Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Abonnement libre au Bulletin

le nouveau bulletin de l'Alliance Royale vient de sortir

  new_bulletin-12.jpg

 

 








Pour vous abonner Catégorie:
abonnez-vous

Recherche

Alliance Hauts-de-Seine

L’Alliance Royale est une formation politique fondée en 2001 et regroupant des "citoyens" (habitants de la Cité) convaincus  qu’il est temps de reposer la question des institutions dans le débat politique français. L’Alliance Royale a non seulement pour ambition de faire redécouvrir la monarchie à nos compatriotes, mais également d’inviter la France à préparer son avenir dans ses institutions.

  blasong2.jpg"D'azur à la fleur de lys d'or et à la nef antique d'argent, au chef d'argent chargé d'une fasce ondée d'azur", ainsi se décrit le blason des Hauts-de-Seine créé par Georges Weill.


    "Blason Royal du Pays d'Aunis"

23 juin 2008 1 23 /06 /juin /2008 13:47
En monarchie, c'est le Premier ministre ou le ministre des Affaires étrangères qui aurait fait le déplacement.

Cette visite de Nicolas Sarkozy et de son épouse en Israël n'en revêt pas moins une importance d'Etat, et nous saluons le discours du président, tant en direction des Israëliens : "La France sera toujours à vos côtés", qu'en direction des Palestiniens : "Il n'y aura la paix dans la région que si un Etat palestinien indépendant, démocratique et moderne existe aux côtés d'un Etat israëlien".
Repost 0
Published by Christophe Paillard - dans Actualités
commenter cet article
23 juin 2008 1 23 /06 /juin /2008 08:45

Un article de Vendée Matin :

Avant son retour à Buenos Aires, le père Pedro a voulu en savoir plus sur les Guerres de Vendée et rendre hommage à ceux qui ont donné leur vie pour défendre leur foi.

Avant de quitter la Vendée, le Père Pedro a tenu à visiter l'Historial de la Vendée, situé aux Lucs-sur-Boulogne. Il voulait en savoir plus sur les Guerres de Vendée. Comprendre les mécanismes du génocide. De l'histoire de la Révolution française, il connaissait les grandes lignes. Né à Buenos Aires de parents d'origine Slovène, il savait que les Vendéens avaient don­né leur vie pour défendre leur Foi. Il ignorait en revanche les détails de leur extermination systématique.

Première étape de son pèlerinage : le Mémorial de Vendée aux Lucs-sur-Boulogne, inauguré en 1993 par Alexandre Soljenitsyne et dont l'austérité et le dépouillement l'ont beaucoup touché. Érigée en 1867 sur les ruines de l'ancienne église incendiée, la chapelle des Lues lui a ensuite causé une profonde émotion. Agenouillé, seul, devant son autel, le Père Pedro a revécu l'agonie des 564 villageois dont les noms, grâce au recensement qu'en fit le curé de la paroisse, l'abbé Barbedette, sont à jamais gravés en lettres d'or sur les murs. «J'ai essayé de me mettre à leur place, d'imaginer leurs souffrances et leurs cris tandis que les colonnes infernales s'acharnaient sur elles avant de les brûler vives».

Dernière étape enfin de son pèlerinage, l'Historial, a su combler sa soif de connaissances. Interrogeant sans relâche son guide, membre du Comité scientifique de l'Historial et auteur du film qu'il avait visionné en introduction à sa visite du Mémorial pour comprendre les raisons du massacre délibéré des Vendéens, le Père Pedro a voulu tout savoir des salles consacrées au soulèvement de la population. «J'ai beaucoup d'admiration et d'estime pour les gens qui ont eu le courage de risquer leur vie pour défendre leurs idéaux». L'émotion dans sa voix réveillait d'anciens souvenirs. Le Père Pedro est lui même le fils d'un résistant. En 1945, les communistes installés en Slovénie ont massacré des milliers d'opposants. Son père était l'un d'entre eux. Jeté vivant dans un charnier il n'a dû qu'à ses prières d'avoir la vie sauve. Seul survivant d'une fosse de mine où périrent 5 000 per­sonnes, réfugié en Argentine, le père du Père Pedro n'est revenu par la suite qu'une seule fois dans son pays natal. C'était après la guerre et pour témoigner des atrocités commises en Yougoslavie par le régime du général Tito.

