Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Abonnement libre au Bulletin

le nouveau bulletin de l'Alliance Royale vient de sortir

  new_bulletin-12.jpg

 

 








Pour vous abonner Catégorie:
abonnez-vous

Recherche

Alliance Hauts-de-Seine

L’Alliance Royale est une formation politique fondée en 2001 et regroupant des "citoyens" (habitants de la Cité) convaincus  qu’il est temps de reposer la question des institutions dans le débat politique français. L’Alliance Royale a non seulement pour ambition de faire redécouvrir la monarchie à nos compatriotes, mais également d’inviter la France à préparer son avenir dans ses institutions.

  blasong2.jpg"D'azur à la fleur de lys d'or et à la nef antique d'argent, au chef d'argent chargé d'une fasce ondée d'azur", ainsi se décrit le blason des Hauts-de-Seine créé par Georges Weill.


    "Blason Royal du Pays d'Aunis"

19 octobre 2008 7 19 /10 /octobre /2008 20:31

TRIBUNE

La France a fabriqué une troisième génération d’immigrés qui sifflent son hymne national, qu’elle l’assume mais n’en rejette pas la faute sur les origines lointaines des siffleurs.

KARIM GUELLATY, «franco-tunisien de cœur et d’esprit», auteur d'un Que sais-je sur le droit musulman.

Non les Tunisiens n’ont pas sifflé la Marseillaise, non les Tunisiens ne sifflent pas les hymnes nationaux. De mémoire, aucun match joué par l’équipe de France en Tunisie n’a vu la Marseillaise se faire siffler. La France a fabriqué une troisième génération d’immigrés qui sifflent son hymne national, qu’elle l’assume mais n’en rejette pas la faute sur les origines lointaines des siffleurs. La plupart des siffleurs n’ont jamais mis les pieds en Tunisie, ne connaissent pas l’arabe et en ignorent la culture et les traditions.

Marre d’entendre sur toutes les ondes depuis mercredi matin qu’il est scandaleux que la France ait été insultée ainsi par les Tunisiens. Zidane, Ben Arfa et autres grands joueurs nationaux issus de l’immigration sont français. On ne peut plus français et ils marquent des buts pour la France. Leurs cousins, leurs frères s’ils sifflaient la marseillaise ne sont pas français eux? C’est purement scandaleux, des Français hier soir ont sifflé la Marseillaise, c’est purement scandaleux. Le Tunisien que je suis condamne sans détour et très fermement ces sifflements. Et s’ils avaient été le fait de Tunisiens, je m’en serais platement excusé.

Mais ceux qui ont sifflé sont les mêmes qui fêtaient la victoire à la coupe du monde de 1998, ce sont les mêmes qui ont fêté celle de 2000 à l’Euro, et encore les mêmes qui ont fêté toutes les victoires françaises des phases éliminatoires de 2006. Mais curieusement ceux-là sifflent la Marseillaise quand la France joue contre la Tunisie, le Maroc ou l’Algérie.

Condamnons car il faut condamner, car on doit condamner, mais interrogeons-nous toutefois sur ce paradoxe. Punir il le faut, mais n’est pas curatif. La France doit cesser d’engendrer cette haine contre elle et faire en sorte que ses enfants l’aiment et la respectent. On peut critiquer la France mais on doit la respecter. La France tu la critiques si tu veux mais tu la respectes.

On ne peut pas tenir un discours qui dit tout et son contraire. On ne peut pas demander aux populations aux vagues origines maghrébines (vague dans la tradition et la culture et non dans la couleur de peau ou la religion!) de s'intégrer, de faire partie de la société française, et en même temps, dès que l’un deux commet un larcin, viole la loi, l’ordre public, brûle des bus ou autres actes de violence allant de l’irrespect à la barbarerie, on ne peut pas alors les qualifier de gens «des quartiers», de jeunes «immigrés» et pire de «jeunes Maghrébins».

