Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Abonnement libre au Bulletin

le nouveau bulletin de l'Alliance Royale vient de sortir

  new_bulletin-12.jpg

 

 








Pour vous abonner Catégorie:
abonnez-vous

Recherche

Alliance Hauts-de-Seine

L’Alliance Royale est une formation politique fondée en 2001 et regroupant des "citoyens" (habitants de la Cité) convaincus  qu’il est temps de reposer la question des institutions dans le débat politique français. L’Alliance Royale a non seulement pour ambition de faire redécouvrir la monarchie à nos compatriotes, mais également d’inviter la France à préparer son avenir dans ses institutions.

  blasong2.jpg"D'azur à la fleur de lys d'or et à la nef antique d'argent, au chef d'argent chargé d'une fasce ondée d'azur", ainsi se décrit le blason des Hauts-de-Seine créé par Georges Weill.


    "Blason Royal du Pays d'Aunis"

24 octobre 2006 2 24 /10 /octobre /2006 21:34

Michèlle Alliot-Marie s’est adressée en anglais aux Américains, sur le lieu du champ de bataille qui symbolise si bien l’aide que la France de Louis XVI apporta aux Provinces Unies face aux Anglais.

« La France n’est pas arrogante, a-t-elle dit ; elle est strictement, passionnément, définitivement indépendante. »

Oui, mille fois oui, notre pays est riche de son histoire, riche de sa culture, riche de ses idées, et tiendra passionnément sa place dans le monde.

Mais le terme « indépendant » est impropre. La France, comme les autres pays du monde, est totalement interdépendante. Elle l’est pour son approvisionnement énergétique, pour les échanges économiques, pour l’immigration, pour le tourisme, pour la construction européenne, pour la lutte contre le terrorisme, etc, etc…

Le terme exact qui reflète la si juste pensée de MAM est : souveraine. La France est souveraine, en ce qu’elle est libre de choisir sa politique énergétique, sa stratégie d’alliances, l’ouverture de ses frontières…

Dans un monde de plus en plus interdépendant, la meilleure façon pour la France de préserver sa souveraineté, serait de placer à sa tête un souverain.

Repost 0
Published by Christophe Paillard - dans royalistes17
commenter cet article
24 octobre 2006 2 24 /10 /octobre /2006 21:31
Sur le blog d’Yves-Marie Adeline : www.adeline2007.fr, nous vous invitons à écouter l’interview de France Inter diffusé lundi 16 octobre dans l’émission « La bande à Bonnaud »
Repost 0
Published by Christophe Paillard - dans Communiqués
commenter cet article
24 octobre 2006 2 24 /10 /octobre /2006 21:25

Vous habitez ou vous êtes originaire des Charentes

Vous êtes royaliste

Ou vous n’êtes pas sûr d’être royaliste, mais vous pensez que la monarchie pourrait proposer des solutions politiques en France

Vous avez connaissance d’informations, ou vous avez des opinions qui concernent la vie politique régionale ou locale…

Ce blog est fait pour vous : envoyez nous vos opinions

L’Alliance Royale propose de remplacer la Décentralisation des pouvoirs par la Subsidiarité : l’échelon local prend les décisions qui le concernent, mais délègue à l’échelon régional ou national ce qui dépasse ses compétences, techniques ou financières.

Pour l’Alliance Royale, tout commence par vous, pas par l’Administration. Exprimez-vous !

Repost 0
Published by Christophe Paillard - dans royalistes17
commenter cet article
7 octobre 2006 6 07 /10 /octobre /2006 12:42

Le rapport de la DGLF  (  Ministère de  Donnedieu de Vabres )  sur la
langue française  est paru , il a été remis au parlement
consultable sur le site dela D G L F

L'emploi de la  langue française  à Bruxelles ( commission etc...) a reculé
de  10 points en  un an .
Soit une chute de 37%   en un an! En  2004  le français était à  26 %  en
2005 il est à 16,4 % ...
                                                           

L'anglais
atteint maintenant  les 68%, l'allemand est à 3,8%

Pour mémoire en  1996 le français était à 38%

Dans peu de temps  l'Europe pensera et travaillera  de fait que dans une
seule langue .

Patrick Poivre D'Arvor a ecrit dans le figaro de samedi  30  Septembre
"La langue française, grande absente  du débat présidentiel" .

