Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Abonnement libre au Bulletin

le nouveau bulletin de l'Alliance Royale vient de sortir

  new_bulletin-12.jpg

 

 








Pour vous abonner Catégorie:
abonnez-vous

Recherche

Alliance Hauts-de-Seine

L’Alliance Royale est une formation politique fondée en 2001 et regroupant des "citoyens" (habitants de la Cité) convaincus  qu’il est temps de reposer la question des institutions dans le débat politique français. L’Alliance Royale a non seulement pour ambition de faire redécouvrir la monarchie à nos compatriotes, mais également d’inviter la France à préparer son avenir dans ses institutions.

  blasong2.jpg"D'azur à la fleur de lys d'or et à la nef antique d'argent, au chef d'argent chargé d'une fasce ondée d'azur", ainsi se décrit le blason des Hauts-de-Seine créé par Georges Weill.


    "Blason Royal du Pays d'Aunis"

11 avril 2011 1 11 /04 /avril /2011 15:05

À des parents d’élèves qui lui demandaient pourquoi on servait à leurs enfants des menus « halal » dans les cantines scolaires de Strasbourg et pas de repas maigre par exemple avec du poisson le vendredi, le maire de Strasbourg Roland Ries a répondu par cette sublime, cette incandescente déclaration  digne de passer à la postérité, car illustrant génialement l’admirable synthèse dialectique de l’islam et de la laïcité, désormais appelée« Allahicité ! ».

«Nous servons de la viande halal par respect pour la diversité, mais pas de poisson par respect pour la laïcité».

En une phrase est ainsi sublimement résumé le principe de préférence islamique et de mépris antichrétien des fanatiques laïques. Le bureau directeur de l’AGRIF réuni ce jour a décidé de lui décerner le premier grand prix qui récompensera désormais chaque année un grand penseur ou poète de l’Allahicité. Bernard Antony viendra ce printemps à Strasbourg pour remettre le prix au maire Roland Ries."

Repost 0
Published by Christophe - dans Actualités
commenter cet article
8 avril 2011 5 08 /04 /avril /2011 19:49

Hds.JPG

Que vous soyez royalistes, conscients qu'un changement profond des institutions françaises est indispensable, adhérents ou non à l’Alliance royale, sympathisants ou militants, désireux que l’Alliance royale ait la possibilité de présenter des candidats aux Législatives dans les Hauts de Seine en 2012, rejoignez-nous.


Pour vous, pour nous, ce sera le début d’une aventure passionnante qui nous permettra de porter le message à des centaines de milliers d’électeurs de ce département.

Vous pourrez participer en assistant aux réunions et conférences, en diffusant notre projet électoral autour de vous, par vos dons (aliment indispensable des rotatives qui imprimeront affiches et bulletins de vote…).

 

Ne laissez personne d'autre exprimer à votre place des idées qui ne sont pas les vôtres !

Repost 0
Published by Christophe - dans Elections
commenter cet article
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 18:32
(D'après Wikipédia)

 

Le premier drapeau de la Libye a été adopté lors de l'indépendance 21 décembre 1951 dans tout le pays. Le drapeau était déjà utilisé en Tripolitaine depuis le 8 mars et en Cyrénaïque depuis décembre 1950. À cette époque, la Libye est une monarchie dirigée par le roi Idris Ier.


Le dessin du drapeau est fixée par l'article VII de la Constitution du pays[2] :

« Sa longueur doit être deux fois plus grand que sa largeur, il doit être divisé en trois bandes parallèles de couleur, celle du haut en rouge, celle du centre noire et celle du bas en vert, la bande noire est égale à la superficie des deux autres bandes et doit porter dans son centre un croissant blanc, avec entre les deux extrémités [du croissant] une étoile à cinq branches. »

Le Royaume uni de Libye souhaite arborer un drapeau qui montre l'unité des trois provinces. Il reprend le drapeau de la Cyrénaïque, dont Idris Ier était originaire et dont il repris le titre d'émir après la guerre. Ce drapeau était lui-même inspiré de celui de l'Empire ottoman, dont elle fut membre de 1551 à 1912, avant d'être cédée à l'Italie, qui unifia le pays en 1934. Il était noir avec une étoile et un croissant blancs. Les deux bandes de couleurs rouge et verte ont été ajoutées après l'union avec la Tripolitaine et la proclamation de l'indépendance de l'état fédéral. La bande rouge représente le Fezzan (sud-ouest, grande région désertique avec Sebha comme ville principale) et la bande verte la Tripolitaine (nord-est) — où se trouve Tripoli, capitale du pays — dont Idris avait été également émir.