Dans les manifestations, les voyous sont appelés des casseurs, car c’est littéralement ce qu’ils font. Les écolos qui détruisent les plantations transgéniques et détruisent donc le bien d’autrui sont qualifié de faucheurs volontaires (y a-t-il des faucheurs involontaires?) et c’est également littéralement ce qu’ils font. Les voyous qui sifflent l’hymne dans les stades sont des voyous volontaires mais là curieusement ils deviennent Tunisiens ou Maghrébins ou immigrés. Les bus brûlés dans les banlieues sont des émeutes de la population immigrée et non pas des destructions de biens d’autrui par des brûleurs volontaires ou des actes de dégradations par des casseurs.

Je ne veux pas mettre sur le même plan les faucheurs volontaires et les voyous qui brûlent des bus, là n’est absolument pas mon propos et j’ai un minimum de discernement qui me permet de graduer les délits. Mais c’est la manière de traiter l’information que je voudrais mettre en exergue.

Mardi pendant la Marseillaise, au stade de France, j’ai été en colère et j’ai eu doublement honte. En colère parce que l’hymne de mon pays s’est fait siffler. Honte une première fois parce qu’elle l’a été par des Français, et honte une deuxième fois parce qu’on a attribué le méfait aux Tunisiens.

Il y a un vrai problème et il faut le régler. Mais pour ce faire, entendons-nous déjà sur la définition du problème. Depuis des décennies, la classe politique essaye d’apporter des réponses aux problèmes des banlieues. En vain. Et pour cause, elle ne s’attaque pas aux problèmes, elle s’attaque aux symptômes.

Ne nous méprenons plus, le chômage ou la violence ne sont pas le problème, ils sont des symptômes. Les soigner, ou tenter de le faire, c’est bien, mais le mal continu à se propager, à s’entendre. Jusqu’où? Jusqu’à quand? Parlons en.

Repost 0
Published by Karim Guellaty - dans Actualités
commenter cet article
17 octobre 2008 5 17 /10 /octobre /2008 16:22

 

 

 

 


 

 

Pour donner consistance à son slogan de campagne « travailler plus pour gagner plus », Nicolas Sarkozy à demandé à son ministre du travail, Xavier Bertrand, de se pencher sur la question de la libéralisation du travail le dimanche pour les salariés « volontaires ».

 


Prétextant un récent sondage qui indique que 62% des Français y sont favorables, le gouvernement devrait présenter au printemps 2008 une proposition de réforme de la loi de 1906 qui interdit le travail le dimanche.


Cette réforme est inacceptable !

Le dimanche est un jour privilégié. C’est une journée sacrée pour les Chrétiens, bien entendu, mais c’est aussi un jour privilégié pour les familles. Laisser la société de consommation s’emparer du dimanche privera beaucoup de Français de la dernière chance qu’il leur restait de se retrouver en famille de façon régulière et de s’y épanouir.

Cette réforme est aussi une ineptie économique et sociale. De grandes enseignes prétendent que cette mesure est une chance pour l’économie française : on se doute bien qu’elles y trouveront leur compte. Or, quand on sait qu’un emploi créé en France dans la grande distribution en détruit quatre dans le commerce de proximité, on voit bien que des milliers d’emploi seront perdus. En outre, le commerce de proximité sera encore affaibli, quand il n’aura pas tout simplement disparu. Et cette réforme ne créera aucune croissance puisqu’elle se bornera à redistribuer vers les grandes surfaces une clientèle dont le budget n’aura pas pour autant augmenté.

Enfin, cette mesure est une menace pour les salariés. Sous la pression du marché, des milliers d’entreprises seront contraintes d’ouvrir le dimanche pour rester compétitives. Si bien qu’à côté d’une minorité de vrais volontaires, des millions de personnes seront forcées de travailler le dimanche. Au bout du compte, ceux qui ne s’y soumettront pas y perdront financièrement ou bien risqueront d’être licenciés.


L’Alliance Royale pour une société plus juste.

L’Alliance Royale s’oppose à ces pratiques de massification de l’économie, de réduction des repères à la simple valeur de consommation, et de favoritisme vis à vis des grands groupes commerciaux. L’Alliance Royale veut redonner à notre vie sociale, familiale et économique son caractère humain, authentique et équitable. Il est urgent d’y penser !

