Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Abonnement libre au Bulletin

le nouveau bulletin de l'Alliance Royale vient de sortir

  new_bulletin-12.jpg

 

 








Pour vous abonner Catégorie:
abonnez-vous

Recherche

Alliance Hauts-de-Seine

L’Alliance Royale est une formation politique fondée en 2001 et regroupant des "citoyens" (habitants de la Cité) convaincus  qu’il est temps de reposer la question des institutions dans le débat politique français. L’Alliance Royale a non seulement pour ambition de faire redécouvrir la monarchie à nos compatriotes, mais également d’inviter la France à préparer son avenir dans ses institutions.

  blasong2.jpg"D'azur à la fleur de lys d'or et à la nef antique d'argent, au chef d'argent chargé d'une fasce ondée d'azur", ainsi se décrit le blason des Hauts-de-Seine créé par Georges Weill.


    "Blason Royal du Pays d'Aunis"

3 juillet 2007 2 03 /07 /juillet /2007 10:19
Le discours de politique générale que prononcera aujourd'hui François Fillon à l'Assemblée illustre de façon magistrale l'intérêt des propositions institutionnelles de l'Alliance Royale.
Peu importe à ce stade le contenu de ce discours.
François Fillon est qualifié (par ses opposants, naturellement) d'homme de paille de Nicolas Sarkozy, lequel est clairement évoqué en tant que capitaine de l'équipe.
Pour poursuivre cette image, peut-être serait-il juste de voir en François Fillon le capitaine, quand Nicolas Sarkozy serait l'entraineur...
Mais alors il manque bien une fonction, indispensable et difficile : l'arbitre.
Et qui peut-il être, cet arbitre, indépendant, qui va permettre aux deux équipes de jouer et de réaliser un beau match, sinon le Roi ?
Repost 0
Published by Christophe Paillard - dans Actualités
commenter cet article
27 juin 2007 3 27 /06 /juin /2007 17:44

La rentrée de la nouvelle assemblée a eu lieu. Les députés prennent leurs marques, les statistiques sont à l'oeuvre : plus de femmes, moins de jeunes, autant de fonctionnaires...

Et déjà commencent les passes d'armes sur le rôle dévolu, octroyé ou accaparé par le président de la république, vis à vis non seulement du parlement mais aussi des ministres.

Extraordinaire élection française : il a fallu 5 tours pour confirmer la légitimité du président, je les rappelle :

-  tour d'honneur : désignation par les grands électeurs des candidats autorisés à se présenter

- 1er tour : on élimine, on en retient deux

- 2ème tour : on sépare la France en deux pour contenter une majorité et élire un candidat

- 3ème tour : le 1er tour des législatives annonce la vague bleue

- 4eme tour : le 2eme tour des législatives transforme la résistance des députés roses en semi-défaite pour les bleus, qui obtiennent tout de même la majorité absolue pour le seul parti dominant.

Cela va-t-il enfin suffire ? Mais non. Déjà, on reproche au nouveau président de prendre trop de place, de faire le travail de ses (pardons : des) ministres et de vouloir redonner au régime la suprématie de la fonction présidentielle qu'avait prévue la constitution du Général De Gaulle.

Voilà un homme visiblement énergique, un chef, qui travaille, qui depuis 35 ans a tout fait pour devenir un jour président, qui sert un langage neuf. L'opposition, quant à elle évidemment évincée de la fonction suprême, n'a dans l'immédiat rien d'autre à faire qu'à dévaloriser ladite fonction.

Il est d'ailleurs spectaculaire que ce soit elle, pessimiste sur ses résultats électoraux, qui appelle de ses voeux une VIème république (en fait une IVeme bis, au triste souvenir), que l'on peut espérer qu'elle n'aurait pas souhaité réaliser si elle avait remporté les élections.

Nous ne nous réjouissons pas d'un combat stérile qui ralentit le travail des représentants de l'Etat. Nous souhaitons que la fonction suprême devienne celle du roi, inaccessible par la voie du suffrage universel et donc interdite aux ambitions personnelles.

