Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Abonnement libre au Bulletin

le nouveau bulletin de l'Alliance Royale vient de sortir

  new_bulletin-12.jpg

 

 








Pour vous abonner Catégorie:
abonnez-vous

Recherche

Alliance Hauts-de-Seine

L’Alliance Royale est une formation politique fondée en 2001 et regroupant des "citoyens" (habitants de la Cité) convaincus  qu’il est temps de reposer la question des institutions dans le débat politique français. L’Alliance Royale a non seulement pour ambition de faire redécouvrir la monarchie à nos compatriotes, mais également d’inviter la France à préparer son avenir dans ses institutions.

  blasong2.jpg"D'azur à la fleur de lys d'or et à la nef antique d'argent, au chef d'argent chargé d'une fasce ondée d'azur", ainsi se décrit le blason des Hauts-de-Seine créé par Georges Weill.


    "Blason Royal du Pays d'Aunis"

27 février 2009 5 27 /02 /février /2009 18:51

Par Jean-Philippe Chauvin :

Depuis quelques mois, les chiffres du chômage ne cessent d’augmenter et cela de plus en plus rapidement : alors qu’on évoquait déjà une catastrophe sociale en novembre lorsque le nombre de chômeurs avait bondi de 64.000, on parle désormais de « choc » ou de «  tsunami social » (Le Monde, 27 février 2009) pour les chiffres de janvier qui annoncent 90.200 demandeurs d’emploi supplémentaires, soit un bond de 4,3 % par rapport au nombre total de chômeurs au mois précédent. Depuis 6 mois, c’est ainsi 296.200 chômeurs de plus en France, avec un bond pour les plus jeunes (moins de 25 ans) de 23,1 % en un an.

 

Derrière la froideur des chiffres, il ne faut jamais oublier qu’il y a des hommes et des femmes, victimes d’une crise née loin d’ici mais sans doute alimentée par un système économique (mais aussi sociétal) capitaliste qui est depuis fort longtemps mondialisé.

 

Dans son livre « L’art du gaspillage » publié dans les années 60, Vance Packard évoque l’une des raisons majeures de la crise que le monde vit aujourd’hui, avec une prescience assez extraordinaire, en s’appuyant sur la situation des Etats-Unis dans les années de l’après-guerre et en signalant que ce modèle est appelé alors à s’étendre rapidement aux pays d’Europe, avec les mêmes risques et conséquences : « Les Américains sont à califourchon sur un tigre. Ils doivent consommer toujours plus, sinon leur admirable machine économique les dévorera. Il faut les inciter à augmenter sans cesse leur consommation individuelle, même s’ils n’ont aucun besoin des produits qu’on leur offre. Leur économie en perpétuelle expansion l’exige. » Ainsi, la formule fordienne du capitalisme contemporain, c’est-à-dire du « Consommer pour produire », montre désormais et gravement ses limites et ses dangers, au détriment de nos sociétés et de nos industries (entre autres) car, dès que la consommation ralentit, c’est tout le système qui se grippe : dans la société de consommation contemporaine, « la consommation doit augmenter sans cesse. Des experts de marchés ont annoncé que le citoyen moyen devra accroître ses achats de cinquante pour cent au cours des douze années à venir, pour ne pas mettre en péril l’économie du pays. »

 

La mondialisation des dernières décennies a étendu ce système aux pays émergents, mais n’a pas fondamentalement changé le principe même de la société consumériste et l’aurait bien plutôt renforcé !

 

Aujourd’hui, le résultat est une double catastrophe, au-delà même de l’économie : catastrophe écologique (prélèvements trop importants sur les matières premières et autres ressources naturelles, végétales comme animales) et catastrophe sociale (déséquilibres sociaux et dépendance totale à l’égard des marchés mondiaux, chômage endémique et même structurel dans les pays développés, etc.).

 

Alors, que faire, à notre échelle, dans notre pays ? La question ne signifie pas que nous nous désintéressions des autres mais simplement qu’aider les « plus proches » est la condition première pour pouvoir, aussi et ensuite, aider les « plus lointains ».