Repost 0
Published by Alliance royale - dans Nos Positions
commenter cet article
11 octobre 2008 6 11 /10 /octobre /2008 11:26
Et voilà, après l'effondrement du bloc communiste, c'est le capitalisme qui connait une crise grave.

Je ne m'appesantirai pas sur les chiffres, dont nous disposons largement sur tous les média : 700 milliards, 1200 milliards pour sauver la finance mondiale; plusieurs fois le budget militaire américain en Irak; tellement plus que le nécessaire pour lutter efficacement contre la faim dans le monde...

Mourez de faim en Afrique... continuez à mourir.
Soyez un entrepreneur qui ne parvient plus à payer l'URSSAF, vous comparaîtrez en coupable devant un jury du Tribunal de commerce.
Soyez un acteur de la finance, participant (à votre échelle) à un désastre financier mondial : on mobilise pour vous les capitaux internationaux.

Qui va payer ? Les gouvernements ? C'est à dire les citoyens, bien entendu.
Si on laissait le système financier faire faillitte, ce seraient les entreprises qui perdraient leurs financements... et les investisseurs, petits ou grands, qui perdraient leurs avoirs.

Mais aujourd'hui, la bourse repose bien sur la valeur des entreprises ? Qu'est-ce que c'est que ces traders qui se font des frayeurs, que signifient ces valeurs qui montent, qui baissent surtout en ce moment, sans base réelle ?

Alors, pour éviter la faillitte du système, on va injecter des milliards.

Et demain (ou après demain), quand la bourse va remonter, car elle remontera, c'est cyclique, est-ce que les sociétés finacières vont rembourser ces milliards ?

Autrement dit, s'agit-il d'un don, s'agit-il d'un prêt ? Ou s'agit-il de nationalisations ?
Repost 0
Published by Christophe Paillard - dans Actualités
commenter cet article
9 octobre 2008 4 09 /10 /octobre /2008 23:16
 

Bonjour à tous,

 

En écoutant les informations télévisées, un sujet à retenu mon attention.

 

Les plus hautes instances de la république de Russie, (régime très démocratique comme l'on sait) après avoir rétablie la religion chrétienne orthodoxe, après avoir rendu les honneurs aux tombeaux de la famille impériale, viennent de réhabiliter le Tsar Nicolas II et toute sa famille !!!

 

Encore plus, les autorités expliquent que la mise à mort de tous les membres de la famille, par les Bolchéviks, était injustifiée.

 

Première remarque : On ne peut que s'étonner que la république française - soit disant patrie des droits l'homme - n'a jamais fait une telle démarche d'honnêteté historique et de remise en question par rapport à Louis XVI, Marie-Antoinette, leurs enfants, mais aussi envers les centaines de milliers de victimes de la république française dont la très grande majorité furent "des gens du peuple".
 
Deuxième remarque : Lousi XVI à perdu sa vie en grande partie pour avoir voulu protéger l'église catholique jusqu'au bout. Selon l'article qui suit, l'église orthodoxe a cannonisé et reconnu comme martyrs les membres de la famille impériale russe alors qu'il s'agit pourtant d'un assassinat politique. Qu'a fait l'église catholique pour Louis XVI et sa famille ? ........  RIEN !     Ah si !   Elle a élevé Nicolas Sarkozy au titre de Chanoine de st Jean de Latran ...

 

note : je ne suis pas spécialiste de la Russie, mais je pense que la grande Duchesse Maria Vladimirovna Romanov, dont il est question dans l'article, est bien l'héritière légitime du trône impérial de Russie. Son fils Georges est né en 1981.

 

 

 

 

 

Article de presse :

 

Le tsar Nicolas II et sa famille réhabilités par la justice russe
 
 
Par Victoria LOGUINOVA AFP - Mercredi 1 octobre, 16h46

MOSCOU (AFP) - La Cour Suprême de Russie a réhabilité mercredi le dernier tsar russe Nicolas II et sa famille, les jugeant victimes de la répression politique bolchevique, une décision longtemps attendue et saluée par les descendants de la famille impériale et l'Eglise orthodoxe russe.

