Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Abonnement libre au Bulletin

le nouveau bulletin de l'Alliance Royale vient de sortir

  new_bulletin-12.jpg

 

 








Pour vous abonner Catégorie:
abonnez-vous

Recherche

Alliance Hauts-de-Seine

L’Alliance Royale est une formation politique fondée en 2001 et regroupant des "citoyens" (habitants de la Cité) convaincus  qu’il est temps de reposer la question des institutions dans le débat politique français. L’Alliance Royale a non seulement pour ambition de faire redécouvrir la monarchie à nos compatriotes, mais également d’inviter la France à préparer son avenir dans ses institutions.

  blasong2.jpg"D'azur à la fleur de lys d'or et à la nef antique d'argent, au chef d'argent chargé d'une fasce ondée d'azur", ainsi se décrit le blason des Hauts-de-Seine créé par Georges Weill.


    "Blason Royal du Pays d'Aunis"

4 novembre 2011 5 04 /11 /novembre /2011 19:31

Un simple clic sur Internet vous permet de vérifier la vérité suivante : à fin 2010, la dette française étant à 1 600 milliards d'Euros pour 65 millions de Français, chacun de nous est redevable de 25 000 €.

 

Face à ce désastre national, que nous dit-on ? Que l'on tente par tous les moyens de "ralentir le déficit annuel", c'est à dire que l'on accepte que la dette augmente, mais si possible moins vite...

 

Intéressante perspective... par quel miracle espère-t-on un jour sortir de cette spirale infernale ? Une bonne vieille guerre, peut-être ? qui nous permettrait de nous renflouer sur l'adversaire vaincu, ou d'être engloutis par le vainqueur...

 

Sinon, vraiment, je ne vois pas.

 

Il y a bien cette idée folle : PAYER.

 

Payer ? Oui, imaginons que nous répartissions entre nous le paiement de la dette (plus pour les riches, les entreprises, moins pour les pauvres, mais tous néanmoins concernés)...

Et, s'il le faut, nous empruntons sur 10 ans, sur 15 ans...

 

Et la dette de la France se trouve effacée, parce que nous sommes un peuple responsable, et que nous ne voulons pas laisser ce brûlot à nos enfants.

 

Nous continuerons bien sûr à payer des impôts, mais ils seront diminués, puisque nous n'aurons plus à subir les énormes intérêts de la dette publique.

 

Utopie ?

 

Oui, cela y ressemble un peu. Et pourtant, cela serait nécessaire.

 

Mais utopie, parce que, encore une fois imaginez : allez-vous faire confiance aux politiciens, à qui vous aurez remis 25 000 €... pour en faire quoi ? Qui dit qu'ils ne vont pas trouver des raisons de creuser une nouvelle dette publique - la faute à pas d'chance, la crise internationale, le ralentissement de la croissance, etc...

 

Comme dit mon voisin de comptoir, pour ces gens-là, il faudrait ré-installer la guillotine place de la Concorde.

 

Et, si vous avez donné 25 000 € et qu'on vous ressort le coup du déficit, je suis certain que vous lui donnerez raison.

 

Il n'empêche que les 25 000 €, nous les payons tous les jours, par impôts et taxes améliorés et sans cesse modifiés. Le système actuel est une spirale infernale quand il faudrait une spirale vertueuse.

 

Dans cette configuration, pourrions nous faire confiance à un homme (ou une équipe), susceptible d'être renvoyé dans ses foyers au bout de 5 ans avec notre quitus ?

 

Ou ne préfererions-nous pas confier nos intérêts, notre pays, à un roi - né pour règner, toute sa vie, et son fils après lui - Après tout, celui-là ne partira pas avec la cagnotte...


