Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Abonnement libre au Bulletin

le nouveau bulletin de l'Alliance Royale vient de sortir

  new_bulletin-12.jpg

 

 








Pour vous abonner Catégorie:
abonnez-vous

Recherche

Alliance Hauts-de-Seine

L’Alliance Royale est une formation politique fondée en 2001 et regroupant des "citoyens" (habitants de la Cité) convaincus  qu’il est temps de reposer la question des institutions dans le débat politique français. L’Alliance Royale a non seulement pour ambition de faire redécouvrir la monarchie à nos compatriotes, mais également d’inviter la France à préparer son avenir dans ses institutions.

  blasong2.jpg"D'azur à la fleur de lys d'or et à la nef antique d'argent, au chef d'argent chargé d'une fasce ondée d'azur", ainsi se décrit le blason des Hauts-de-Seine créé par Georges Weill.


    "Blason Royal du Pays d'Aunis"

6 janvier 2011 4 06 /01 /janvier /2011 08:22

Sans être informés des réalités du scrutin en Côte d'Ivoire, nous tous, par l'intermédiaire des média, lesquels tirent leurs informations de sources partiales, comment ne pas être choqué de l'usage qui est fait du suffrage universel dans ce pays ?

 

Souvenez-vous : le Conseil constitutionnel (certes dominé par les hommes de Gbagbo) prononce la victoire de l'ancien président.

Au même moment, la Commission internationale annonce et proclame dans le monde la victoire de Ouatarra. Imaginez, en France, l'intervention d'une Commission internationale....?

 

Donc, Gbagbo s'accroche au pouvoir. Il propose un recomptage des voix, refusé par son adversaire : pourquoi ?

La situation est incroyable : depuis plus d'un mois, deux "présidents" revendiquent le pouvoir dans un pays africain. On sait la vitesse avec laquelle le feu prend sur le continent noir. En Côte d'Ivoire, depuis un mois, 200 victimes ! Ce sont 200 victimes de trop, mais bien peu au regard d'une guerre civile tellement à craindre.

Pourtant, Gbagbo tient l'armée et pourrait probablement en finir rapidement avec l'hôtel du Golf...

 

Pas plus que vous je n'ai compté les bulletins de cette élection présidentielle. Comme vous j'ignore la vérité. Le moins que l'on puisse dire, c'est que j'ai de moins en moins confiance dans les "informations" que l'on nous fait passer, qui ressemblent fortement à du parti-pris.


Repost 0
Published by Christophe - dans Actualités
commenter cet article
29 décembre 2010 3 29 /12 /décembre /2010 21:40

Un siècle ne commence pas en l'an '00, ni en l'an '01, cela ne s'est jamais vu.

 

Les hommes sont beaucoup trop conservateurs : le changement de centaine est l'occasion de laisser cours à ses nostalgies du siècle passé, à ses craintes du siècle à venir.

 

Et puis, un chiffre au compteur, fut-il une centaine, ce n'est pas une révolution : les choses de la vie demeurent, ne changent ni plus vite, ni moins vite qu'auparavant.

 

Vient cependant un temps où le siècle précédent s'éloigne; où l'on commence à voir des différences fréquentes et importantes; où le retour en arrière n'est plus, ni envisageable, ni souhaité; où le siècle terminé commence à être jugé pour ses défauts, plus que pour ses qualités.

 

On observe, au cours des siècles qui nous ont précédés, des évènements dramatiques importants survenus à quelques années du début du siècle, et marquant un virage décisif :

 

Le XXè, fut à partir de la guerre de '14 le siècle qui vit l'Europe s'effondrer sur elle-même, et pas seulement elle. L'organisation internationale s'en est trouvée entièrement révolutionnée, en passant par dessus les assassinats par millions de quelques dictateurs sanguinaires.