Les concitoyens ne réalisent pas qu' on leur substitue insidieusement une
autre langue .
Un des objectifs de l'Alliance Royale est de parler du devenir de la langue  tant au sein de l'Europe  qu' en France dans le monde du travail .

Repost 0
Published by Jean Loup Cuisiniez - dans royalistes17
commenter cet article
7 octobre 2006 6 07 /10 /octobre /2006 12:38

Une nouvelle proposition de Nicolas

 

Le gouvernement de la République traite de l'ensemble du champ politique, en concédant toutefois un domaine réservé au chef de l'Etat. L'Alliance Royale propose une réforme des institutions qui distinguent clairement un domaine régalien et un domaine public.

 

Dans sa course à la présidence, Nicolas Sarkosy multiplie les déclarations, tant il est vrai que par les temps qui courent, c'est l'opinion qui vous fait perdre ou gagner.

Il propose à présent de supprimer le domaine réservé du chef de l'Etat, afin que la totalité des décisions de la politique française puisse être discutée au parlement.

C'est, pour lui, un gage de plus grande démocratie.

 

L'opinion de l'Alliance Royale va radicalement à l'encontre de cette proposition, pour deux raisons importantes :

- dans une république où le pouvoir est susceptible de changer de mains tous les 5 ans, il est d'une extrême gravité de confier à nos élus des questions stratégiques engageant le pays pour des décennies, sinon davantage.

- l'Assemblée Nationale comporte, bien évidemment, une majorité et une minorité. Cette dernière s'exprime, souvent bruyamment, mais le pouvoir reste entre les mains de la majorité. Et aujourd'hui, cette majorité est l'émanation directe de l'UMP... le parti dont Nicolas Sarkosy est le président.

 

Par voie de conséquence, l'adoption d'une telle mesure pourrait éviter au ministre de l'Intérieur de se présenter à la présidentielle : le fait d'être président du parti majoritaire lui donnerait de fait tous les pouvoirs.

 

Et je ne sache pas que l'élection du chef du parti majoritaire se fasse au suffrage universel...

Repost 0
Published by Christophe Paillard - dans Nos Positions
commenter cet article
4 octobre 2006 3 04 /10 /octobre /2006 19:51

La République décentralise vers les Régions certains pouvoirs de l’Etat et l’économie qui les accompagne. Autrement dit, l’Etat qui centralise tous les pouvoirs par mandat de la Nation, octroie aux Régions le droit de prendre des décisions au plan local et le devoir de les financer.

L’Alliance Royale propose la notion de subsidiarité : celle-ci consiste à conserver le pouvoir aux collectivités locales, qui délègueront à l’Etat les missions qui dépassent leur compétence.

Maxime Bono, député-maire de La Rochelle et président de la Communauté d’Agglomération, dénonce dans l’éditorial de « Point commun » de septembre les rapports entre l’Etat et la Région : « Les plus grandes incertitudes pèsent sur le contenu du futur Contrat de Projet avec l’Etat (…) jusqu’à ce jour, celui-ci était conclu pour 5 ans. C’est grâce à ces Contrats de Plan Etat-Région que nous avons pu financer notre Université ou encore le TGV (…). Aujourd’hui, les propositions de l’Etat sont revues dramatiquement à la baisse : c’est plus d’un tiers des aides qui seront supprimées. »

La toute puissance de l’Etat est le reflet de la majorité en nombre de l’expression électorale de nos concitoyens. A chaque changement de majorité, et nous savons combien les mouvements d’opinion sont rapides, l’orientation des projets de l’Etat change. Il n’y a pas de perspective à long terme.

C’est pourquoi, non seulement les collectivités locales ont à charge des finances lourdes, mais il s’y ajoute la versatilité du pouvoir central, qui ne peut que faire peser plus lourd sur les populations la nécessaire évolution des infrastructures régionales en France.

L’Alliance Royale propose une réforme des institutions de notre pays, aussi bien à la tête de l’Etat que dans son fonctionnement, garanti par la Démocratie Equitable.

Repost 0
Published by Christophe Paillard - dans Politique locale
commenter cet article
3 octobre 2006 2 03 /10 /octobre /2006 22:52

Le mercredi 11 octobre à 19h00, Yves-Marie ADELINE, candidat à la présidence de la République présentera son discours officiel à Roullet Saint-Estèphe (16440) près d’Angoulême.