Repost 0
Published by Christophe - dans Nos Positions
commenter cet article
3 novembre 2011 4 03 /11 /novembre /2011 14:52

 

3 rue Royale 75008 PARIS
Mercredi 9 novembre - 20 heures
Nous vous convions à assister à la première réunion électorale de Patrick de Villenoisy, candidat à l'élection présidentielle de 2012.
En présence de Pierre Bernard, entouré de son équipe, il exposera les grandes lignes de son programme et nous aborderons le déroulement de la campagne.
L'idée royale ? Une idée ambitieuse pour une France déchirée, présentée dans un lieu prestigieux. 
Venez nombreux.
Alliance royale
01 45 74 02 38
Repost 0
Published by Christophe - dans Elections
commenter cet article
21 octobre 2011 5 21 /10 /octobre /2011 22:24

Un petit parallèle, très actuel, entre la Tunisie et la France...

 

Les Tunisiens ont commencé à voter, dans le monde, avant de voter dimanche en Tunisie, pour élire leurs représentants à l'assemblée constituante.

 

Ceux-ci auront la mission de définir la nouvelle constitution de Tunisie, préalable à de nouvelles élections destinées à pourvoir aux pouvoirs éxécutif et législatif.

 

Vaste mission, mission  immense, pour laquelle nous souhaitons aux Tunisiens tout le courage du monde. Avec un conseil : parmi toutes les idées que vous souhaiterez mettre en oeuvre, ne négligez pas de soupeser celle de la Démocratie équitable.

 

En France, pendant ce temps, nous préparons l'élection présidentielle de 2012. Et la continuité d'un régime démocratique, otage en réalité des puissances financières, qui même s'il ne peut cacher son échec n'autorise pas des idées nouvelles à se mettre en lumière.

 

Nous, royalistes, souhaitons promouvoir un régime qui, malgré la condamnation ad aeternam du vainqueur sur le vaincu, a au fil des siècles fait la France.

 

Nous présentons un candidat afin, en premier lieu, d'obtenir les 500 signatures (ce serait un comble, dans l'ancien royaume de France, de ne pas avoir la signature de 500 élus !); en second lieu, de remporter l'élection avec pour mission de préparer les institutions devant permettre l'institution de la monarchie.

 

A ce stade, le gouvernement proposera un réferendum populaire, afin de confirmer la volonté des Français de se doter d'un arbitre, au dessus des partis.

 

Dans le même temps, le futur roi se sera fait connaître et apprécier des Français, si bien que chacun saura exactement quel est l'enjeu de son choix.

 

Le pouvoir tunisien était accaparé par des puissants qui confisquaient la finance à leur profit.

Le pouvoir français est accaparé par des hommes et femmes politiques qui dépendent totalement des puissances financières, très au delà des frontières du Pays.

 

En Tunisie comme en France, désormais, changeons !

 


Repost 0
Published by Christophe - dans Elections
commenter cet article
13 octobre 2011 4 13 /10 /octobre /2011 18:43

La-Rochelle.jpg

Je ne le cache pas, la taille idéale d'une maison dont j'ai toujours rêvé pour ma famille et pour moi, c'est un château.

 

Oh ! Pas Versailles, ni Fontainebleau, non. Un petit château. Certains pourraient appeler cela un manoir - un grand - enfin, vous en avez sous les yeux une représentation fidèle.

 

Vous allez dire :"Mais qu'est-ce qu'il nous raconte, avec son histoire de château ?"

 

Voyez-vous, un château, c'est finalement très proche de ce qu'est notre vie d'hommes.

 

A travers les siècles, un château a toujours été un havre, une protection contre l'adversaire, un lieu central autour duquel vivait l'économie d'un "pays", plus récemment un lieu central pour la réunion d'une famille.

 

Un château, c'est donc la vie pour les hommes qui l'habitent ou qui lui rendent visite.