Et dans ce schéma, nul doute que Nicolas Sarkozy ferait un très bon Premier ministre.

Repost 0
Published by Christophe Paillard - dans Actualités
commenter cet article
26 juin 2007 2 26 /06 /juin /2007 11:32

9% d’illettrés en France…

De quoi faire se retourner Napoléon III dans sa tombe. Jamais la France contemporaine n’est tombée aussi bas.


Et malheureusement, l’échec des établissements “d’éducation nationale” ne se limite pas à cette progression de l’illettrisme: il est aussi directement responsable du chômage de masse.

Car aujourd’hui, dans un monde globalisé, il est indispensable de savoir un métier, les “petits”boulots” se raréfient.

Mais au lieu “d’instruire”, la République “éduque”, ce qui est sans doute très bien pour fabriquer de parfaits petits républicains en rangs serrés, mais pas des travailleurs en activité.

Repost 0
Published by Yves-Marie Adeline - dans Actualités
commenter cet article
21 juin 2007 4 21 /06 /juin /2007 16:06

Mardi soir, avec des amis, j'ai vu Alain Juppé au restaurant à Bordeaux, sur les Allées de Tourny.
Nous l'avons encouragé à conserver la Mairie de Bordeaux.

Merci Catherine.

Le lendemain, il a annoncé qu'il restait.
Pourquoi la vie n'est-elle pas toujours aussi simple ?

Repost 0
Published by Christophe Paillard - dans Actualités
commenter cet article
18 juin 2007 1 18 /06 /juin /2007 12:18

La défaite d'Alain Juppé à l'élection législative de Bordeaux illustre les limites de ce type d'élections.

En premier lieu, le ministre se présente devant les électeurs pour bénéficier de la légitimité du suffrage universel.

Nous avons déja évoqué le fait qu'un député ne représente pas en réalité sa circonscription, mais le parti auquel il est appartient.

Dans le cas présent, le candidat représentera d'autant moins sa circonscription qu'il est ministre, et que sa première décision consistera à se désister en faveur de son suppléant.

C'est donc une pratique très surprenante, qui consiste alors que l'on a la responsabilité d'un ministère, à se présenter devant les électeurs de l'une des 577 circonscriptions pour tenter de se faire élire et, au cas où ils n'auraient pas compris, à remettre immédiatement sa démission du siège de député.

Pourquoi se priver de l'intelligence de Monsieur Juppé, pour la mission qui était la sienne dans son ministère tout neuf ? N'est il pas suffisant que le gouvernement soit responsable devant le parlement ?

 Le chef de l'Etat (ou le premier ministre), n'ont donc pas la possibilité de désigner la personnalité de leur choix ?

En fait, si : c'est l'opinion qui les oblige, non la constitution. La désignation de M. Juppé est un sujet sensible, il faut la faire valider. Celle de Rachida Dati l'est moins : elle n'a pas eu à se présenter devant les électeurs - et ne parlons pas à son sujet de "petit ministère".

Sujet sensible, Monsieur Juppé ? Intelligent, nous l'avons dit et c'est incontestable, il s'est néanmoins montré arrogant lors de son premier-ministère. Pour faire suivre cette période par la dissolution de l'Assemblée, erreur tellement incroyable !

Je pense que le peuple ne lui en veut pas d'avoir été condamné pour les "affaires" (nous sommes en Gaule). Mais pourquoi ce besoin de reprendre "sa" place à la mairie de Bordeaux sans attendre 2008 ? Il la reprend, au prix d'une élection anticipée, au même suppléant auquel il destine le siège de député auquel il aspire, pour l'abandonner.

Demandons nous si les hommes politiques qui nous gouvernent, dotés évidemment d'un cerveau, ne perdent pas tout sens commun, à la fois faute d'un guide stable pour leur montrer la route et puisqu'il n'existe pas de limite à leur ambition, à l'atteinte un jour du pouvoir suprême, ne sont pas de ce fait fiévreux et brouillons pour ce qui les concerne.