 

Il n’y a pas une solution unique au problème du chômage, mais bien plutôt un faisceau de solutions, complémentaires les unes des autres :

 

1.     un nouvel aménagement dynamique du (des) territoire(s) qui, par l’installation de quelques familles dans des endroits aujourd’hui en déshérence, permet de rouvrir des classes, des commerces, de travailler des terres parfois inexploitées, de prendre le relais des agriculteurs retraités ou sur le départ, de rendre vie à des villages, etc. ;

 

2.     une orientation des industries automobiles vers de nouvelles formes de circulation et de locomotion, par la reconversion de certaines usines en fabrication de véhicules destinés au transport en commun de « moindre quantité » (entre 8 et 20 personnes) ou en automobiles « vertes » grâce à l’exploitation des énergies motrices renouvelables, par exemple ;

 

 

3.     une Education nationale qui ne néglige pas les métiers manuels, ou ne les marginalise pas, comme c’est encore trop souvent le cas, mais les valorise : métiers de bouche, de construction et de rénovation, de la terre, etc. ;

 

4.     la mise en place de véritables filières de reconversion qui permettent aux chômeurs (mais aussi aux autres) de se former dans un autre métier que celui de leur précédent emploi, en particulier dans des secteurs aujourd’hui en forte demande de main-d’œuvre : certaines existent déjà mais restent encore fort marginales et, surtout, pas assez dynamiques et réactives au regard des enjeux actuels ;

 

 

5.     l’interdiction des délocalisations spéculatives des entreprises qui vendent en France leurs produits fabriqués ailleurs (ce qui ne veut pas dire qu’il s’agit d’interdire toute délocalisation : celles qui délocalisent pour fabriquer au plus proche de leurs marchés ne sont pas forcément, en soi, choquantes, sauf si elles entraînent un transfert de savoirs faire et de technologies préjudiciables à notre pays…) ;

 

Ces quelques propositions sont bien sûr susceptibles de débats et tout à fait amendables, et je tiens à souligner que cette petite liste est évidemment incomplète : difficile dans le cadre d’un blogue de tout développer de mes idées sur ce sujet, particulièrement vaste.

 

Mais, au-delà de ces propositions, il paraît nécessaire de repenser le rapport même de nos sociétés à la consommation et de poser la question d’une économie plus équilibrée, d’abord au service des hommes et non d’un système qui ne raisonnerait qu’en termes de profits…

Repost 0
Published by Jean-Philippe Chauvin - dans Actualités
commenter cet article
26 février 2009 4 26 /02 /février /2009 14:22
Repost 0
Published by Christophe Paillard - dans Actualités
commenter cet article
24 février 2009 2 24 /02 /février /2009 19:05
Cet après-midi, zappant sur internet, je tombe sur le titre du journal Le Monde suivant :

"Des royalistes font leur entrée à la direction du Parti socialiste"

Illico, je suis les liens vers les commentaires, et signale fort poliment que le mot "royaliste" servant couramment à désigner les partisans de la monarchie, et plus actuellement les militants et sympathisants de l'Alliance royale, il conviendrait de choisir entre Ségolénistes ou royaliens pour désigner les proches de Mme Royal.

Un peu plus tard, j'ai pu vérifier que mon commentaire n'avait pas été censuré.

Et ce soir, le titre de l'article a changé :

"Des proches de Ségolène Royal font leur entrée à la direction du Parti socialiste"

Je déborde de satisfaction...
Repost 0
Published by Christophe Paillard - dans Humeur
commenter cet article
24 février 2009 2 24 /02 /février /2009 14:43
La crise de 29 ? C'est pour nous un souvenir des livres d'Histoire, c'est du passé, ça ne peut pas se reproduire...

C'est comme la guerre, c'est la der des ders... jusqu'à la prochaine !

Or voilà que, par un mécanisme maintenant facile à comprendre, la crise démarre aux Etats Unis...