 

Mais un château, si fort soit-il, ne peut vivre sans les hommes, ne peut vivre sans soins. On sait trop ce qu'il en coûtait au seigneur et à la population des villages alentour de construire et de renforcer ses défenses; ce qu'il en coûtait en frais de bouche et de personnel pour faire vivre les châteaux de plaisance au Grand siècle; on sait moins ce qu'il en coûte aujourd'hui de maintenir en l'état un château, ses centaines de m2 de toiture, ses fenêtres, ses douves, etc... si ce n'est que posséder aujourd'hui un château est synonyme de gouffre financier donc de rêve impossible pour la plupart.

 

Peut-être faut-il cependant, si l'on veut faire vivre un château, faire vivre les châteaux de France, s'en donner les moyens.

 

Nous n'aurons pas, salariés que nous sommes, ces moyens-là, c'est vrai.

 

Un château peut vivre, à mon avis, grâce aux visites générées par le tourisme; ou s'il est entouré de terres agricoles ou viticoles qui permettent de subvenir à ses besoins.

 

Ah ! une propriété viticole : encore un rêve pour le professionnel du vin que je suis...

 

Mais les revenus du tourisme : voilà quelque chose d'accessible. Chambre d'hôtes, table d'hôtes, visites historiques et animations, location pour les mariages, les séminaires d'entreprises, etc... mille idées existent qui permettent au châtelain de vivre au château, d'y avoir son activité, de faire vivre le château.

 


Repost 0
Published by Christophe - dans Humeur
commenter cet article
21 septembre 2011 3 21 /09 /septembre /2011 21:53

 

 

Dirpol

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elections présidentielles : l’Alliance royale lance son candidat.

Discours de Pierre BERNARD – président de l’Alliance royale

Lancement de la campagne des élections présidentielles.

Montfermeil, le samedi 17 septembre 2011

 

Chers amis royalistes et sympathisants,

Je suis très heureux de vous accueillir à Montfermeil dont j’ai été maire une vingtaine d’années. Nous nous trouvons à côté des cités de Clichy-sous-Bois, théâtre de violentes émeutes en 2005, et de celle des Bosquets de Montfermeil qui a défrayé la chronique dès 1984  parce qu’un maire teigneux a osé dénoncer la naissance de ghettos et la concentration de populations très différentes de notre culture. Si aujourd’hui il est possible d’en parler sans passer par la 17e chambre correctionnelle, les problèmes se sont accentués, aggravés, et les politiciens de tous bords n’ont toujours pas de solutions pour améliorer le sort de centaines de milliers de femmes, d’hommes et d’enfants, ‘’stockés’’ en France, réduits à l’acculturation, à la peur, pour beaucoup à la misère. Sombre bilan !

La résidence des Bosquets n’occupe que 3% du territoire de notre commune forte de plus de 25000 habitants. Le reste est essentiellement pavillonnaire, verdoyant souvent même coquet.

Montfermeil est après Saint-Denis la ville la plus chargée d’histoire du département et s’enorgueillit du passage de Jeanne d’Arc allant guerroyer contre les Bourguignons. Depuis 17 ans, un ’’sons et lumières’’ éblouissant en retrace les grands traits ; depuis quelques années, ce spectacle évoque le grand roman ‘’Les Misérables’’ de Victor Hugo, qui a situé les premiers chapitres dans notre ville.

Et aujourd’hui je suis particulièrement heureux et fier d’inscrire à notre palmarès le nouveau fait historique que constitue la présentation officielle du candidat royaliste à l’élection présidentielle.

Peut-être trouverez vous contradictoire la juxtaposition d’un mouvement royaliste à des élections républicaines. C’est ce qu’à voulu notre fondateur Yves Marie Adeline et nous lui donnons raison. C’est dans ce but qu’il a créé il y a 10 ans l’Alliance Royale, non comme une association royaliste de plus, mais en parti politique de manière à faire renaître l’idée royaliste dans l’esprit des Français par le suffrage universel.