Christine Chambard pour Vendée Matin

Repost 0
Published by Christophe Paillard - dans Conférence
commenter cet article
23 juin 2008 1 23 /06 /juin /2008 08:29


Au nom de l’intérêt supérieur de l’enfant, pour sa protection et pour la promotion de la famille : Campagne « Famille naturelle, Société durable ».



Campagne « Famille naturelle, Société durable »

Les couloirs des ministères et les allées du pouvoir bruissent depuis quelques temps d’un projet de loi en faveur de l’homoparentalité. La nomination de Nadine Morano comme secrétaire d’Etat à la Famille n’a pu qu’accentuer les inquiétudes des défenseurs de l’intérêt supérieur de l’enfant. Madame Morano est une militante du mariage homosexuel, de l’adoption par les couples homosexuels, de la procréation assistée pour les homosexuels et de l’euthanasie.

Pire : Nadine Morano aurait tout particulièrement l’oreille du prince puisqu’elle fait partie du désormais célèbre « septuor », ces sept membres du gouvernement très proches du président de la République qui les réunit une fois par semaine à l’Elysée. D’ici à ce qu’un projet de loi pro-homoparentalité soit sous peu inscrit à l’ordre du jour du conseil des ministres…

Voilà pourquoi le collectif « Catholiques en Campagne », fort de toutes ses associations adhérentes, a décidé, au nom de l’intérêt supérieur de l’enfant, pour sa protection et pour la promotion de la famille, de lancer une campagne « Famille naturelle, Société durable ».


Le collectif « Catholiques en Campagne » exige que soient pris en compte le respect de l’enfant, la construction de son identité et son droit à être accueilli et à s’épanouir dans une famille composée d’un père et d’une mère. Ce modèle familial : un père, une mère et leurs enfants, est universel dans le temps comme dans l’espace ! Il a fait ses preuves ! Et c’est lui seul qui peut garantir une société harmonieuse, solide et durable.

Le collectif se propose de mettre à la disposition de tous ceux qui veulent se joindre à son action différents outils de promotion de la famille, travaillés par les associations adhérentes du collectif, qui doivent permettre à chacun d’exprimer la défense de ce modèle en fonction de ses capacités, de son temps disponible, de son ressenti ou du moyen de communication avec lequel il se sent le plus à l’aise.

Le site internet du collectif centralise tous ces outils sur une page spécialement dédiée à cette campagne « Famille naturelle, Société durable » : http://www.catholiques-en-campagne.fr/content/blogsection/16/57/
En outre, le collectif est à la recherche de soutien financier pour renforcer son action. Vos dons serviront à sauvegarder l’avenir des enfants.

Défenseurs de l’enfance, promoteurs de la famille, interpellez vos élus et les décideurs, sensibilisez votre entourage, imprégnez-vous des argumentaires, inscrivez-vous à notre lettre de diffusion et diffusez le plus possible les outils et les informations que nous mettons à votre disposition, bref relayez cette campagne !

Rejoignez notre action et devenez un « Catholique en campagne pour la famille » !

tract-famille-rv-moyen.jpg
Repost 0
Published by CathoRoyco dans URBVM - dans Activités
commenter cet article
19 juin 2008 4 19 /06 /juin /2008 19:42
Serait-il éventuellement un jour possible que l'on cesse, au nom de la magnifique démocratie libératrice, de condamner à force d'insulte et de mépris les peuples qui font usage de leur liberté de choix ?

http://www.lepoint.fr/actualites-chroniques/l-europe-somnambule/989/0/254253

Comment, Messieurs les esprits forts, la somme des individus formant le corps électoral, s'exprimant par les urnes et représentant par la majorité obtenue la "volonté générale", ce système ne vous convient pas ?

La volonté générale a tort ?

Vous souhaitez en confier l'expression à une oligarchie, c'est cela ? Dites-le, ce sera plus simple. Cessez l'hypocrisie, vous êtes découverts.

En France, c'est vous que le Roi a trouvé sur son chemin quand vous avez mis à bas les institutions millénaires de la monarchie. C'est vous qui avez fait tomber la protection paternelle que le Roi exerçait sur notre peuple.

Au XXIème siècle, c'est nous que vous trouverez sur votre chemin pour sans cesse réaffirmer que vous volez la liberté du peuple, que seul un Roi pourrait lui rendre.

