le score en Nouvelle Calédonie, voici son message :


 - "L'ile la plus proche du paradis serait-elle aussi la plus proche de la royauté?
Le territoire de Nouvelle Calédonie a fait 0,2 % de voix Alliance Royale, soit le meilleur score de tous les départements de métropole et des TOM-DOM (sauf erreur). Mais en plus, la commune de MARE, petite ile de la Nouvelle Calédonie a fait 38 voix Alliance Royale sur 517 votants, soit 13,6 % !!!! Qui dit mieux ? Je suppose qu'une personne particulièrement concernée a su informer, expliquer et convaincre 37 votants !!!


Bravo, Monsieur de l'ISLE de MARE !!
Prendriez-vous contact avec moi? Je serais honoré de faire votre connaissance et de vous féliciter.
Alain, de PAÏTA "


 Par ailleurs, Yves Méra responsable de Franche-comté nous a signalé le score de Belverne en Haute Saône où l’Alliance arrive à 11,10%


Repost 0
Published by Sandrine - dans Elections
commenter cet article
13 juin 2009 6 13 /06 /juin /2009 07:24

J'ai parfois (pas souvent) entendu : "rétrograde"...

D'après les propositions de l'Alliance royale, que soit bien comprise la similarité entre l’institution royale et la constitution de la Vème république :

Le Général De Gaulle l’a voulu ainsi. Le président de la République est un roi élu pour 5 ans, il a plus de pouvoir que n’importe quel roi dans le passé, y compris Louis XIV.

Un président pense à la prochaine élection. Un roi pense à la prochaine génération.

Est-ce cela, avoir des idées rétrogrades ?

Nous insistons naturellement sur les institutions, plus que sur la politique quotidienne : c’est que nous reconnaissons le travail indispensable des hommes politiques, qui pourraient de la même façon être ministres ou députés en monarchie (ainsi qu’il en est dans les autres pays d’Europe : rétrogrades ?), mais nous souhaitons y ajouter une notion de situation entre le passé et l’avenir.

Repost 0
Published by Christophe - dans Humeur
commenter cet article
11 juin 2009 4 11 /06 /juin /2009 22:48
link
Dimanche dernier a vu les élections européennes et le triomphe commun de l’UMP et des écologistes emmenés par Daniel Cohn-Bendit ainsi que l’effondrement du Parti Socialiste et celui du parti baudruche Modem. Le grand vainqueur du scrutin du 7 juin reste le « parti des abstentionnistes, » ce qui marque le désintérêt de nos compatriotes français et européens pour le « machin » technocratique européiste.

Pour les royalistes, représentés par la bannière des listes de l’Alliance Royale, c’est l’heure du bilan.

Tout d’abord, au niveau des voix, il s’agit de rester modeste : 4244 voix, soit presque 0,025% des suffrages exprimés sur la France entière. Score modeste qui doit cependant être replacé dans des circonstances précises : l’Alliance Royale n’était pas présente dans toutes les circonscriptions (elle n’était pas représentée dans le Nord-Ouest et dans le Sud-Ouest, le ministère de l’Intérieur ayant rejeté au dernier moment la liste proposée dans cette dernière circonscription.) A cela doit s’ajouter la quasi absence d’une couverture médiatique équivalente à celle des autres partis et l’impossibilité financière de fournir des bulletins de vote : les électeurs devant les imprimer eux-mêmes. Dans cette perspective, à laquelle s’ajoute le peu de communication des autorités publiques autour de ces élections dont il semble que le pouvoir ait tout fait pour désintéresser les Français, le score reste modeste mais s’annonce déjà plus prometteur.

Du point de vue de la visibilité ensuite, après plus d’un demi-siècle de léthargie et de lente agonie, cette campagne a permis aux royalistes de quitter l’isolement idéologique dans lequel ils s’étaient confinés, et communiquer leurs idées au pays réel. Ainsi, les tractages se sont multipliés pour faire découvrir à nos concitoyens l’alternative royale à nos concitoyens, plusieurs clips vidéos ont été publiés, dont trois sont passés sur des chaînes nationales. L’Alliance Royale et le Groupe d’Action Royaliste ont été contactés par de nombreux journalistes souhaitant connaître les idées de ces royalistes se présentant aux élections : depuis quand n’avait-on pas connu cela ?