Disposant des seuls moyens que lui donnent ses membres, l’Alliance royale éprouve d’énormes difficultés à se faire entendre. Pourtant nous estimons que l’aboutissement de notre démarche, c’est-à-dire le retour d’un roi à la tête de la France, constitue la solution aux grands problèmes causés par la république, problèmes auxquels aucun républicain ne sait répondre. Vous vous demanderez encore : ‘’quel roi, de quelle maison ?’’ Sur ce point, l’Alliance Royale est très ferme : nous refusons tout débat dynastique ce qui nous permet d’éviter des fâcheries inutiles. Lorsque les temps seront venus, les princes sauront s’accorder dans l’intérêt de la France. Quelques mots sur le candidat qui reste la vedette de notre réunion et auquel je vais passer la parole dans un court instant.

Ayant travaillé aussi bien dans le secteur financier que dans le monde de la communication, il a créé et donc dirigé des entreprises. Ses nombreuses relations avec le monde du travail l’ont conduit à se poser bien des questions sur les difficultés de tous ordres que connaissent aussi bien des patrons que des employés et des ouvriers. Faute de trouver des réponses judicieuses et honnêtes dans les ‘’méli mélo’’ républicains, il a compris que l’esprit de justice, d’équité, l’esprit de neutralité, l’esprit chrétien d’un roi arbitre et non partie prenante d’une faction étaient seuls capables d’apporter les solutions que nos compatriotes espèrent.

Notre candidat a de peu dépassé la cinquantaine, âge nécessaire selon Aristote pour être capable de faire de la politique en pleine conscience.

Il a enfin été l’un des tous premiers compagnons d’Yves Marie Adeline à la création de l’Alliance Royale il y a 10 ans. Je vous demande d’accueillir Patrick de Villenoisy.

« LE ROI EXISTE AU-DESSUS DE NOS DIVISIONS »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Patrick de Villenoisy sera le candidat de l’Alliance royale à l’élection présidentielle de 2012. Il en a fait l’annonce à Montfermeil le samedi 17 septembre, en présence d’une partie de son équipe de campagne et de journalistes de France 2. Le candidat a été accueilli par le maire honoraire de Montfermeil, Monsieur Pierre Bernard, président de l’Alliance royale, dans le cadre magnifique du Domaine de Formigé tout proche de la cité des Bosquets. Monsieur Pierre Bernard a présenté notre candidat avant de lui céder la parole. 
Patrick de Villenoisy a rappelé, dans le contexte difficile que nous connaissons, combien les Français s’inquiétaient pour leur emploi, leur niveau de vie, la capacité de notre pays à maintenir le niveau de nos prestations sociales auxquelles nos concitoyens sont si attachés. Cette inquiétude touche particulièrement les jeunes. Tout cela n’est que la conséquence de l’incapacité des hommes politiques, qui jouent les apprentis-sorciers, à jouer leur rôle : gouverner c’est prévoir. Nos concitoyens découvrent que notre pays s’est endetté dans des proportions considérables qui le mettent en situation difficile. Pour résorber la dette, les économistes les plus optimistes estiment qu’il faudra 30 ans d’efforts, alors que les principaux mandats politiques sont d’une durée de 5 ans, inadaptée aux grands défis que nous avons à relever. Comment voulez-vous que le régime républicain actuel puisse proposer des mesures adéquates ?
Patrick de Villenoisy a rappelé que le régime républicain était lourd, lent et finalement immoral vu qu’il n’y est question que de conquérir le pouvoir pour accomplir ce que l’on a empêché les autres de faire en s’opposant systématiquement à toutes les réformes. C’est pourquoi les royalistes considèrent que seul un Roi, arbitre indépendant au-dessus des partis, pourra proposer les grandes réformes dont l’État et la France ont besoin. Constatant que, comme bien d’autres hommes politiques, Madame Ségolène Royal souligne la nécessité de rassembler les Français au-delà des clivages politiques, il s’est demandé si elle n’était pas en train de devenir royaliste. 
Patrick de Villenoisy a aussi relevé que, lors du débat du jeudi précédent entre les candidats à l’investiture du parti socialiste, Madame Martine Aubry a attendu la minute de conclusion pour déplorer que les questions de morale aient été absentes du débat. Les royalistes considèrent qu’ils sont justement les seuls à pouvoir ré-enraciner la morale dans des valeurs que notre société a bafouées, ce dont elle paie maintenant les conséquences. Le retour à la royauté doit être considéré comme une nécessité incontournable si l’on veut doter notre pays d’institutions qui lui conféreront un immense avantage dans la conjoncture actuelle. Si la France reste un pays riche, elle n’a plus les moyens de perdre du temps et de continuer à dilapider le fruit du travail des Français. Dans son dernier livre, François de Closets considère que nous sommes en guerre économique et que le temps est venu de refonder nos institutions pour réformer largement les choses. 
Les maîtres mots de Patrick de Villenoisy sont : unité retrouvée et réactivité face à la concurrence internationale. Cette campagne sera donc placée sous le signe de la réconciliation des Français, nécessité absolue, pour redresser le pays et accorder le temps politique, trop lent par rapport à la vitesse des choses, au temps économique. Les royalistes veulent donc délivrer à nos concitoyens un message d’espérance : « Oui, le roi existe au-dessus de nos divisions. »