Repost 0
Published by Christophe Paillard - dans Actualités
commenter cet article
17 juin 2007 7 17 /06 /juin /2007 21:17

Ce soir, la Gauche sauve les meubles, mieux encore qu'elle ne l'espérait.

La Droite est majoritaire : l'Assemblée soutiendra donc le gouvernement et le Président de la République.

La majorité, bien qu'absolue, de l'UMP autorise cependant une opposition forte et c'est tant mieux pour la France : il est certainement préférable que l'opposition s'active par des propositions dans l'hémicycle qu'à travers des manifestations dans la rue.

Une fois encore, cependant, nous entendons tous les élus se réjouir de pouvoir soutenir le projet gouvernemental, ou le combattre. Mais qui parle de défendre les intérêts de la circonscription qui les a élus ?

Repost 0
Published by Christophe Paillard - dans Actualités
commenter cet article
10 juin 2007 7 10 /06 /juin /2007 22:10

Vous le savez, l'Alliance Royale propose le concept de démocratie équitable.

Nous découvrons ce soir les résultats du premier tour des élections législatives en France : l'UMP va certainement disposer à l'Assemblée d'une majorité écrasante.

Nous comprenons, à écouter le personnel politique qui se relaie sur les plateaux de télévision, que les élus représenteront leur parti, et non les électeurs de leur circonscription : il y a là absence de représentation locale.

Dans cette circonstance, dès lors que le parti majoritaire a obtenu la majorité qui permettra au gouvernement de travailler, la surabondance de députés UMP est totalement inutile.

C'est pourquoi, en parfaite connaissance de son futur succès, l'UMP est ici passé à côté d'une ouverture qui aurait été historique : présenter de nombreux candidats jeunes, présenter des candidats représentant les salariés, représentant les familles, représentant le monde de l'entreprise.

L'élection de ces candidats aurait certes été plus difficile, mais ces candidatures auraient prouvé la volonté du président de la république et celle du gouvernement de renouveller la vie politique française.

Repost 0
Published by Christophe Paillard - dans Actualités
commenter cet article
21 novembre 2006 2 21 /11 /novembre /2006 20:48

Nous avons pu entendre, dans l’émission de Ruquier sur Europe 1, une version française, une version anglaise et une version allemande du God Save the Queen. Superbe ! Une fois n’est pas coutume dans cette émission.

Le Royaume-Uni n'a pas d'hymne national officiel, mais le « God Save the Queen » possède une longue histoire d'usage dans cette fonction et est utilisé par le gouvernement comme hymne national.
L'origine de l'hymne est incertaine et aucune thèse ne fait l’unanimité.

  • Dans "Oxford Companion to Music", Percy Scholes cite un morceau de clavier de John Bull (1619) qui a de fortes similitudes avec l'air moderne, selon le placement des altérations qui, à cette époque et dans certains cas, étaient non écrites et laissés à la discrétion de l'interprète.
    Il indiqua également que plusieurs morceaux de Henry Purcell, dont un inclut les notes d'ouverture de l'air moderne, contiennent les mots : "God Save the King".
    La première édition définitive de l'air actuel est apparue en 1744 dans Thesaurus Musicus. La chanson serait devenue populaire l'année suivante, après le débarquement de Charles Édouard Stuart, qui marque la fin des espoirs des Stuarts de remonter sur le trône anglais. Les Hanovres, victorieux, adoptent cet air comme hymne royal britannique.
  • Dans son ouvrage Souvenir (Chapitre IV) la Marquise de Créquy évoque une origine française de l’hymne.
    L'ancêtre du « God save the King » serait la chanson « Grand Dieu sauve le Roi », écrite par la duchesse de Brinon et mise en musique par Jean-Baptiste Lully, pour célébrer la guérison de Louis XIV atteint par un problème de fistules, en 1686.
    La chanson aurait été reprise par Haendel qui l'aurait par la suite vendue a la couronne Britannique pour devenir un hymne royal.
    Par ailleurs, traduite en latin « Domine, salvum fac regem », elle devient l'hymne royal français jusqu'en 1792, date de la dissolution de la monarchie.
Repost 0
Published by Alliance Royale - dans Actualités
commenter cet article