"Le Présidium de la Cour Suprême (la plus haute juridiction de Russie, ndlr) a reconnu les répressions contre le tsar Nicolas et sa famille comme injustifiées et a décidé de les réhabiliter", a indiqué à l'AFP le porte-parole de la Cour.

La justice a ainsi répondu favorablement à une plainte déposée en 2005 par l'avocat de la Grande Duchesse Maria Vladimirovna, qui vit à Madrid et affirme être l'héritière de Nicolas II.

"La Grande Duchesse a exprimé sa joie et sa satisfaction", a indiqué à l'AFP son représentant en Russie, Alexandre Zakatov, la décrivant comme "heureuse" car "elle a toujours été convaincue que cette question serait réglée en Russie et refusait de s'adresser à des tribunaux internationaux".

"Il s'agit d'une décision définitive qui ne peut être contestée", s'est aussi réjoui l'avocat de la Grande Duchesse, Guerman Loukianov, soulignant que sa cliente n'avait pas l'intention de réclamer la restitution des biens impériaux.

Ivan Artsichevski, représentant d'une autre branche de descendants des Romanov en tensions avec Maria Vladimirovna, a lui aussi salué la décision, tout en minimisant sa portée.

"Le fait que l'Etat russe a reconnu sa responsabilité pour ce meurtre est un pas vers un repentir général et la réhabilitation de toutes les victimes innocentes" des bolcheviks, a estimé M. Artsichevski, joint par l'AFP.

Mais selon lui, la réhabilitation avait déjà eu lieu de fait, lorsque les restes du tsar et de sa famille ont été solennellement inhumés en 1998 à Saint-Pétersbourg et lorsque l'Eglise orthodoxe les avait canonisés en 2000 comme martyrs.

Son association de descendants "n'a jamais songé à obtenir un quelconque document officiel de réhabilitation, car l'essentiel est que Nicolas II (...) soit réhabilité dans les coeurs et les esprits du peuple russe", a-t-il ajouté.

L'Eglise orthodoxe russe a salué une décision que redonne "la priorité de la loi et restaure la continuité historique".

La réhabilitation a en revanche été dénoncée par les communistes russes.

"Reconnaître que nos ancêtres ont eu tort (de fusiller le tsar, ndlr), c'est au minimum un manque de respect", a affirmé le numéro deux du PC, Ivan Melnikov, cité par l'agence Ria Novosti, estimant que ce jugement "sera tôt ou tard corrigé".

"Ce ne sont pas les bolcheviks" qui ont exécuté le tsar, mais "tout le peuple travailleur", a-t-il asséné.

Nicolas II, son épouse et leurs cinq enfants avaient été faits prisonniers, puis exécutés par la Tcheka, la police politique de Lénine, le 17 juillet 1918 à Ekaterinbourg, dans l'Oural.

La plainte de la Grande Duchesse Maria Vladimirovna avait été rejetée à plusieurs reprises, mais elle avait toujours fait appel.

La Cour Suprême de Russie avait statué en novembre 2007 que Nicolas II et sa famille ne pouvaient pas être réhabilités, arguant de "l'absence du verdict" émis par les bolcheviks. C'est cette décision qui a été renversée mercredi par le présidium de la même Cour.

Le tsar, son épouse et trois de leurs filles, Olga, Tatiana et Anastassia, ont été solennellement inhumés en 1998 à Saint-Pétersbourg.

En juillet, le parquet russe a annoncé, tests ADN à l'appui, avoir identifié les ossements de deux autres enfants du tsar, découverts en 2007 près d'Ekaterinbourg, ceux du tsarévitch Alexeï et de sa soeur Maria.

Voici deux commentaires intéressants sur ce message :
 
 
Nicolas (membre du parti socialiste - tendence Ségolène Royal) :
 
     Effectivement, aux yeux de la République Française, Louis XVI est un traitre qui a été éxécuté pour cette raison ce qui est historiquement faux bien entendu. 

                Dans ce genre d'injustice, on peut aussi citer le cas de Napoléon III qui voulait être enterré en France et qui repose toujours en Angleterre. Curieux pays qui refuse à un de ses citoyens de reposer chez lui… 

                Je pense que la République se grandirait en réhabilitant la mémoire de ces deux chefs d'Etat.