Mais, d'avis unanime des experts, elle ne nous touchera pas !

Mais, comme notre génération est la plus maligne de toutes, elle a réussi à lever toutes les barrières économiques mondiales. Pourquoi s'embarrasser ?

En Europe, plus particulièrement, notre génération a institué l'Euro, destiné à défendre notre économie contre... mais contre quoi ? contre le Dollar ?

Donc l'Euro, c'est bien. Il monte, il monte, nos prix montent, ils montent... ce qui ne favorise pas exactement nos exportations. Mais ne pas être pour l'Euro, c'est être ringard, alors soyons...

L'Europe ? La République universelle voudrait bien faire l'Europe, un seul grand Etat, les Etats Unis d'Europe. Les peuples n'en veulent pas ? Qui s'en soucie, puisque les politiques la veulent.

Mais l'impossible arrive.

La crise a traversé l'Atlantique, et le Pacifique, à la vitesse d'Internet... la crise est mondiale. Cela signifie que les entreprises ont d'abord continué à fabriquer, par inertie, et se retrouvent à présent avec un stock pléthorique, qu'il faut bien payer...

Prenant conscience de l'évènement, elles ont cessé de produire : les premiers chômages partiels, avant le chômage tout court.

Des chefs d'entreprise se suicident.

Notre génération n'avait jamais vu ça !

Jusqu'à la crise, nous savions que nos économies étaient en déficit : les USA affichent un trou colossal et nous savions bien qu'en France chaque bébé qui naissait devrait payer 25 000 € pour avoir droit à un berceau.

Alors, si seulement on parvient à réparer la chambre à air, comment voyez vous l'avenir du budget des économies mondiales ? Comment imaginez vous que nous allons 1) revenir à la normale et 2) rembourser nos dettes ?

On n'en prend pas le chemin !

Voilà maintenant des Etats, les premiers, qui étudient sérieusement la possibilité de sortir de l'Euro, qui les empêche de dévaluer... et pourquoi pas de l'Europe.

Notre génération a joué à l'apprenti-sorcier, elle n'est pas la première (sinon nous serions encore en monarchie), elle n'est pas la dernière (c'est bien pourquoi nous devrions vite revenir à la monarchie).

Nous n'avons pas fini de payer.
Repost 0
Published by Christophe Paillard - dans Humeur
commenter cet article
20 février 2009 5 20 /02 /février /2009 15:27
 

Jean-Philippe Chauvin, militant royaliste de tous les combats, ancien candidat à plusieurs élections comme royaliste, sera candidat tête de liste sur la liste "Ouest" de l’Alliance royale aux élections européennes de 2009.

Jean-Philippe Chauvin et sa liste rassembleront les voix pour "Une France royale au coeur de l’Europe" pour les régions de Bretagne, Pays de Loire, Poitou et Charentes.

Repost 0
Published by Christophe Paillard - dans Elections
commenter cet article
18 février 2009 3 18 /02 /février /2009 17:55

Blogue URBVM :
http://unionroyalistebvm.over-blog.com/article-28081747.html


Que veut la Guadeloupe ? Que désirent ses habitants ? On peut se le demander.

Un français habitant là-bas raconte : « Ici, le courant vient de revenir. Il a été coupé sur toute la zone dès la tombée de la nuit. Nous avons pris le temps de faire manger les enfants à la bougie. Puis, nous avons entendu des détonations et des explosions ; nous nous sommes barricadés, en prenant soin de ne pas laisser filtrer de lumière qui révèle notre présence. Il ne fait pas bon être blanc en Guadeloupe en ce moment. Les insurgés utilisent les images de Gaza, expliquant que les guadeloupéens noirs sont comme les palestiniens et que les forces de l'ordre "françaises" sont comme l'Etat d'Israël qui leur tire dessus ».