Français, n'oubliez pas : personne dans le débat actuel n'est pro ou anti-européen. Ce débat est un mensonge, une arnaque. La vérité c'est que nous sommes tous européens. Mais nous sommes aussi (et d'abord) Français, Anglais, Italiens, etc..., attachés à nos cultures et à notre Histoire, à nos langues. Nous voulons que l'Europe soit forte, pour qu'elle tienne le premier rang dans le monde et hisse notre civilisation, non pour qu'elle enrichisse les "élites" par une mondialisation sans limites.

Français, faites le choix du Roi, choisissez la démocratie équitable et le respect des peuples, rejoignez l'Alliance Royale
Repost 0
Published by Christophe Paillard - dans Humeur
commenter cet article
18 juin 2008 3 18 /06 /juin /2008 17:18
Saillies
Nous sommes tous des « Irlandais » ! par Portemont

Avec eux nous pouvons lancer « Remember Fontenoy !».
Les Irlandais nous ont offert un grand 12 juin 2008. Nous ne l’oublierons pas… Merci l’Irlande !

Retrouvez l'intégralité de l'article que nous avons mis en ligne sur notre site en cliquant sur le lien:
http://www.lesmanantsduroi.com/articles2/article71478
.php

Repost 0
Published by Christophe Paillard - dans Actualités
commenter cet article
18 juin 2008 3 18 /06 /juin /2008 13:05
Selon Bernard Guetta, de Libération, les peuples voudraient l'Europe, au contraire de leurs gouvernements.
Nous n'avons donc pas compris en fait qu'en votant contre le traité européen, les Irlandais voulaient l'adopter, tandis que leur gouvernement y était opposé.
Plus grave, lorsque nous avons nous mêmes voté non il y a trois ans, nous avons confondu le non avec le oui.
Apparemment, l'idée de Guetta est de créer de grands partis, qui feront que l'agriculteur de Corrèze appartiendra à un parti présidé par un agriculteur polonais, de grands syndicats à l'échelon de l'Europe, etc... enfin bref, la République Européenne, la vraie, dont personne encore (même pas lui) n'a osé évoquer le nom.
Lisez l'article ci-dessous. Un président de l'union, un parlement, des grands partis et syndicats : c'est une république, rien d'autre.
Et ce serait ça que veulent les peuples libres d'Europe ?
J'éprouve un léger doute !



" Rebonds

La solution ne viendra pas d’en haut, mais d’en bas. Ce n’est pas que les peuples soient plus intelligents que les élites. Il y a tout autant d’aveuglements parmi les électeurs que les élus mais le fait est que les gouvernements de l’Union ne sont pas en position de la sortir de sa crise alors que les citoyens, eux, le pourraient.

Europe politique ou grand marché, Europe puissance, acteur de la scène internationale, ou zone de libre-échange régie par un droit commun, les 27 gouvernements sont trop divisés sur la finalité même de l’unification européenne pour pouvoir redéfinir ses objectifs et en refaire un projet compréhensible. Faute d’une ambition commune, ils ne peuvent pas substituer une clarté mobilisatrice à l’obscurité d’aujourd’hui, à cette confusion qui est la première cause de la défiance populaire dont souffre, logiquement, une Union dont les buts ne sont pas définis.

Cela fait déjà beaucoup mais ce n’est pas tout. Les gouvernements ne pourront pas non plus répondre à ce rejet en apportant des réponses communes, rapides et concrètes, aux problèmes quotidiens des citoyens européens. Nicolas Sarkozy a eu raison de souligner ce manque après le non des Irlandais mais, pour prendre une décision européenne, il faut voter. Il faut le faire à 27 et à l’unanimité, sur presque tous les sujets, car cette règle reste en vigueur maintenant que l’échec des deux derniers projets de traité institutionnel bloque l’extension prévue des procédures de vote à la majorité qualifiée. C’est un paradoxe mais, avec ces non successifs, les gouvernements demeurent condamnés à ce qui fait tant détester «Bruxelles» - à ces interminables marchandages dans lesquels ils doivent compter non seulement avec leurs accords passés, inscrits dans une montagne de traités incontournables, mais également avec leurs options politiques fondamentales et la diversité de leurs coalitions parlementaires.

Les gouvernements ne peuvent pas échapper, et pour longtemps peut-être, aux négociations à huis clos et aux compromis byzantins qui susciteront encore bien des non. La voie d’eau va grossir. L’Union européenne prend des allures de Titanic. Il faut sortir, d’urgence, de ce cercle vicieux et le seul moyen d’y parvenir est que les citoyens européens tranchent entre les projets en lice - Europe puissance ou Europe marché - envoient à Strasbourg, au Parlement européen, des majorités claires, élues sur la base de programmes pour l’Europe.