 
Daniel ( - royaliste catholique)
 
 Cher Rodolphe,

 Mon épouse et moi, partageons totalement ton point de vue en ce qui concerne la famille royale française.

La République n’a rien fait pour la réhabiliter et c’est d’autant plus étonnant que nos Institutions ne sont plus particulièrement hostiles à l’histoire d’avant la Révolution.

 Certes, il y a eu après le 1er Empire, les Restaurations de Louis XVIII et Charles X et l’édification de la Chapelle « Expiatoire » de Paris sur la cassette personnelle de Louis XVIII.. Le mot expiatoire est sans doute un peu fort puisque la chapelle était seulement commémorative et jamais aucun régime n’a souhaité la rendre officiellement « expiatoire ».

 Le procès en béatification du roi Louis XVI n’a jamais abouti et je pense qu’il y a dans cette affaire une intervention diplomatique de l’Elysée qui a toujours considéré qu’une béatification de Louis XVI serait le reflet de la désapprobation par l’Eglise de France des Institutions républicaines.

Bien évidemment les évêques français ne voulaient absolument pas soulever ce problème et préférèrent étouffer dans l’œuf le projet de béatification.

Il n’est pas exclu pour autant, que le projet aboutisse un jour avec un président de la République plus tolérant et donc moins franc-maçon. Il ne faut pas désespérer puisqu’il y a dans l’équipe actuelle gouvernementale, un certain nombre de ministres et conseillers plus ouverts à la tolérance, à la tradition et notamment à l’église catholique. C’est ce que nous avons observé avec le séjour à Paris du Pape Benoît XVI.  

 En revanche, il faudrait que l’exemple de la réhabilitation de la famille impériale de Russie, serve aussi au représentant actuel de la Maison de Bourbon, pour engager devant les Tribunaux français ou mieux encore devant  La Cour internationale de Justice de La Haye, une action en vue de « la réhabilitation en France,  des rois Louis XVI et Louis XVII et de la reine Marie-Antoinette ».

 Si nous en sommes là en France, c’est sans doute parce que personne, absolument personne, y compris dans les milieux royalistes, ne cherche à entreprendre cette réhabilitation !

 Les Orléans ne pipèrent mot, à une époque où ils en avaient les moyens et préférèrent les messes commémoratives annuelles.

 Qu’en pense S.A.R. le prince Louis de Bourbon, duc d’Anjou ?

Nous aimerions que ses conseillers sortent enfin du silence, mais ce n’est peut être pas encore l’heure !

 

Repost 0
Published by Rodolphe - dans Actualités
commenter cet article
8 octobre 2008 3 08 /10 /octobre /2008 17:13

"Aujourd'hui, les nations qui furent jadis riches en foi et en vocations perdent leurs propres identités, sous l'influence nuisible et destructrice d'une certaine culture moderne"

Ce doit être ce genre de culture qui m'a fait entendre, bien malencontreusement, la "vanne" suivante : "Comment surnomme t-on le pape Benoît XVI ? Treize et trois"

Repost 0
Published by Christophe Paillard - dans Humeur
commenter cet article
7 octobre 2008 2 07 /10 /octobre /2008 15:38
Plaisir de visiter le Louvre, en compagnie d'un responsable des Monuments historiques, qui m'a permis de découvrir ce monument, qu'un Parisien a sous les yeux depuis son enfance, qu'un touriste visite en tant que musée, mais qu'au fond nous ne connaissons pas.

La forteresse de Philippe Auguste : destinée à protéger Paris (à l'est), elle occupait 1/4 de l'actuelle Cour carrée. Le château a été agrandi et occupé en tant que résidence royale par Henri II, Louis XIII, Louis XIV. Une grande galerie a été lancée le long de la Seine en direction des Tuileries, abritant entre autres de nombreux ateliers d'artistes et préfigurant déjà le musée.

L'esplanade, où se trouve à présent la pyramide, qu'aucun roi n'a jamais connue puisque créée par Napoléon III. La pyramide n'est pas dans l'axe "Louvre, Champs-Elysées, Etoile", puisque cet axe aboutit au milieu de la "façade" de la forteresse de Philippe Auguste, soit à droite de l'actuelle entrée vers la Cour carrée.