 

Le XIXè fut en France, après le sursaut de discipline et de force napoléonienne du début de siècle, celui des régimes faibles, à la légitimité douteuse aux yeux du peuple et par conséquent fragile. C'est avec un retard de 50 ans que, finalement, la France prit le train du progrès, faisant abstraction des souffrances sociales (à l'exception des députés et militants royalistes). Ce siècle se termina, après la débâcle, par une période sans gloire, mère de tous les dangers du siècle suivant.

 

Le XVIIIè est particulier : il connut une fin, 10 ans avant l'heure, lorsque la Révolution mit un terme à la France royale et à son progrès continu (sans faire abstraction des souffrances humaines, naturellement). La France mit son génie entre parenthèse pour mieux s'autodétruire. Il connut un début, à la mort de Louis XIV en 1715, ce roi soleil qui avait régné si longtemps et qui laissait le pouvoir à un arrière-petit-fils de 5 ans, c'est à dire le pouvoir à la Régence du duc d'Orléans.

 

Le XVIIè commença avec l'assassinat du bon roi Henri IV, lequel avait réussi à mettre un terme aux guerres de religion, commencé à remettre l'économie du pays dans le bon chemin. Il laissait lui aussi le pouvoir à un enfant, qui sut se rendre compte dès qu'il fut en âge que ce pouvoir lui était volé, sut le reprendre par la ruse et la force, puis le partager avec le plus grand ministre français : Richelieu, si grand que lui-même sut trouver son successeur, Mazarin, pour tenir le royaume jusque dans les mains de Louis-Dieudonné.

 

Le XVIè siècle commence avec la montée sur le trône de François 1er, en 1515. Marignan, puis la longue concurrence entre le roi de France et Charles Quint; la Renaissance...

 

Je cesserai cette énumération en évoquant le XVè siècle : la France et l'Angleterre se livraient la guerre de Cent-ans. Bien sûr, 1415 vit Azincourt et la déroute des Français. Le roi Charles VI, fou, régnait encore et abandonnait les droits de son fils le futur Charles VII au profit des Anglais. Mais, dans cette période de feu et de sang, le peuple pouvait-il voir une réelle différence entre les années 1390 et les années 1420 ? Je ne sais.

 

Revenons à nos jours : dans 48 heures s'ouvre l'année 2011. La deuxième décennie. Il est possible que rien ne change; que nous ayons une élection présidentielle sans surprise et sans intérêt en 2012, une autre en 2017, sans jamais la possibilité de réformer quoi que ce soit dans ce pays qui souffre. Il est possible que quelque chose change, en raison d'une prise de conscience ou en raison d'un ras-le-bol. Soyons optimistes, soyons vigilants, soyons prévoyants : ne risquons pas de voir notre beau pays sombrer dans le chaos et la violence, militons au contraire pour une organisation politique capable de le redresser, à force de patience et d'efforts :

 

... demain peut-être, la royauté !

Repost 0
Published by Christophe - dans Actualités
commenter cet article
24 décembre 2010 5 24 /12 /décembre /2010 09:37
 De Philippe :
 

 "Il n'y a jamais eu d'unité nationale dans ce pays malgré 
les efforts du président Houphouët-Boigny entre 1960 et
1993. Il ne faut pas oublier que ce pays subit des frontières
coloniales qui n'ont rien à voir avec les régions naturelles
de l'Afrique, à savoir que le découpage de pays comme celui-ci,
le Ghana, le Togo, le Bénin, le Nigéria ou le Cameroun
sont divisés dans le sens vertical alors que depuis des millénaires
l'Afrique est divisée dans le sens horizontal : la savane ou
se trouvent les royaumes, la forêt tropicale et enfin le bord de mer.

Chacune de ces régions est occupée par différentes ethnies
qui tiennent farouchement à leurs propres identités et coutumes.
De plus la région nord, favorable à Ouattara est de majorité
islamique (environ 38%) alors que la région sud, favorable
à Gbagbo est plutôt catholique (environ 22%).
Quant au reste de la population elle est de religions diverses avec
cependant 17% de religion traditionaliste (sorciers, fétiches, etc...).