Voilà ce que les médias républicains n’osent dire… La Guadeloupe est française depuis 1635. Certes, l’Angleterre l’a occupée à plusieurs reprises mais, elle est restée et demeure terre française et département d’Outre-mer les électeurs ayant rejeté, le 7 décembre 2003, à 73 %, le projet de création d'une collectivité unique se substituant au département et à la région qui coexistent sur le même territoire.
Les indépendantistes ont toujours été très actifs et sont, en partie, derrière les derniers troubles. Que faire ?

Garder envers et contre tous ce territoire ? Leur donner l’indépendance ? Alors que les Comores aimeraient revenir dans le giron de la France, les Antilles souhaitent en partir… Alors qu’ils partent.. mais attention, fini le RMI, fini les allocations familiales, chômages et autres… Fini le développement touristique. Il leur faudra se débrouiller seul. Le risque ? devenir comme Haiti !

Il serait intéressant de connaître les avis des habitants de l’ile sur un référendum avec une seule question : « Voulez vous rester Français ? »


Blogue du Poitou :

Excellent article, condensé et qui pose le problème. Ou plutôt LES problèmes.

A la question : "voulez-vous rester Français ?", la réponse est OUI et peut-être n'y a t-il pas nécessité de la poser à nouveau.

A la question : "Y a t-il un problème de niveau de vie aux Antilles par rapport aux autres départements français, la réponse est OUI. Toutefois, le rappel à la comparaison avec Haïti est important : cette île, la plus prospère des Caraïbes avant la Révolution, est devenue la plus pauvre depuis que la France l'a laissée partir.

A la question : "Y a t-il un phénomène de racisme aux Antilles ?", la réponse est mitigée. De mon point de vue, il y en a un, certes, mais il tient davantage à une question économique qu'à une question raciale : les Békés, qui font beaucoup parler d'eux en ce moment, sont tout autant méprisants à l'égard des "petits blancs" que des métisses, mulâtres ou noirs. Question de pouvoir d'achat. Question de pouvoir de l'argent. Orgueil démesuré.
Face à ce pouvoir économique, le peuple antillais souffre du chômage et de bas revenus. Il souffre aussi de ce que les Antilles ne possèdent pas de richesses naturelles ni de capacité de production industrielle. En dehors du tourisme, la production de bananes est subventionnée, sans quoi en raison des prix nous ne verrions pas une seule banane antillaise sur les étals de la Métropole.

Face à une situation apparemment sans issue, pour la raison juste exposée, il est quand même intéressant de constater la disparité de la fortune des Békés, basée sur une économie locale pauvre, et celle des Antillais qui n'ont pas les capacités professionnelles nécessaires pour participer pleinement à l'économie de leurs îles, et dont on peut comprendre le ras-le-bol.

Nous voyons donc apparaître des slogans "la Martinique et la Guadeloupe sont à nous"... et en France des commentaires "s'ils veulent l'indépendance, qu'ils la prennent", mais non, nous ne pouvons accepter ces déclarations :

Les Antillais sont chez eux aux Antilles, certes, mais les Antilles ne leur appartiennent pas ! Elles appartiennent à la France (dont j'ai rappelé qu'elle subventionnait leur économie), c'est à dire à chacun de nous. Elles lui appartiennent depuis plus longtemps que plusieurs départements métropolitains. La France est en quasi totalité responsable de leur peuplement, quelle que soit leur origine ethnique, à l'exception des Indiens Caraîbes qui ont pratiquement disparus.

Nous n'avons donc pas la possibilité de laisser les Antilles s'éloigner de nous, comme le ferait un enfant capricieux : ce serait faire le malheur des Antillais.

Le retour à l'ordre est donc urgent, et l'Etat doit marquer sa puissance. C'est désormais un préalable. Ensuite, il est temps de bâtir une économie juste, qui ne décourage pas l'investissement local (en particulier celui des Békés), qui donne aux Antillais de meilleures qualifications afin de mieux profiter des fruits d'un meilleur travail.