A l'intérieur, les appartements successifs des reines et des rois, que l'on devine puisque ce sont les salles d'un musée : formidable musée, royal musée, royal jusqu'aux magnifiques vitrines de Charles X, qui a fini de mettre un toit sur le dernier bâtiment de la Cour carrée et y a installé les collections égyptiennes.

Et puis, les restes des trésors royaux, la couronne de Louis XV (la seule qui demeure, bien qu'habillée de verroterie) voisine avec celle de Napoléon Ier, le casque de Charles VI, et le trésor de Saint Denis, avec le sceptre, l'anneau sigillaire, la main de justice : une main gauche, elle a été refaite à l'envers par Napoléon Ier.

Les contemporains des rois nous ont décrit le Louvre comme un palais glacial. Louis XIV, encouragé par la Fronde, a souhaité le quitter pour Versailles.

Après Versailles, ce sont les Tuileries qui ont abrité les familles régnantes. Le Louvre est devenu un musée, le plus beau des musées, cela lui va si bien.

Mais lorsque nous aurons un roi, quelle résidence souhaitera t-il occuper ?

Ni Versailles, ni Fontainebleau, trop connotés "ancien régime", devenus également musées et loin de Paris (eh oui, même à l'époque de l'hélicoptère);
ni l'Elysée, vraiment trop républicain, ni le Palais royal;

Il existe un palais, un palais si bien placé dans le Paris des origines, si près de Notre Dame et de la Sainte Chapelle, un palais que la république pense à déménager pour cause de commodité, un palais où s'exerce l'un des plus beaux pouvoirs régaliens : le palais de Justice.

Qu'en pensez-vous ?
Repost 0
Published by Christophe Paillard - dans Conférence
commenter cet article
7 octobre 2008 2 07 /10 /octobre /2008 15:30
 

Les monarchistes de l’Alliance Royale [France] et de l’Alleanza Monarchica [Italie] - représentés par leurs secrétaires généraux respectifs, Robert de Prévoisin et Massimo Mallucci de Mulucci, réunis en Avignon - ont décidé de travailler ensemble, à l’occasion de l’élection européenne de 2009, à maintenir la question monarchique ouverte dans le débat politique. Elle représente une solution aux problèmes sociopolitiques et inclut des propositions politiques fondées sur trois principes : la souveraineté des Etats, la subsidiarité dans les institutions, la solidarité dans les espaces naturels européens.

Sur cette base, l’Alliance Royale et l’Alleanza Monarchica s’engagent à restituer au peuple la liberté de pouvoir choisir sa classe politique alors que chacun peut constater que la démocratie risque de devenir "virtuelle". Ces partis monarchistes proposent une alternative à l’Union européenne : une communauté des Etats. Ils veulent repenser l’Etat moderne, pour mettre fin à la démagogie, à la corruption et au pouvoir des oligarchies, maladies chroniques du système républicain qui instaure un Etat tout-puissant.

Restant en dehors des questions dynastiques, les monarchistes de l’Alliance Royale et de l’Alleanza Monarchica entendent défendre les plus faibles, les identités, les familles contre le mondialisme qui écrase l’homme. Ils remettent en cause le super-Etat européen qui impose sa culture des lobbies et sa pensée unique. L’Etat, pour les monarchistes, doit être le prolongement des corps sociaux intermédiaires et doit restaurer les libertés individuelles et collectives en jouant un rôle subsidiaire. Ils proposent une autre Europe : celle des patries et des peuples, fondée sur l’héritage commun des siècles de foi chrétienne. Ils veulent rendre au travail humain sa dignité et sa valeur capitale, contre un capitalisme sans frein, instrument féroce du mondialisme qui impose le pouvoir des forts sur les faibles.