Pour l'anecdote, Houphouët-Boigny avait fait emprisonner
Gbagbo entre 1971 et 1973 en tant que fauteur de troubles.
Ce dernier tentait de promouvoir le multipartisme en Côte d'Ivoire
avec le soutien affirmé du parti socialiste français.
En 1992, Ouattara, alors premier ministre de Houphouët-Boigny,
le fit à nouveau emprisonner durant 6 mois.

Pour en revenir aux élections de 2010, le premier tour
accordait 38,04% à Gbagbo au sud, 25,24% à Bédié au Centre
et 32,07% à Ouattara au nord. Les voix de Bédié (ancien président
à la suite de Houphouët-Boigny) s'étant reportées sur Ouattara,
il n'est pas étonnant, voire normal et prévisible que ce dernier
ait eu la majorité des voix.

Nous avons là l'effet le plus pervers de la République qui est
incapable de créer une identité nationale ou une Patrie et
qui est sans cesse mise en cause par une partie de la population
mécontente d'être dirigée par un homme qu'elle ne reconnaît
aucunement. Nous avons le même exemple en Biélorussie.

Seul un roi est capable de parvenir à créer cette unité nationale
qui fait tant défaut à nos concitoyens.

L'une des solutions (peut-être la meilleure) serait-elle de revenir

à un partage ethnique de la Côte d'Ivoire en séparant le nord

pour Ouattara et le sud pour Gbagbo? Ainsi tout le monde
serait content et
ce pays retrouverait ses frontières naturelles.

Repost 0
Published by Philippe - dans Actualités
commenter cet article
22 décembre 2010 3 22 /12 /décembre /2010 21:31

22/12/2010 Le Figaro : Gbagbo propose un comité d'évaluation en Côte d'Ivoire

http://www.lefigaro.fr/international/2010/12/21/01003-20101221ARTFIG00552-gbagbo-propose-un-comite-d-evaluation-en-cote-d-ivoire.php

 

 

En Côte d’Ivoire, nous dit la presse occidentale, il y a deux élus pour le poste de président de la république : Laurent Gbagbo, président en exercice, et Alassane Ouattara, ancien directeur adjoint du Fonds Monétaire International (FMI), qui prétend être le nouvel élu.

Or il faut savoir que l’ONU a imposé la mise en place d’une « commission électorale indépendante » pour superviser le déroulement des élections mais que celle-ci est composée aux trois quarts d’adversaires de Gbagbo. Comme par hasard, cette commission a avancé des chiffres selon lesquels Ouattara aurait gagné les élections. La réalité est que le camp mondialiste, c’est-à-dire le camp des banques et des multinationales, veut éliminer Gbagbo car celui-ci mène une politique d’indépendance nationale, ce qui n’est pas acceptable par des gens qui veulent instaurer un gouvernement mondial.

Ouattara, au contraire, est l'homme des lobbies, dont l'objectif est de faire rentrer l'Afrique dans le moule du FMI, alimenté par la finance mondiale. C'est pourquoi la même finance internationale a menacé de couper les vivres à la Côte d'Ivoire lorsque Ouattara ne put se présenter aux élections présidentielles en raison du concept d'ivoirité. (Le mot est employé d'abord par le président Henri Konan Bédié en 1993. Il en fait un usage plutôt libéral, en faisant un projet d'identité culturelle commune pour les 60 ethnies composant la Côte d'Ivoire, les nationaux ivoiriens comme les étrangers (qui représentent en 1998 le quart de la population).

Mais, repris par ses adversaires politiques, ce concept est bientôt imprégné d'idées nationalistes et xénophobes. Des campagnes de presse ont ainsi imposé ce concept, qui conduit notamment à l'élimination du candidat du nord de la Côte d'Ivoire, Alassane Ouattara.)