 

 


 

Repost 0
Published by Christophe - dans Elections
commenter cet article
17 septembre 2011 6 17 /09 /septembre /2011 11:57

 

Né le 4 janvier 1952

Analyste financier de 1980 à 2004

Gérant d’une entreprise d’événementiel depuis 2004

Ce samedi matin, accueilli à Montfermeil par l’ancien député-maire, maire honoraire, Pierre Bernard et en présence de la Presse, Patrick de Villenoisy prononcera une allocution et répondra aux questions.

Patrick de Villenoisy dévoilera ses espoirs pour nos concitoyens et pour le bien commun tout au long de sa campagne.

Nous vous invitons également à vous référer au Livre bleu édité par l’Alliance royale, dans lequel est exposée la plateforme politique du parti royaliste.

COMMUNIQUE ADRESSE A LA PRESSE :

Patrick de Villenoisy, porte-parole de l’Alliance royale, annonce sa candidature à l’élection présidentielle de 2012. Patrick de Villenoisy porte donc les couleurs du parti royaliste pour présenter à nos concitoyens la seule alternative susceptible d’entrouvrir une lueur d’espoir dans un contexte préoccupant. Les Français sont inquiets, inquiets pour leur emploi, inquiets pour leur niveau de vie. Les jeunes en particulier craignent pour leur avenir. Nos édiles les confortent dans cette peur et au découragement et ne proposent aucune solution crédible. Gouverner c’est prévoir et nos concitoyens découvrent brutalement que nos politiques n’ont pas su remplir cet aspect fondamental de leur fonction. Patrick de Villenoisy, candidat royaliste, veut leur dire qu’au-delà de l’impéritie de certains hommes politiques et à leur décharge, c’est le régime républicain qui est responsable de cette situation. Les royalistes veulent démontrer au travers de cette campagne présidentielle que le retour du roi représente la seule espérance d’inscrire la politique dans le temps long, dans la responsabilité, dans la confiance retrouvée. Tout royaume divisé contre lui-même se perdra : Patrick de Villenoisy et les royalistes veulent proposer de réconcilier les français : condition indispensable pour sortir de la crise. Un chef d’État, le roi, arbitre indépendant des partis, peut transcender nos divisions et proposer les réformes indispensables dans une perspective de vraie justice sociale.

La France est encore un pays riche et qui possède en elle les moyens de relever les défis qui se sont accumulés au-dessus d’elle à condition de faire confiance à la seule personne qui puisse y parvenir :

Oui, le roi existe au-dessus de nos guerres civiles.
Ils vous ont promis la lune, demandez le soleil.