Les couleurs sont également les couleurs panarabes, qui se retrouvent sur de nombreux drapeaux du monde arabe, inspirées d'un vers de Safiy-eddine Al-Hali : « Blancs sont nos bienfaits, noires sont nos batailles, verts sont nos pâturages, rouges sont nos épées ». Mais l'ajout du vert et du rouge n'est pas sans rappeler différents pavillons en rapport avec Tripoli, consignés au cours des derniers siècles : soit des bandes horizontales vert-blanc-rouge,soit des bandes jaunes et rouges, Seule la province de Fezzan, région reculée parcourues uniquement par les tribus nomades des Toubou et Touareg, n'a pas d'emblème historique connu.


Les trois provinces traditionnelles de Libye.

 

Question : étant donnée l'histoire de la Libye, par quel miracle pseudo-démocratique et soi-disant électoral peut-on espérer que ce pays se dote d'un régime pacifique ?

 

La dictature, forme belliqueuse et dégradée de la monarchie, avait emportée celle-ci en 1969.

 

Seul le retour à la monarchie peut restaurer la paix et la justice en Libye et empêcher une guerre civile (ou étrangère).


Repost 0
Published by Christophe - dans Actualités
commenter cet article
5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 08:24

Pour faire suite à l'éditorial de http://www.royaumedefrance.fr/201104041929/meandres-de-la-politique-etrangere/

nous apprenons l'attaque concertée du quartier général de Laurent Gbagbo, avec la participation active de la France.

Toute cette affaire laissera des traces, des morts bien sûr, des civils massacrés, des bombardements, des ruines, tout cela pour imposer le résultat improbable d'un scrutin électoral aléatoire.

Et pour finir, la domination d'une moitié de la population sur l'autre moitié... il paraît que c'est démocratique... je crains que ce ne soit que source à querre civile.


Repost 0
Published by Christophe - dans Nos Positions
commenter cet article
3 avril 2011 7 03 /04 /avril /2011 18:56

C'est fait, pour moi avec quelque émotion.

 

Délégué de Charente-Maritime depuis 2004, ma charge s'est rapidement étendue à l'ensemble du Poitou, avec certes de plus fréquents contacts en Charente avec mes amis d'Angoulême.

 

Je suis venu à Paris pour raison professionnelle en 2008, et j'ai naturellement éprouvé depuis quelques difficultés à animer la délégation du Poitou.

 

Cette fois, au lendemain de l'assemblée générale annuelle de l'Alliance royale, et un an avant les élections présidentielle et législatives, il était nécessaire que ma mission soit clairement établie.

 

C'est ainsi que se voit confirmée ma nouvelle fonction de délégué pour les Hauts-de-Seine.

 

Nous allons nous mettre en ordre de bataille, pour soutenir un candidat à la présidentielle - si cette option stratégique se confirme -  pour présenter des candidats dans plusieurs circonscriptions des Hauts-de-Seine et les soutenir, avec un maximum de liens avec nos compagnons de l'Ile de France.

 

Je n'oublie pas pour autant la région du Poitou, où je compte des amis fidèles qui sauront continuer notre action, et pour lequel je reste le référent chaque fois qu'ils auront besoin de mon aide ou de mon avis.

A bientôt pour d'autres nouvelles.


Repost 0
Published by Christophe - dans Politique locale
commenter cet article
21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 08:57

urnenevers.jpg

C'est fait, le premier tour des élections cantonales est derrière nous.

Une fois de plus, l'Alliance royale a présenté des candidats : je salue leur courage, et j'adresse un grand merci aux électeurs qui les ont soutenus.

Je me laisserai cependant aller à un coup de gueule, un ras-le-bol, un désespoir, une colère en quelque sorte !