Si l’on ne veut pas laisser l’Union se déliter, il faut reprendre les choses à la base, former un échiquier politique européen sans lequel il n’y aura pas de démocratie européenne, ni débat politique sur l’Europe ni possibilité pour ses citoyens d’avoir prise sur ses choix, de s’y intéresser, d’y croire et non plus de la rejeter comme une machine à les priver de leur pouvoir.

Ce n’est nullement impossible. Imaginons que les courants politiques existant dans chacun des Etats s’unissent en partis paneuropéens - social-démocrate, démocrate chrétien, Vert, libéral, altermondialiste ; que ces partis paneuropéens soumettent leurs propositions aux électeurs européens ; qu’ils leur disent ce qu’ils voudraient faire de l’Union sur sa scène intérieure comme sur la scène internationale et que chacun d’entre eux ait une tête de liste, un leader commun qui l’incarne dans les 27 pays. Imaginons-le car ce serait parfaitement possible. Rien ne l’interdit dans le cadre des institutions actuelles, ni celles des nations ni celles de l’Europe. Ce ne serait qu’une question de volonté des forces politiques et l’on verrait alors les citoyens européens voter, et non plus s’abstenir, aux élections européennes car leur enjeu deviendrait aussi capital qu’évident.

En donnant la majorité à l’un ou une coalition de ces partis, les Européens choisiraient du même coup, comme dans toute démocratie parlementaire, la force qui constituerait l’exécutif européen puisque les membres et le président de la Commission doivent obtenir l’investiture du Parlement. Autant les gouvernements nationaux sont impuissants à sortir l’Europe de sa crise, autant les citoyens le pourraient mais il y a une condition à cela.

Cela ne pourra se faire que s’il y a une offre politique européenne, que si les partis nationaux deviennent européens. C’est leur responsabilité historique, celle de leurs dirigeants comme des militants qui les élisent, celle des associations, des syndicats, des journaux, de toutes les forces qui concourent à la démocratie. Ou bien nous nous résignons à ce que nos gouvernements ne puissent pas faire l’Europe, ou bien nous la faisons, par nos votes.

Bernard Guetta est membre du Conseil de surveillance de Libération.

Repost 0
Published by Christophe Paillard - dans Actualités
commenter cet article
17 juin 2008 2 17 /06 /juin /2008 09:11
Nous revenons de notre journée de dimanche, magnifiquement reçus par le maître des lieux au château d'Epanvilliers.
Indépendamment de notre Mouvement, je vous recommande la visite : Jean Lorzil est passionné et passionnant, vous ne regretterez pas votre visite. Allez y avec vos enfants.
 
Voici, entre deux conférences et visites, le château et quelques participants.

Entre autres sujets évoqués, les élections européennes de 2009, auxquelles vous savez que l'Alliance Royale souhaite se présenter.

Les listes de candidats sont ouvertes, pour chaque méga-région (8 au total).

Or, la parité nous oblige à présenter autant de femmes que d'hommes sur les listes, ce qui me paraît un résultat parfaitement acceptable et normal. Ce qui l'est moins, c'est cette OBLIGATION imposée aux femmes, car elle nous oblige à notre tour à faire un appel particulier aux femmes :

S'il vous plaît, Mesdames, manifestez vous et inscrivez vous sur nos listes de candidats.
Votre avis est largement aussi pertinent que celui des hommes, votre voix compte de la même façon, il semble juste que vous ayez moins envie de vous engager politiquement : désormais, la parité vous y oblige !

Nos listes vous sont ouvertes, et c'est un bonheur. J'ai juste une petite réticence à l'idée de vous rappeler que l'Etat vous oblige désormais à faire une chose à laquelle vous n'aspiriez peut-être pas auparavant.

Mesdames (Messieurs aussi, il est temps encore), n'attendez pas le dernier moment : rejoignez nous dès maintenant.
Repost 0
Published by Christophe Paillard - dans Elections
commenter cet article
14 juin 2008 6 14 /06 /juin /2008 15:24
Les politiciens sont furieux : l'Irlande a dit "non" au traité de Lisbonne.