Et dans l'écurie où il ne manquera plus d'avoine, les chevaux ne se battront plus et nous ne parlerons plus de racisme.
Repost 0
Published by Christophe Paillard - dans Actualités
commenter cet article
17 février 2009 2 17 /02 /février /2009 13:19
Les élections européennes se tiendront cette année le dimanche 7 juin.

La méga-circonscription de l'OUEST intéresse 13 départements, à savoir :
- le Finistère
- les Côtes d'Armor
- Le Morbihan
- l'Ille-et-Villaine
- la Mayenne
- la Sarthe
- le Maine-et-Loire
- La Loire-Atlantique
- la Vendée
- les Deux-Sèvres
- la Vienne
- la Charente
- la Charente-Maritime

Nous mènerons campagne dans ces 13 départements et prenons contact en ce sens avec les 13 préfectures.

Le présent blogue vous permettra de vous tenir informés, et nous faisons appel à tous les Français désireux que notre message soit connu de nos compatriotes.

Notre candidat tête de liste a l'expérience de plusieurs élections : vous connaîtrez bientôt son identité et il interviendra lui-même sur ce blogue.

Cette campagne se déploie sur un vaste territoire : nous avons besoin de vous : tractage, collage, participation aux frais, contacts presse, contacts avec la préfecture, projets de réunions, candidates et candidats (nos listes ne sont pas encore totalement closes), etc... il y a forcément un domaine où vous pouvez nous aider.

Pour une France royale au coeur de l'Europe !
Repost 0
Published by Christophe Paillard - dans Elections
commenter cet article
16 février 2009 1 16 /02 /février /2009 17:47
Une association qui expose des oeuvres d'art moderne, et dont je suis sur le fichier à titre professionnel, informe ses correspondants que, jeudi dernier, une bande de jeunes ont fait irruption dans la salle, pendant la préparation de la nouvelle expo, exigeant d'enlever les oeuvres et de leur laisser la place, en solidarité avec les mouvements grévistes étudiants.

Les responsables de l'association, en présence de leur équipe, ont tenté de dialoguer, en s'informant de la réelle revendication de cette action.

15 jeunes s'étaient introduits, 15 raisons différentes ont été données...

Au fil du temps, le ton est monté, les propos se sont faits violents et, la fatigue aidant, les menaces de violence se sont faites plus importantes.

Les jeunes voulaient en fait un local pour "faire la teuf", et celui-là était facile à prendre.

L'épisode a duré... 10 heures !

Jusqu'à ce que l'artiste insiste auprès du président de l'association pour qu'il appelle la police. L'équipe était choquée, fatiguée, et on pouvait craindre des menaces physiques.

Ce qui devait arriver : les forces de l'ordre on déployé un fort effectif, ont embarqué les voyous.

Et là où ça devient incroyable, c'est que le président de l'association est désolé ! Désolé d'avoir appelé la police. Il se demande si c'était justifié. Après 10 heures et le risque de passer la nuit sur place.

Disposant du téléphone d'un des voyous, il l'a appelé le lendemain pour s'excuser, si, si ! Le voyou en question ne pouvant d'ailleurs pas faire passer le message puisqu'il ne connaît pas ses compagnons de prise d'otages.

Et vous, vous aimez l'art moderne ?

Repost 0
Published by Christophe Paillard
commenter cet article
9 février 2009 1 09 /02 /février /2009 11:13
link

Dans une ambiance pré-insurrectionnelle aux Antilles, dans un climat permanent de méfiance inter-raciale, Canal+ a diffusé un reportage dont le titre est déjà orienté :

"Les derniers maîtres de la Martinique"

Il y est question des békés, descendants des premiers colons, qui ont en leur temps développé les îles et exploité les esclaves.

Tout le monde s'accorde sur place à la conscience de la blessure qu'a laissée cette pratique honteuse; les chefs africains qui ont à l'époque vendu les noirs aux négriers n'étant pas plus à absoudre que les blancs qui les ont achetés; bien que toutefois, les seconds étant chrétiens avaient une raison supplémentaire de prendre conscience de l'horreur de cette pratique.