Comment ! voilà un pays où tant de choses vont mal, où tout est sujet à râler (tiens, cette fois encore !), où le chômage est endémique, où les secteurs de l'économie (qui, seule, peut nous faire vivre, tout de même !) sont en plein marasme, où l'on réduit progressivement le tissu vital du pays (fermeture de bureaux de poste, d'hôpitaux, de tribunaux, d'écoles...), où la prise en charge des personnes âgées est déficiente, où les actifs du second âge craignent de perdre leur emploi, où les jeunes n'en trouvent tout simplement pas...

Un pays qui se voit voler son activité, non plus seulement par les "pays de l'est", où le travail est moins cher et les taxes plus légères, mais désormais par la Chine et l'Inde...

Et les matières premières, donc ! le coton, dont le prix a doublé depuis 2009, pour cause de mauvaises récoltes, et d'achats massifs par la Chine; le pétrole : Khadafi songeait à remplacer les compagnies pétrolières occidentales par des compagnies chinoises ou indiennes... 

Un pays où, soi-disant, la démocratie nous permet de nous exprimer, de décider de nos actions, de notre avenir; mais un pays où, si l'on nous donne la parole, c'est pour nier aussitôt un résultat défavorable, à tel point que nous n'allons plus voter.

Une démocratie où le débat n'existe plus... plus de débats télévisés ni radio-diffusés; l'affichage "sauvage" qui permettait aux petits courants d'opinion d'être aperçus désormais interdit et la quasi absence de panneaux d'affichage libre...

Il est désormais indélicat de "parler politique" : c'est de mauvais goût, de mauvaise éducation, barbant pour les autres, mieux vaut se taire. La politique se fait-elle toujours "au comptoir" ?

Et pourtant, la politique, c'est l'organisation de la vie de la Cité.

Que dire d'une entreprise qui entreprendrait sans avoir auparavant réfléchi, discuté ses objectifs, sa tactique et sa stratégie ?

Et sur une élection que tout le monde qualifie d'inutile (il ne s'agit rien moins que de la politique et du budget des départements, tout de même !), le résultat est que plus de la moitié des électeurs s'abstiennent. Comment s'étonner ?

Pire, manipulés jusqu'à la dernière heure par des évènements (et le traîtement qui en est fait) qui emplissent à eux seuls les colonnes des journaux (Japon, Libye) les électeurs s'interrogent jusqu'au moment de l'isoloir sur la bonne ou la mauvaise décision de tel ou tel, oubliant totalement la question qui leur est posée et qui les conduit à remplir leur devoir de citoyens.

Résultat d'années et d'années de ce traîtement irresponsable ? Les deux grands partis dits "de gouvernement" (le social-démocrate et le capitaliste-libéral) perdent du terrain face à leur terreur, le pas-si-nouveau populiste FN, seul challenger assez puissant pour se faire remarquer.

Et, là où il est par trop évident que ce qui est en cause, c'est le régime républicain, un nombre infime d'électeurs perçoit le discours de l'Alliance royale, qui propose une politique de bon sens, pour le Bien commun.

Et parmi ceux qui l'entendent, combien le négligent parce qu'ils considèrent ce courant trop faible pour disposer d'un quelconque pouvoir ?

Continuons comme ça et je vous le dis : avec des représentants comme les nôtres et nous pour les désigner, nous sommes en train de perdre notre pays face à la mondialisation !

Enfin ! au second tour, les républicains seront entre eux pour se "faire barrage" les uns aux autres... et nous tous, Français, nous avons désormais un an pour réfléchir aux conséquences de nos choix afin, peut-être, de montrer de l'intelligence à la Présidentielle et aux Législatives.


Repost 0
Published by Christophe - dans Nos Positions
commenter cet article
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 10:39

japon-la-ligne-jaune.jpgLa nature, fantasque mais autoritaire, marque clairement au Japon la limite à ne pas dépasser...

 

Cependant...

Source : Lefigaro.fr

Réputée pour son opacité, la société privée Tepco, qui gère les sites nucléaires nippons, avait ignoré des mises en garde de l'AIEA.

Sur la sellette pour sa gestion erratique des événements et son impréparation à la catastrophe de Fukushima, la firme Tokyo Electric Power Company (Tepco), le quatrième producteur mondial d'énergie nucléaire, traîne un vieux parfum de soufre, à l'instar des dix autres opérateurs nucléaires du Japon. Entre 1978 et 2002, 97 incidents, dont 19 jugés «critiques», ont été recensés par le Nisa, l'autorité nationale de sûreté nucléaire.