Quelle drôle d'idée d'avoir demandé au peuple...!
Ile ne pouvaient pas faire autrement : leur constitution l'exige.
Franchement, qui sont les idiots qui ont donné ce pouvoir au peuple irlandais ?
D'ailleurs, depuis quand donne-t-on le pouvoir au peuple ?
Souvenez vous : la Révolution française, ce n'est pas le peuple qui renverse le Roi, ce sont des ambitieux, auxquels très vite d'autre ambitieux coupent la tête, puis coupent la tête au Roi avant de se faire décapiter eux-mêmes par d'autres ambitieux.
Tout ça se calme avec un homme fort, Napoléon, qui envoie une génération de Français à la guerre sur les routes d'Europe.
Quand le peuple a-t-il décidé quoi que ce soit ?
Le XIXème siècle : quand le peuple a-t-il décidé ? 1830, le peuple ? Non. 1848, le peuple ? Non. Le coup d'Etat de Napoléon III, le peuple ? Non. La guerre de 70 ? Non.
Plus tard, la boucherie de 14-18, le peuple ? Non.
Un jour, des ambitieux ont volé le pouvoir au Roi. Dans leurs discours, ils ont prétendu agir au nom du peuple. Aujourd'hui, c'est bien gênant.
Supprimons le peuple...
C'est d'ailleurs ce que l'Union européenne aimerait faire : adopter le traité de Lisbonne sans l'Irlande.
Bravo, les Démocrates !!!
Repost 0
Published by Christophe Paillard - dans Humeur
commenter cet article
12 juin 2008 4 12 /06 /juin /2008 08:22
 
 
Un article de FRANCE 3 :

Une enseignante suisse porte plainte contre l'UEFA. Elle considère que la Marseillaise est une incitation à la violence.
par M.G.
- Rouget de l'Isle chantant La Marseillaise (tableau d'Isidore Pils, 1849). -
Rouget de l'Isle chantant La Marseillaise (tableau d'Isidore Pils, 1849).
C'est une démarche surprenante. Une citoyenne helvète du Locle, en Suisse, à quelques kilomètres de la Franche-Comté, a porté plainte contre l'UEFA. Pour elle, la Marseillaise, diffusée lundi 9 juin en ouverture du match de l'Euro, France-Roumanie, constitue une incitation publique à la violence. Un délit puni par la loi.

Difficile de dire si la plainte déposée par Mireille Grosjean, enseignante du Locle, en Suisse, a une chance d'aboutir. Sa démarche est pour le moins insolite. Considérant que les paroles guerrières de l'hymne français sont un appel à la haine de son prochain, elle a déposé plainte contre l'UEFA, qui organise l'Euro 2008 dans son Pays. Pour elle, la diffusion de la Marseillaise, en ouverture du match France-Roumanie lundi 9 juin, constitue une incitation publique à la violence. Pas vraiment surprenant car l'œuvre de Rouget de l'Isle, lédonien d'origine, était bien dès le départ, en 1792, un chant de guerre.

Près de 220 ans plus tard, Mireille Grosjean se base sur l'article 259 du code pénal suisse qui punit d'emprisonnement ou d'amende l'incitation à un délit impliquant la violence contre autrui ou des biens. Elle a déposé plainte au bureau communal de sa ville.

Cette élue verte, par ailleurs militante de gauche et pacifiste, espère amorcer une évolution des hymnes nationaux, comme l'abbé Pierre en son temps. Dans son collimateur également, les hymnes turcs et portugais, aux messages tout aussi belliqueux que notre Marseillaise.

Repost 0
Published by Christophe Paillard - dans Actualités
commenter cet article
10 juin 2008 2 10 /06 /juin /2008 22:10
L'Irlande est le seul des 27 Etats membres de l'Union européenne à ratifier le texte par voie référendaire, ce qui signifie que moins de 1% des 490 millions d'Européens pourraient faire dérailler la réforme des institutions de l'UE. L'Irlande est le seul des 27 Etats membres de l'Union européenne à ratifier le texte par voie référendaire, ce qui signifie que moins de 1% des 490 millions d'Européens pourraient faire dérailler la réforme des institutions de l'UE.

C'est agaçant de penser que le seul pays qui a décidé de choisir la voie référendaire risque de dire NON au traité, ce que certainement d'autres pays auraient fait si les peuples avaient été consultés...

Les politiciens ont peur de la démocratie !
Repost 0
Published by Christophe Paillard - dans Actualités
commenter cet article