Renseignements auprès de Christophe Paillard au 06 64 85 27 56 : réunion publique suivie d’un dîner (18 € sur réservation préalable avant le 7 octobre).

Repost 0
Published by Christophe Paillard - dans Conférence
commenter cet article
3 octobre 2006 2 03 /10 /octobre /2006 22:49

Depuis le 1er mai la France a ouvert 61 métiers aux ressortissants des 8 pays de l’est nouvellement membres de l’Union Européenne. Dans ces métiers, 700.000 emplois ne trouveraient pas preneurs. Concomitamment, Nicolas Sarkozy présente un projet de loi au Parlement pour promouvoir une immigration « choisie », c’est-à-dire ouverte aux plus qualifiés des candidats à l’immigration.

On peut s’étonner, alors que notre pays compte plus de 5 millions de sans emplois, que certains métiers ne parviennent pas à recruter. Les causes en sont multiples. Le décalage entre la formation scolaire et les besoins des entreprises explique une partie de ce paradoxe, et l’Éducation nationale a été maintes fois invitée à se remettre en question. Citons également la faible considération et le faible niveau de salaire de ces métiers pourtant pénibles (B.T.P., hôtellerie, etc.). Les rémunérations, proches des minima sociaux, y sont tirées vers le bas par l’emploi historique de main d’ouvre immigrée et par le poids des charges sociales. Enfin, la main d’ouvre rendue disponible par la fermeture de sites de production ne possède pas les qualifications requises et se situe en générale regroupée dans des bassins d’emploi sinistrés.

Or nous voyons que la politique proposée par le gouvernement ne fera pas autre chose qu’entériner cet état de fait.

Une politique d’emploi de main d’oeuvre étrangère ne va relever ni la considération des métiers concernés, ni leur rémunération. Elle n’exercera aucun attrait sur les jeunes en formation et ne remettra pas en cause l’éducation nationale. Elle bouchera les perspectives à moyen terme de la population au chômage des anciennes zones industrielles (sur ce point en particulier, il convient de noter que laisser se délocaliser la production industrielle vers les pays étrangers, et en même temps appeler des étrangers pour occuper en France les postes non délocalisables est un marché de dupes). Enfin, elle ne diminuera en rien l’immigration non contrôlée, mais au contraire, elle appauvrira les pays émergeants en débauchant les élites dont ils ont besoin. accentuant ainsi une fracture qui entraîne la plupart des maux actuels : pauvreté, terrorisme, déracinement.

On peut donc considérer sans grand risque que cette politique est néfaste. Mais l’Alliance Royale ne s’arrête pas là. Elle s’interroge sur les raisons qui poussent un homme politique, a priori ni plus malveillant ni plus incompétent qu’une autre, à mener une telle politique.

Considérons pour commencer le paysage politique dans lequel se débat le gouvernement : celui du régime des partis.

A sa gauche, on ne souhaite pas voir se vider les bassins d’emploi. Ils entretiennent la psychose de la précarité et, partant de là, alimentent la contestation sociale. Ils constituent un électorat regroupé et maîtrisable. Il n’est pas question non plus de limiter l’immigration non qualifiée qui renforce la base mobilisable et entretient une autre psychose, celle de l’invasion, qui alimente un contre-feu électoral à droite de la droite parlementaire. La politique proposée par le gouvernement renforce même une gauche dure susceptible de contester sur son flanc un socialisme plus pragmatique et libéralisant.

A sa droite, la droite nationaliste entretient un discours défensif auquel M. Sarkozy ne souhaite pas se laisser assimiler. Une solution « positive » et « européenne » de l’immigration apparaît d’ailleurs comme rassurante et lui permet de mener un discours légèrement sécuritaire conforme à son positionnement au sein de l’actuelle majorité.

Dans les rangs de la droite parlementaire, une telle politique est rassurante. Elle apparaît comme une solution convenable à l’immigration. Elle est sensée régler à court terme et à peu de frais les problèmes de main d’oeuvre qui empoisonnent notre vie quotidienne. Elle flatte le libéralisme qui veut que la main d’oeuvre soit aussi mobile que les capitaux pour aller s’investir là où elle est la plus rentable, théorie à la mode mais contraire à la réalité humaine. Elle flatte enfin les Européistes en favorisant les migrations « inter régions ».