Le scandale a culminé dans les années 1990 après la découverte de rapports falsifiés sur des taux de radiation et de multiples fissures dans les canalisations du circuit de refroidissement de plusieurs centrales, dont le réacteur no 1 de Fukushima Daiichi, conduisant à l'irradiation de plusieurs techniciens.

Dissimulatrice, ombrageuse, forte d'une assise financière à nulle autre égale au monde et bénéficiant du soutien sans réserve du pouvoir exécutif, l'industrie nucléaire japonaise n'aime pas que l'on fouille dans ses affaires. L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) en a longtemps fait les frais. Depuis 1983, ses experts sillonnent l'Archipel pour mener des évaluations poussées des centrales nucléaires japonaises, lors de missions baptisées Osart (Operational Safety Review Team), à l'instar de celle menée à Fukushima en 1992. Plusieurs sources interrogées à Vienne sous couvert d'anonymat confirment qu'elles se sont toujours déroulées dans un climat tendu, voire hostile, les opérateurs japonais se montrant particulièrement «peu coopératifs» et faiblement enclins à se laisser «inspecter» par des experts étrangers, selon l'une de ces sources.


Cliquez sur l'aperçu pour agrandir l'infographie.

En 2002, le Japon et l'AIEA sont à couteaux tirés. En aparté, un officiel de l'AIEA raconte combien il est difficile de travailler avec ses interlocuteurs nippons sur place. «Nous avions l'impression qu'ils nous disaient: nous voulons bien votre expertise technique, mais le Japon est différent, et nous n'avons pas besoin que vous nous disiez ce qu'il faut changer dans notre organisation.»

«C'est en partie un problème de communication, tempère un ancien ingénieur nucléaire qui a longtemps travaillé pour l'AIEA au Japon, et qui a demandé un strict anonymat. Les Occidentaux ne comprennent pas comment fonctionnent les Japonais. Ils exigent des négociations rapides, des décisions immédiates. Les Japonais ressentent mal cette impatience, interprétée comme une sorte d'arrogance typiquement occidentale. Cel a peut les conduire à réagir en manifestant une certaine forme de… fierté nationale.»

Ces frictions culturelles n'expliquent pas, à elles seules, les incidents qui ont émaillé l'histoire récente de l'industrie nucléaire du Japon. À plusieurs reprises, les autorités nucléaires japonaises ont ignoré de très sérieuses mises en garde, proférées en des termes pourtant beaucoup moins diplomatiques que les experts des missions Osart.

 

Des normes antisismiques totalement périmées

 

En 2008, lors d'une réunion du G8 à Tokyo, l'AIEA avertit le Japon que les normes antisismiques de ses centrales nucléaires sont totalement périmées, d'après un câble diplomatique américain obtenu par le site WikiLeaks, et que ses réacteurs ne sont conçus que pour résister à des séismes d'une magnitude de 7 sur l'échelle de Richter.

L'avertissement ne sera pas entendu. Le 16 juillet 2007, un séisme d'une magnitude de 6,8 avait pourtant frappé la centrale Kashiwazaki-Kariwa (nord-ouest), provoquant un début d'incendie et des rejets radioactifs en mer du Japon. Le réacteur endommagé restera hors-service durant vingt et un mois, l'AIEA critiquant sévèrement les manquements à la sûreté sur le site.

Il en va de même des normes anti-tsunami. Fukushima et ses générateurs au diesel auraient été conçus «pour résister à une vague de 6,3 m de haut», explique Ian Hore-Lacy, porte-parole de la World Nuclear Association, un lobbyiste nucléaire établi à Londres. La vague qui, vendredi 11 mars, a frappé Fukushima et a tout emporté sur son passage, générateurs principaux et de secours, faisait… 7 m de haut.

Ces défauts conceptuels touchent également les méthodes de stockage du combustible. «Les Japonais sont très cupides, renchérit Iouli Andreiev, un scientifique russe, spécialiste des accidents nucléaires. Ils ont rentabilisé chaque centimètre carré d'espace disponible dans leurs centrales. Mais lorsque vous avez un bassin de stockage rempli à ras bord de combustible usagé, le risque d'incendie croît en conséquence si l'eau venait à s'évaporer du bassin.» D'après l'AIEA mercredi, le bassin de stockage de combustible usagé du réacteur no 4, en proie aux flammes depuis trois jours, était «proche de sa capacité maximale», soit 800 assemblages de combustible, lorsque le drame s'est noué.