Repost 0
Published by Christophe - dans Elections
commenter cet article
28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 09:15


Le temps qui précède la prochaine élection présidentielle se réduit comme peau de chagrin.

Alors, les conversations, petit à petit, commencent à tourner autour des candidats, des programmes, des scandales (euh, non ! les scandales, c’est un sujet permanent) et finalement du choix du « bon » bulletin de vote.

C’est ainsi que le citoyen français, toujours dans l’ignorance de la proposition royaliste, exprime, malgré ses inquiétudes et ses déceptions, sa volonté de « voter utile ».

C’est en effet le dernier argument d’une conversation où, après avoir écouté votre discours, avoir reconnu être d’accord avec lui dans son ensemble, on s’interdit finalement de retenir la proposition afin… de « voter utile » !

Tous auront compris que « voter utile », c’est voter « contre tous les autres », pour empêcher le « pire », qui bien sûr n’est pas le même pour tous.

En résumé, on constate la décadence, on s’accorde à penser que « son candidat » n’a pas la solution, mais tout de même, voter pour lui c’est ralentir la chute.

!!!

Mais notre société n’attend pas notre vote pour évoluer. Et qui plus est pour évoluer vers des lendemains bien difficiles !

Ecoutez les « grands » de notre monde : il y a ceux qui sont pour l’Euro, ceux qui sont contre. Ceux qui pensent qu’on l’a adopté un peu vite mais qu’à présent il faut le garder, ceux qui pensent qu’il y a urgence à en sortir. Il y a ceux qui prônent la mondialisation, et ceux qui veulent défendre les intérêts nationaux, nos emplois, notre savoir-faire. Il y a ceux qui veulent une Europe fédérale, les autres une Europe des nations.

Avouez que, dans tous ces beaux discours, on entend tout et son contraire…

Pendant ce temps, la Société évolue… n’est-il pas vrai que les riches sont de plus en plus riches ? les pauvres de plus en plus nombreux ?

N’est-il pas vrai que le déficit de nos Etats occidentaux atteint au ridicule, lamentable cadeau que nous laissons à nos descendants et que jamais, jamais nous ne comblerons ?

N’est-il pas vrai que, sous couvert d’économies d’urgence, l’Etat coupe dans les dépenses d’aide sociale (Sécurité sociale, subventions aux associations : Samu social, Aide aux victimes, etc…), précarisant encore plus des populations déjà fragiles ?

N’est-il pas vrai que les tentes des SDF, qui s’étaient faites plus rares depuis peu de temps, réapparaissent désormais plus nombreuses ?

N’est-il pas vrai que, lorsqu’on évoque à un « actif » le paiement de sa retraite à l’horizon de 15, 25 ou 40 ans, celui-ci hausse les épaules et pense qu’il ne lui restera rien ?

N’est-il pas vrai que les « valeurs refuge » (l’or, l’immobilier) atteignent des prix irréels, sans aucune utilité pour l’Economie, tandis que les valeurs boursières sont dépréciées, que les entreprises s’appauvrissent et que nous perdons des emplois ?

N’est-il pas vrai que si l’on évoque avec un jeune son ou ses futur(s) emplois pendant 40 ans, il vous répond chômage, licenciement, fin de droits… belle perspective ?

N’est-il pas vrai que l’on dit des Français qu’ils sont dépressifs, ce qui est d’autant plus frappant dans certaines entreprises où cela se traduit par des suicides ?

N’est-il pas vrai que l’Etat est lui-même conscient de la dramatique évolution, au point qu’il arme les policiers pour contenir de futurs débordements ?

Alors pardonnez-moi, chers amis. « Voter utile » dans ce contexte, si le seul effet que l’on en attend est de limiter la hausse des impôts… c’est vouloir que rien ne change… et si rien ne change, c’est la catastrophe à court terme.

Et la catastrophe s’appelle… révolution.