Dans un tel contexte politique, l’objectif n’est ni de régler la question de la main d’oeuvre, ni celle du chômage, ni celle de l’immigration, mais de gagner des élections. C’est le régime des partis.

Pire encore, cette politique d’immigration « choisie » affaiblit la cohésion nationale en discréditant la main d’oeuvre française, en privant des quantités d’hommes de débouchés auxquels ils auraient fini par accéder, en maintenant des bastions de contestation, à droite comme à gauche. La cohésion est la force d’une nation : on voit donc bien que cette affaire doit relever en premier lieu du Chef de l’État, en temps que garant de la cohésion nationale, et non du jeu idéologique des partis politiques qui ne fait qu’instrumentaliser les personnes et précipiter des factions les unes contre les autres.

C’est pourquoi l’Alliance Royale propose de sortir la politique régalienne du jeu des partis par une réforme des institutions.

Par cette réforme, le Chef de l’Etat, à savoir le Roi, ne dépend pas, comme le Prédisent de la république, d’un vote d’opinion idéologique, fondement du régime des partis. Le Haut Conseil, institution régalienne présidée par le garde des Sceaux, et dont les membres sont nommés par le Roi, instruit les affaires de Haute Justice, c’est-à-dire relevant de la cohésion nationale. Les partis idéologiques disparaissent par le principe de la démocratie équitable qui fait représenter à l’Assemblée Nationale les corps sociaux. La nationalité s’obtient par filiation adoptive après une longue période de résidence.

L’Alliance Royale estime ainsi que, aussi longtemps que ces questions institutionnelles n’auront pas été réglées, la France continuera à subir les politiques aux effets désastreux : les mauvaises politiques viennent moins des hommes que des mauvaises institutions.

Repost 0
Published by Alliance Royale - dans Nos Positions
commenter cet article
3 octobre 2006 2 03 /10 /octobre /2006 22:44

Cela n’est jamais arrivé en 1300 ans de monarchie française, et il y a assez de barrières dans les institutions de la royauté pour rendre impossible un tel événement. Ce sont les républicains qui accusaient Louis XVI d’être un tyran, alors que celui-ci a même refusé de faire tirer sur les émeutiers qui enfonçaient ses portes ! Les révolutionnaires ont liquidé des centaines de milliers de personnes parce qu’elles n’étaient pas d’accord avec eux. Qui est le tyran ? De toute façon, il suffit de comparer :

-  Guillaume II est-ce la même chose qu’Hitler ?
-  Sihanouk est-ce même chose que Pol Pot ?
-  Le Shah, est-ce même chose que Khomeyni ? -Louis XVI est-ce même chose que Robespierre ?
-  Nicolas II, est-ce même chose que Staline ?

La république, elle, est plus que tyrannique, elle est totalitaire, sur les corps ou les âmes. Depuis les années 1880, elle enseigne aux élèves une histoire tronquée, falsifiée, trompeuse. Elle a endoctriné des générations entières, montrant une vision purement négative de la monarchie, et de nos jours, une image négative de la France, dans une sorte de masochisme abjecte.

 
Repost 0
Published by Alliance Royale - dans Question-Réponse
commenter cet article
3 octobre 2006 2 03 /10 /octobre /2006 22:44
Même d’intelligence moyenne, le roi est élevé dès l’enfance pour son métier de roi. Aujourd’hui nous élisons les meilleurs... candidats, et les meilleurs candidats font rarement les meilleurs responsables politiques. Par exemple, si Henri III avait été élu, il aurait fini par être renversé par le duc de Guise, ultra populaire à un moment donné, anti-protestant acharné, et qui n’aurait pas manqué de rallumer la guerre civile. De plus, les rois peuvent s’entourer des meilleurs hommes : Suger, Sully, Colbert. Tandis que les hommes politiques miseront plutôt sur des médiocres car ils ont trop peur de la concurrence. Tenez, si Louis XIII avait été élu, jamais il n’aurait gardé Richelieu. Et ne pensez-vous pas que le système actuel est par nature incompétent avec des majorités qui font et défont ce que les autres ont fait et défait juste avant ?
 
Repost 0
Published by Alliance Royale - dans Question-Réponse
commenter cet article