Sur Internet, le nombre de visiteurs quotidiens sur le site du GAR a triplé pendant la campagne et, record du mois, le site de l’Alliance Royale a atteint un pic de 5000 visiteurs unique en une journée avec plus de 20 000 pages vues ! Le clip de l’Alliance Royale produit par le SACR a été visionné plus de 20 000 fois en une semaine, celui produit par France Télévisions publié sur le site de l’Alliance Royale 48 heures avant les élections avait reçu plus de 7000 visites le 7 juin au matin.

On dira que ce succès n’a pas vu de concrétisation dans les urnes. Mais ces élections auront eu un intérêt majeur : les royalistes ont commencé à montrer qu’ils existaient et que l’alternative qu’ils proposent est crédible, une alternative qui n’est pas enfermée dans des dogmes du passé mais propose des solutions à la crise institutionnelle, économique et identitaire que traverse notre pays. L’Alliance Royale a su montrer que les royalistes pouvaient porter un projet pour l’Europe (pour une autre Europe !) au-delà du souverainisme et de l’européisme.

Les élections ne constituent en aucun cas une finalité, encore moins les européennes. Mais force est de constater que, lors de cette campagne, de nombreuses énergies ont su se déployer autour de l’Alliance Royale pour soutenir les candidats monarchistes aux élections et proposer « le vote de la vraie rupture.»

Encouragés par ce succès, sinon dans les urnes, au moins dans le militantisme, l’Alliance Royale et le Groupe d’Action Royaliste remercient tous leurs électeurs et continueront à militer « pour une France royale au cœur de l’Europe. »

Stéphane Piolenc

Repost 0
Published by Christophe - dans Elections
commenter cet article
8 juin 2009 1 08 /06 /juin /2009 17:58

Ainsi donc, tu racontes ici et là ta déception vis-à-vis de la chose politique. 

Cette si noble activité aurait récemment été dévoyée, tant par un Sarkozy à la Rolex flamboyante que par un Bayrou aux arguments sub-ceinture ou une Ségolène dont l’économie du pardon s’apparente à l’incrontrôlable nécessité pour Rocco Siffredi de reproduire l’espèce.

Puis-je rire ?

Je lis deci-delà que, au moins, du temps des Blum, Jaurès, et - allons-y tant qu’on y est - pourquoi pas Mitterrand, la gestion de la Cité avait la noblesse des élans du coeur et des cris du peuple en souffrance.

Puis-je rire ?

La politique telle que nous la connaissons a été inventée dans les soubresauts préparant au parricide de 1793, par d’intelligents hommes de marketing qui ont vu dans la brèche constitutionnelle une extraordinaire opportunité de se tailler une part du gâteau. Point. 

Ensuite, libre à toi d’être assez stupide pour croire en leurs slogans - et je dois avouer que quand on a 12-13 ans, la tentation est grande d’y croire, tellement tout ça fait appel à nos instincts, et pas forcément les meilleurs. 

Bien évidemment, tu peux choisir le déni et ainsi fermer ce petit billet dans un haussement d’épaules. Et pourtant, face it, la politique est une niche marketing comme une autre, une source de richesses personnelles, un vivier d’emplois, bref, un boulot, un job. Re-point.

Ne me sors pas l’agora d’Athènes, stp, nous sommes entre gens sérieux.

La révolution a créé la politique en inventant une alternative à la verticalité de la transcendance : la fraternité humaniste - née dans les loges.

La politique, ce n’est que cela : l’éternelle opposition - violente quand tout va bien, molle quand le marché est creux - entre les tenants de la fidélité transcendantale (Dieu, Son désir, Ses fils, La Loi) et ceux de l’horizontalité humano-centrée (Moi, Mon Désir, Mes Choix, qu’on peut aussi multiplier Nous, Notre Désir, Nos Choix).

Le hasard de la géographie parlementaire a ensuite posé l’étiquette «droite» aux premiers et «gauche» aux seconds.

La droite est par essence conservatrice, puisqu’elle s’inscrit dans la fidélité à ce qui a été reçu. 

La gauche est «de progrès», étiquette flatteuse pour dire «de changement», étiquette elle-même trompeuse pour simplement dire «de mes désirs». La gauche, c’est la tentative permanente d’institutionnaliser, de légitimer, de valider par la loi, par la force du nombre, l’intégralité de mes désirs, de mes caprices, de mes envies, de mes soifs et de mes choix. 

Croire que l’opposition entre droite et gauche relève de choix économiques - capitalisme contre socialisme - est d’une amusante naïveté. Les différences entre la droite et la gauche… sont décidées et définies par la gauche, puisque la droite - la vraie, pas Sarkozy - est ancrée, immuable. C’est donc le point mouvant qui définit la différence, dans une danse qu’on pourrait mesurer en distances euclidiennes. 