Alors ne votez pas utile ! Pour une fois, PENSEZ ! Faites de la politique, débattez, convainquez, faites vous convaincre, décidez mais ne laissez pas des représentants dont vous ne connaissez que l’image télévisuelle décider pour vous !

(Extrait de royaume defrance.fr)

Repost 0
Published by Christophe - dans Humeur
commenter cet article
22 juillet 2011 5 22 /07 /juillet /2011 18:01

 

SOS Racisme a organisé un grand concert sur le Champ de Mars à Paris, le 14 juillet, avec de grands noms d’artistes à faire rêver comme Yannick Noah, Grégoire, Nolween Leroy, Pascal Obispo, Kassav’, Abd Al Malik, Michel Delpech, Benabar, Raggasonic…et l’autorisation éclairée de la mairie de Paris, qui, en matière de mécénat politique, n’en est pas à son coup d’essai. Alors, certains bons patriotes et néanmoins républicains se sont scandalisés du mélange des genres, entre, d’un côté, la fête nationale sensée unir les Français, et, de l’autre, les revendications politiques et cacophoniques à tendance agit-prop scandées par les associations révolutionnaires. Mais en réalité, si beaucoup estiment encore que le 14 juillet est le symbole de l’unité nationale, il est tout aussi légitime de faire de ce jour celui des revendications révolutionnaires de tous poils. Après tout, la prise de la bastille, c’était bien cela. Alors, plutôt que de regretter le détournement, qui n’en est pas vraiment un, d’un symbole en perte de vitesse, n’est-il pas préférable de se demander comment on en est arrivé là ?

Repost 0
Published by Christophe - dans Humeur
commenter cet article
12 juillet 2011 2 12 /07 /juillet /2011 08:45

Visuel-UDT-2011.jpg

Repost 0
Published by Christophe - dans Conférence
commenter cet article
9 juillet 2011 6 09 /07 /juillet /2011 17:47

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcT1lqZQ5ECCEA-uc85OOYAWGSrYrgU6OQMdEQdQXs4E0-OuK9pj_g

Quelques affiches rouges - police blanche fleurissent sur les panneaux d'affichage.

 

Blanc sur fond rouge : signe distinctif de la gauche révolutionnaire, mais celle-ci glorifie bien la révolution... mais la révolution tunisienne !

 

Que fait cette affiche en France ?

 

Agacé il y a quelques jours par le 5ème article du Pacte républicain signé par les partis tunisiens en formation (Le cinquième point rappelle la nécessité de défendre l’indépendance nationale, d’œuvrer pour la propagation des principes de la paix et de la liberté dans le monde … Et le soutien de toutes les causes justes et à leur tête celle du peuple palestinien et la lutte contre toutes les formes de normalisation avec l’entité sioniste.) qui me fait penser qu'avec de telles intentions la paix n'est pas près de s'installer au Moyen Orient, je me dis que nos pauvres amis tunisiens n'ont pas peur de jouer avec les allumettes !

 

En effet, qui peut dire aujourd'hui à quel stade en est la révolution arabe : débouchera-t-elle sur une démocratie (si facilement, si rapidement ?) ou sur un bain de sang qui pourrait durer des années ?

 

Et puis je comprends : cette affiche n'est pas le fait d'un parti tunisien, mais celui... du NPA, le parti auquel appartient Besancenot.

 

Dès lors, tout devient clair : puisque l'on prône la révolution, n'importe quelle révolution pourvu qu'elle s'appelle révolution, on a choisi la plus proche et, pour espérer gratter quelques voix aux prochaines élections françaises, on promeut une révolution étrangère.

 

Et si, là-bas, les évènements s'enflamment, finalement tant mieux, on soutiendra plus fort encore les glorieux révolutionnaires qui mourront dans les rues, tout en étant soi-même confortablement installé dans un canapé confortable et douillet, devant sa télévision.

Repost 0
Published by Christophe - dans Humeur
commenter cet article