 

Et c'est ainsi que :

Japon-nuage.jpg et encore n'est-ce qu'un début.

Repost 0
Published by Christophe - dans Actualités
commenter cet article
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 16:16
Source : La Charente libre


""La présidente PS de la région Poitou-Charentes, Ségolène Royal, a déclaré mardi à La Rochelle qu’elle refusait que le conseil régional finance dans le cadre du «plan digues» les travaux de remise en état des digues littorales en Charente-Maritime.""
Madame Royal refuse l'implication de la région dans le programme de mise en sécurité des digues. La question est donc : qui, d'après elle, doit s'impliquer ? Sont-ce les communes ? Les départements ? Est-ce l'Etat ?
A sa place, je me dépécherais de répondre : les départements, puisque les Conseils généraux seront renouvelés pour la dernière fois et pour 3 ans seulement, dans quelques jours !
Quelle haute responsable est-elle pour balayer d'un revers de manche la tempête qui meurtrit notre région il y a seulement un an ?
Au lieu de cela (et bien que cela ne puisse déplaire au navigateur que je suis), elle a décidé de financer l'agrandissement du port des Minimes. Bien sûr, je ne saurais condamner, ni me plaindre de l'augmentation de l'activité autour de La Rochelle (augmentation qui nous a échappé "grâce" à M. Delanoë, autre socialiste, qui perdit en son temps le dossier des Jeux olympiques Paris-La Rochelle).
Les digues en mauvais état n'ont pas résisté à la tempête. Les digues déteriorées ou réparées à la hâte ne résisteraient plus à une très grande marée. Les digues sont, évidemment, et malheureusement, prioritaires. Mais on ne fait pas toujours ce qu'on veut, dans la vie.
Je crains que, après Michel Crépeau, Ségolène Royal ne pense qu'il est préférable que son nom soit attaché au port des Minimes plutôt qu'aux digues du littoral...
Repost 0
Published by Christophe - dans Politique locale
commenter cet article
6 mars 2011 7 06 /03 /mars /2011 13:06

Voici quelques jours, j'ai voulu écrire le texte suivant, destiné à être lu par tout un chacun.

Vous verrez, la notion de roi et de monarchie n'y est évoquée nulle part.

Ce système de gouvernement, apportant d'importantes réformes aux institutions de la France, serait-il susceptible d'être accepté par les Français, si l'on n'agite pas le chiffon rouge d'une peur fabriquée de toute pièce ?

""La Constitution de la Vème république a 53 ans. Le bel âge.
Malheureusement, la pauvre devient rhumatisante

En témoignent de nombreux signes : les nombreuses révisions intervenues depuis sa naissance; la tentation de la transformer en VIème; le désamour des Français pour la classe politique; le pied de nez des députés qui ont voté le traité de Lisbonne après le refus par le peuple du traité de Rome II; le tout frais sondage paru dans le Nouvel Obs montrant que 56% des Français ne font confiance ni à la Droite, ni à la Gauche; une évidente envie qui taraude les Français au spectacle des révolutions de nos amis Tunisiens et Egyptiens,etc, etc...

Ainsi est né un projet de réforme des institutions, dont je vous livre ici quelques éléments :

- certaines disposition de l'actuelle Constitution sont positifs, aussi seront-ils conservés : le bi-caméralisme, par exemple, reposant sur l'Assemblée nationale et le Sénat

- actuellement, le mode de désignation des représentants est jugé insuffisamment démocratique : par le jeu de l'influence des partis, le vote des électeurs est réduit à confirmer le choix des hommes et femmes politiques présentés par les-dits partis

- dans notre proposition, l'Assemblée nationale représente les corps sociaux de la Nation. Quatre collèges sont électeurs : les salariés, les entrepreneurs, les collectivités locales et les familles. Chaque collège élit un député par département, soit un député du travail, un député des patrons, un député des communes et un député des familles. Ceux-ci siègent à la fois au Conseil régional et à l'Assemblée nationale afin de représenter les régions et d'assurer la continuité de la représentation publique