Ainsi, certes, à certains moments de notre histoire, le champ de bataille était économique, puisque la gauche l’avait choisi ainsi. Ca fait bien longtemps que le conflit a été déplacé sur d’autres théâtres. Depuis des années, il a glissé sur le comportemental, le paroxysme actuel étant cette extraordinaire escroquerie intellectuelle intitulée «mariage homosexuel». Je pouffe. 

Amis de gauche, rassurez-vous, votre victoire est mécaniquement inéluctable, pour trois raisons :

1. Vous faites appel aux instincts

2. Votre dictature intellectuelle qui «dit le bon» fait qu’il est impossible de revenir en arrière sur vos conquêtes légalo-comportementales

3. La droite n’a rien à construire, rien à opposer, puisqu’elle EST «conservation». 

D’ailleurs, la droite n’existe pratiquement plus. 
Ce que vous agitez en épouvantail comme étant «de droite» est une gauche capitaliste. Prenons votre ami Sarko, par exemple. Allons, soyons sérieux… croyez-vous par exemple qu’il soit «de droite» d’épouser trois femmes de suite ? Croyez-vous qu’il soit «de droite» de militer pour le travail dominical ? Et je peux continuer la liste pendant deux jours…

Alors il y a votre outil favori : Le Pen. Un petit peu d’honnêteté intellectuelle - et un détour par les archives - vous obligera néanmoins à constater que jamais les positions de JMLP n’approcheront le niveau d'ignominie de celles de n’importe lequel de vos héros légendaire de gauche. Escroquerie intellectuelle là aussi. 

Il faut dire ouvertement que les races supérieures ont un droit sur les races inférieures. (...) Je répète qu'il y a pour les races supérieures un droit, parce qu'il y a un devoir pour elles. Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures.
Jules Ferry

Nous n'achetons des esclaves domestiques que chez les Nègres; on nous reproche ce commerce. Un peuple qui trafique de ses enfants est encore plus condamnable que l'acheteur. Ce négoce démontre notre supériorité; celui qui se donne un maître était né pour en avoir.
Voltaire

Nous savons bien que la race juive, concentrée, passionnée, subtile, toujours dévorée par une sorte de fièvre du gain quand ce n’est pas par la fièvre du prophétisme, nous savons bien qu’elle manie avec une particulière habileté le mécanisme capitaliste, mécanisme de rapine, de mensonge, de corruption et d’extorsion.
Jaurès

A vomir, non ? Allez, je t’épargne la suite de la liste. Glissons pudiquement. Tu vas certainement me dire que «c’était un autre temps».

Alors, oui, JMLP est presque de droite, mais lui-même divorcé et remarié, ce qui n’est pas tellement transcendantal, tu l'avoueras. La seule droite, la vraie, serait plus proche d’un Jean Raspail ou d’un Philippe de Villiers… tu vois donc que tu n’as pas d’inquiétudes à avoir, ami de gauche.

Ah… une dernière chose.. Avant de me réduire ad-hitlerum par un magistral «facho, va!», n’oublie pas que le fascisme est une invention de gauche, tout comme le national-socialisme. N’oublie pas - puisque tu vas forcément être tenté de me parler des zeur-les-plu-sombr-de-not-istoir - que l’assemblée qui donna les pleins-pouvoirs à Pétain en 1940 en donnant la mort à la troisième république… était à dominante de gauche. N’oublie pas que l’homme de droite, lui, ne veut qu’une seule chose : que rien ne change. Ce n’est pas Che Guevara : il ne veut tuer personne, il ne veut mettre personne dans des camps. Contrairement aux révolutionnaires français, il ne veut pas faire des savons avec la graisse du corps de ses ennemis ni des sous-vêtements avec leur peau. Tout ça, c’est de la bonne vieille tradition de gauche. Non, l’homme de droite, il veut juste avoir des enfants et leur enseigner la Tradition, leur transmettre l’incroyable héritage reçu depuis des milliers d’années. L’homme de droite ne veut rien changer. Il ne veut pas la guerre. Hitler haïssait la Foi Catholique, il haïssait l’ordre établi, il voulait «que ça change», il s’appuyait sur les masses appauvries. Hitler était typiquement de gauche. Staline l’avait bien compris, qui l’avait reconnu comme l’un des siens.

Bref… ce petit paragraphe, cher ami, pour que tu évites de perdre ton temps avec le kit habituel d’imprécations. 

Ami de gauche, merci d’avoir lu jusque ici. 