Aujourd'hui, la population noire est la plus nombreuse et voudrait prétendre que ces îles lui appartiennent; la population béké est la plus riche et se satisfait de posséder les richesses (distribution, terres et industrie).

Aussi, fabriquer un reportage orienté, en pareille conjoncture, est-il une faute en un temps où la prudence la plus haute est requise.

Dieu merci, l'esclavage a été depuis longtemps maintenant aboli, il reste donc une population antillaise composée de noirs, de métisses et mulâtres (preuve que les blancs n'ont pas toujours conservé la "pureté de la race") et de blancs. Tous sont Français, mais ne sont pas propriétaires des Antilles, qui appartiennent à la France. Cependant, tous y sont chez eux.

Tendre un piège à un béké est, de la part d'un professionnel du journalisme, une faute déontologique, tout comme accepter une interview sans la préparer est, de la part d'un chef d'entreprise béké responsable une faute qu'il n'aurait pas dû commettre.

Je ne peux m'empêcher de penser -et d'exprimer- qu'une fois évacué le problème du préjugé de race*, que je trouve fabriqué et indigne-, on en revient comme toujours à un problème de classe, à un problème économique, à un problème de niveau de vie et de richesse. Il est vrai de constater que les uns sont riches et que les autres ne le sont pas. C'est ce qui explique les présentes émeutes et grèves sur place.

Dès lors, il faut regarder ce qui autorise cette situation, pourquoi est-elle ainsi dans un ou deux ou trois départements français et pas dans les autres ? Qu'est-ce qui a été fait pour y répondre ? Quel est l'emploi offert, quel est l'emploi accepté, quel est le niveau de rémunération par rapport au reste du pays ?

Enfin, les questions économiques devant être sous le contrôle des autorités politiques, le système de représentation des populations locales est-il équitable ?

Et nous voyons bien ici apparaître l'avantage de la proposition de l'Alliance royale, consistant à élire une assemblée constituée de représentants par collèges.
On y trouverait des assemblées locales, des assemblées régionales et une assemblée nationale, toutes composées de collèges des familles, des salariés et entrepreneurs, d'élus locaux, toutes personnes qui sont le tissu de la société et conscientes des besoins de la population.

Nous en avons encore un exemple ce matin : Yves Jégo, secrétaire d'Etat à l'Outre-mer, en mission de conciliation en Guadeloupe, fait un aller-retour à Paris pour venir prendre les ordres du Premier ministre. Mais pour quelle raison mystérieuse le sort fait aux Antillais est-il différent de celui des autres Français ? Très visiblement, il n'y a pas sur place une assemblée capable de résoudre les problèmes de son propre territoire.

* Préjugé de race : je trouve cette formule imagée plus claire que le simple mot de "racisme". Ce dernier est brutal, accusateur. Le préjugé décrit mieux une situation où un homme, placé en face d'un autre homme, le juge avant même que celui-ci ait bougé, dit ou écrit quoi que ce soit. Cette distinction mise à part, le préjugé n'est pas plus malin, plus justifié ni moins bête que la simple pensée ou attitude raciste.
Repost 0
Published by Christophe Paillard - dans Actualités
commenter cet article
8 février 2009 7 08 /02 /février /2009 13:14


Jeudi 5 février au soir s'est tenue à La Rochelle, la réunion/débat d'information de l'Alliance Royale, sur le thème des élections européennes.

Rdv était pris à 19h avec son pique-nique ou à 20h sans pique-nique.

En l'absence du délégué départemental, excusé, la séance a été tenue par Rodolphe Huguet, qui a distribué les bulletins périodiques de l'Alliance royale, développé les objectifs pour les élections européennes et fait un petit résumé de l'Assemblée Générale.

Plusieurs jeunes gens se sont réunis à cette occasion.

(Vous voudrez bien noter à cette occasion l'apparition du lien vers les "Cafés de l'Alliance", qui vous tiendra informés des réunions dans les différentes régions.)
Repost 0
Published by Christophe Paillard - dans royalistes17
commenter cet article