- les sénateurs sont élus au suffrage universel proportionnel afin de représenter les principales tendances idéologiques de la France : les partis ne sont pas oubliés

- à l'issue de la "navette", l'Assemblée nationale a le dernier mot : ce sont ainsi les représentants des corps sociaux qui prennent l'ultime décision

- le Parlement conserve ses prérogatives législatives. Il présente au Gouvernement ses recommandations de politique publique, examine sa politique générale et lui donne, le cas échéant, sa confiance

- le Premier ministre, nommé par le chef de l'Etat, forme son gouvernement et nomme les ministres, sauf le garde des sceaux et le ministre d'Etat (voir ci-après). Il présente sa politique générale au Parlement et lui soumet ses projets de loi et son budget

- le ministère d'Etat est une instance à créer. Il planifie et conduit la politique stratégique de la France, non seulement dans le domaine militaire et diplomatique, mais en général dans tout ce qui intéresse la souveraineté nationale. Nommé par le chef de l'Etat, le ministre est membre du haut Conseil et participe aux travaux du Gouvernement.

- le garde des sceaux est nommé directement par le chef de l'Etat et exercera sous la responsabilité de celui-ci. Il assure ainsi l'indépendance de la Justice

- le chef de l'Etat préside le Conseil des ministres et nomme le Premier ministre; chef de la diplomatie, il signe les traités et les alliances; chef des armées, il décide de l'engagement des forces militaires; chef de la magistrature, il nomme le garde des sceaux et constitue le recours juridictionnel suprême

Ainsi, notre proposition permet-elle une représentation équitable de la population, à travers un Parlement devant lequel le Gouvernement est responsable. Le chef de l'Etat, quant à lui, est l'arbitre des institutions dont il garantit le fonctionnement.

Allons-nous essayer cette démocratie-là ?""

 

Le résultat de cette démonstration, je ne sais s'il vous saute aux yeux, c'est que si en effet tout fonctionne pour le mieux, il reste quelque chose de bancal.

Ce quelque chose, c'est ce que je n'ai pas évoqué : l'origine du pouvoir du chef de l'Etat, et l'indépendance des pouvoirs qui découlent de lui, telle la Justice.

On voit bien, en effet, que l'élection au suffrage universel d'un chef d'Etat de "tous les Français" fait de lui un homme de parti, et que de ce fait aucune indépendance des pouvoirs institutionnels ne peut être espérée.

Ainsi donc, la démocratie équitable, celle qui permet la représentation véritable de la volonté populaire, ne peut exister sans un roi, qui sert à la  fois d'arbitre et de garant devant les exigences partisanes.


Repost 0
Published by Christophe - dans Nos Positions
commenter cet article
2 mars 2011 3 02 /03 /mars /2011 08:30

Entrez dans la légende du Roi de la Vendée !
 samedi 19 mars ·  16:30 - 19:30

Rassemblement sur le parking du Logis de la Chabotterie

 



Venez découvrir en famille ou entre amis l’aventure de Charette, Chef historique des Guerres de Vendée.

17h00 : Commémoration de son arrestation.
...
• Départ du défilé du souvenir, du parking de la Chabotterie à La Croix de Charette avec animations historiques

• Commémoration : histoire des derniers instants de la capture, texte des 100 ans de l'inauguration de la Croix de Charette , dépôt de gerbe.

• Le verre de l’amitié sera offert dans le bois de la Chabotterie

Au son de la veuse et du tambour !

19h30 : Dîner et jeux festifs du brigand vendéen à la « Petite Roche - 500 m de la Chabotterie ».

• Apéritif du ralliement.

• Dégustation du combattant autour du feu sacré.

• Chants et danses banquet du brigand liqueurs variées

• Animation : Le Parcours du Combattant

Jusqu’au bout de la nuit !

Informations pratiques :

Rassemblement sur le parking du Logis de la Chabotterie à partir de 16h30
Renseignements et inscriptions : inscriptions@marie-jeanne.
com
GSM : 06 46 69 06 93 ( Jean-Marie )
Tarifs commemoration : Adultes 3 € - Etudiants 2 € (gratuit pour les mineurs)
Tarifs de la soirée : Adultes 13 € - Etudiants 7 €

Repost 0
Published by URBVM - dans Conférence
commenter cet article