Donc, tout ça pour te rassurer après la débâcle d'hier soir : ne sois pas attristé pas quelques mauvais résultats électoraux… chaque jour tu gagnes plus de terrain, jusqu’à la fin de notre civilisation que tu hais tant, parce qu’elle a poussé haut, très haut, des idéaux d’exigence de vie, et que tu n’as pas envie de te faire chier.
Repost 0
Published by Denis - dans Elections
commenter cet article
5 juin 2009 5 05 /06 /juin /2009 23:01
Repost 0
Published by Christophe - dans Son et vidéo
commenter cet article
5 juin 2009 5 05 /06 /juin /2009 08:21
La campagne dans l'Ouest a été forte.

Elle touche, comme ailleurs, à sa fin et nous allons mesurer lundi le résultat de nos efforts.

De vos efforts.

Malgré l'absence de bulletins dans les bureaux de vote, nous sommes davantage connus qu'auparavant, et mieux appréciés : nous attendons donc une progression par rapport à 2004, malgré la présentation d'une liste en moins.

Dans l'Ouest, vous avez pu découvrir (et parfois coller) nos affiches en Bretagne (Brest, Quimper, St Brieuc, St Malo, Vannes, Rennes, Auray, Nantes, etc...); dans les pays de Loire (Sablé, Laval, Le Mans, etc...), en Vendée et Deux-Sèvres (Cholet, Les Herbiers, La Roche sur Yon, Fontenay le Comte, etc...); en Charente et Charente-Maritime (ïle de Ré, La Rochelle, Rochefort et Tonnay-Charente, Saintes, Cognac, Jarnac, Angoulême, etc...); et j'en oublie.



Des centaines de kilomètres, la colle et la brosse à la main, pour que vous puissiez découvrir l'affiche de l'Alliance royale.

Au passage, et sans prétention (ce n'est pas moi qui l'ai réalisée, j'ai donc le droit de complimenter son auteur...), d'avis partagé, cette affiche est incontestablement la plus belle de toutes celles qui ont été posées.

Pas de slogan éculé, pas de photo d'un, trois ou dix personnages connus ou inconnus; juste la France, l'Europe, la fleur de lys; pas de politique politicienne franco-française, mais juste la réponse à la question posée ; vous, Français, quelle place voulez vous pour la France demain en Europe ?

Ne tardez plus, imprimez votre bulletin de vote sur notre site www.allianceroyale.fr 
Repost 0
Published by Christophe - dans Elections
commenter cet article
4 juin 2009 4 04 /06 /juin /2009 12:33
Je demande une explication de texte sur "les idées plus ou moins courtes", mais le reste de l'article se lit.

Nous avons encore du travail devant nous.

link


Un roi pour l'Europe ?

Rodolphe Huguet : « D'autres pays ont bien des rois ». (photo xavier léoty)

Ils n'ont pas de bulletins, mais quelques idées plus ou moins courtes. Pour certains, les mêmes cheveux longs et bouclés que ceux de leurs rois de coeur qu'ils voudraient un jour réinstaller sur le trône. Ainsi, les militants de l'Alliance royale repartent-ils au combat électoral, républicain et européen. Deux Rochelais figurent même sur la liste que le parti royaliste présente dans le grand Ouest.

Chargé de médiation culturelle à la tour de la Chaîne, Rodolphe Huguet - 41 ans - promet pourtant d'être autre chose qu'une simple caricature à fleur de lys (1). « Je suis devenu royaliste lors du bicentenaire de la Révolution française. Aujourd'hui, nous ne réclamons pas un roi pour l'Europe, mais que la France devienne une monarchie institutionnelle, ce qui garantirait son indépendance, notamment culturelle. Contrairement à un président de la République, un roi est en dehors des partis. Je note d'ailleurs que plusieurs pays européens sont toujours des monarchies constitutionnelles, et que ça ne se passe pas trop mal. »

«Imprimez vos bulletins !»

Au niveau national, l'Alliance royale espère faire un peu mieux que les 5 000 suffrages recueillis en 2004.

« Nous avons amélioré notre communication, mais nous ne sommes pas dupes de nos performances. Et comme nous n'avons pas les moyens de financer l'impression de nos bulletins de vote, il faut bien que nos électeurs sachent qu'ils doivent eux-mêmes les imprimer au préalable en se connectant sur notre site internet. »

(1) Avec Christophe Paillard.

Tags : Charente Maritime Politique Élections Partis politiques Actualité
Repost 0
Published by Christophe - dans Elections
commenter cet article