 
 
Repost 0
Published by Christophe Paillard - dans Nos Positions
commenter cet article
3 octobre 2008 5 03 /10 /octobre /2008 17:35
Message d'Yves Mera :
 

Devant les représentants des corps constitués médusés, le maire PS d'Héricourt a ouvert le Conseil Local de Sécurité (CLS), ce matin 2 octobre, par la déclaration spontanée suivante :
"Avec les suppressions de postes annoncées dans la gendarmerie, la police, et la privatisation de la Poste, peut-être vaudrait-il mieux revenir à la monarchie... De toutes façons, M. Méra nous fera au Conseil Municipal de demain un cours sur la monarchie, Versailles..."
YM


Note : Yves Méra est conseiller municipal, élu Alliance Royale, et fait entendre son opposition ou son approbation constructive.
Repost 0
Published by Christophe Paillard
commenter cet article
1 octobre 2008 3 01 /10 /octobre /2008 11:29
- Christophe, n'as tu pas l'impression que ton combat est vain ?

Ainsi s'exprimait encore hier un mien neveu, que j'affectionne tout particulièrement, qui m'a suivi dans mon cheminement politique tant que celui-ci est resté dans le cadre républicain, mais ne comprend pas que l'enseignement, tant de l'Histoire que de l'Actualité me conduisent (nous conduisent) à penser que la monarchie pourrait permettre d'atteindre certains objectifs hors de portée de la république.

Vain, mon combat ?
Non, certainement pas.
Naturellement, comme dans toute entreprise humaine, rien ne me permet d'être sûr que nous atteindrons notre but.

Mais si nous pensons que la démocratie en France fonctionne de façon toute satisfaisante, que chaque Français est représenté et a son mot à dire, alors notre combat est vain.

Si nous pensons qu'un président républicain, issu du plus grand nombre de suffrages minoritaires exprimés et client des grands groupes financiers, saura mieux prendre en compte l'intérêt des citoyens qu'un roi, arbitre indépendant, alors notre combat est vain.

Si nous pensons que nous traversons une ère de prospérité, que le nombre des pauvres est en diminution et que les riches sont davantage conscients de leur devoir, alors notre combat est vain.

Si nous acceptons, et peut-être souhaitons, que la France abandonne sa souveraineté au profit d'un Etat pan-européen, alors notre combat est vain.

Si nous acceptons, dans un monde hautement explosif, que la France s'en remette pour sa sécurité militaire à un commandement européen où elle est minoritaire, alors notre combat est vain.

Je pourrais continuer...

Notre combat n'est pas vain, car même si nous n'atteignons pas notre objectif de donner un roi à la France, chaque fois que nous aurons réveillé les consciences, notre combat aura été utile (rappelez vous que la commission "Balladur" a consulté l'Alliance Royale à propos de la réforme des institutions).

Enfin, malheureusement, si la France (plus exactement l'hexagone) n'a pas connu de conflit sur son territoire depuis 60 ans, qui dit que cette paix bénie est éternelle ? Que se passerait-il, au lendemain d'un conflit, s'il fallait redresser l'Etat ? Que s'est-il passé en '40 ? Nous préférons prévoir...

Nous sommes en paix, c'est une situation que nous préférons sans mesure, et c'est pourquoi nous présentons nos propositions aux suffrages des Français. Un passage à la monarchie par la voie démocratique remplirait tous nos voeux. Penser alors qu'il est vain de présenter d'utiles réformes me semble très anti-démocratique.

Il est vrai que le mien neveu ici évoqué me confiait que, bien que républicain, il est partisan de la manière forte et beaucoup moins démocrate que moi.
Repost 0
Published by Christophe Paillard - dans Nos Positions
commenter cet article
26 septembre 2008 5 26 /09 /septembre /2008 16:02
Tout, comprenez moi, TOUT peut arriver !
Partout.
Tout le temps.
Dans une petite ville comme La Rochelle...
A vous.
A moi.
En l'occurrence, à mon propre associé et à son épouse.
Jean Savineau est mon associé. Son épouse est égorgée à son domicile. L'assassin attend le mari, et l'égorge à son tour. Elle est décédée, il est à l'hopital. Ils sont octogénaires.
Quelle humanité y a-t-il dans cet acte ?
Et connaîtra-t-on un jour la raison ?
Repost 0
Published by Christophe Paillard - dans Actualités
commenter cet article