Toutes les déclarations qui prétendent que Gbagbo ne veut pas respecter le résultat du scrutin sont donc des mensonges. Nicolas Sarkozy, qui vient de faire une déclaration demandant à Gbagbo de partir, démontre une fois de plus qu’il est le valet du camp mondialiste. C’est en fait une ingérence flagrante dans les affaires intérieures d’un pays et Gbagbo a raison de demander le départ des troupes de l’ONU.

Gbagbo a gagné les élections, et il le sait : pensez-vous, dans le cas contraire, qu'il accepterait de s'en remettre à une commission internationale ?

*

En quoi sommes-nous concernés ? Tout simplement parce que le camp mondialiste a un pouvoir tentaculaire. Il contrôle la Communauté Européenne en faisant adopter par personnes interposées le traité de Lisbonne qui prive les Etats de leur souveraineté, ce qui va dans le sens de la politique mondialiste ; il mène la guerre en Afghanistan avec l’objectif de contrôler le Moyen-Orient et il cherche à asseoir son pouvoir sur le continent africain.

Dans sa plate-forme politique, l’Alliance royale se prononce en faveur d’une Europe des patries, chaque Etat européen retrouvant la souveraineté qu’il a perdue. Toute action dans le monde qui tend à faire reculer le pouvoir mondialiste va donc dans le même sens. C’est pourquoi nous soutenons la position de Gbagbo qui exige le départ des troupes de l’ONU.

Le camp mondialiste s’appuie sur les institutions financières pour imposer sa domination sur le monde.

Nous considérons que seul un roi peut représenter un pouvoir indépendant des puissances financières et c’est pourquoi nous voulons le retour de la royauté en France.

Georges Tartaret et Christophe Paillard

 

Repost 0
Published by Christophe - dans Actualités
commenter cet article
10 décembre 2010 5 10 /12 /décembre /2010 09:18

Je devrais être satisfait : M. Fillon m'a entendu.

 

Il confirme ce que nous savons tous : les chutes de neige de mercredi ont provoqué la pagaille. Bon.

 

Mais ne voilà-t-il pas qu'il cherche un responsable ? Météo France... qui n'a pas su prévoir l'intensité du phénomène.

 

D'après lui, donc, les prévisions météo sont d'une précision exemplaire, et si la réalité les fait mentir, c'est que Météo France n'a pas fait son boulot.

 

Vous avez tous lu ou entendu, cependant, que pour faire d'indispensables économies (crise oblige) les municipalités ont réduit les crédits alloués aux conséquences des intempéries de 30%.

 

Elle est bien là, la décision fatale, et pas dans les prévisions de Météo France.


Et cette diminution des crédits, nous ne pouvons pas la reprocher à nos édiles : ils ont ainsi allégé la pression fiscale sur leurs concitoyens.


En contrepartie de quoi : ce fut la pagaille. Acceptons-le, c'est tout.

 

Quoi qu'il en soit, entre Météo France qui n'aurait pas fait son travail, ou un ministre voire le gouvernement tout entier qui n'aurait pas fait le sien, de qui choisirions-nous de nous passer à l'avenir ?

 

Allez, soyons magnanimes : on garde les deux, et au travail !


Repost 0
Published by Christophe - dans Actualités
commenter cet article
9 décembre 2010 4 09 /12 /décembre /2010 16:59

Le Figaro.fr :

Des milliers de Franciliens piégés par la neige

Des milliers de Franciliens piégés par la neige<br/>

Plusieurs milliers de personnes sont restées bloquées dans la nuit de mercredi à jeudi dans les aéroports parisiens, sur les routes, ou sur leurs lieux de travail en Ile-de-France. Ce matin, les autorités déconseillent «formellement» aux automobilistes de prendre la route.

*

 

Pendant ce temps, notre bon ministre M. Hortefeux affirme, avec confiance et avec force :

 

"Ce n'est pas la pagaille..."

 

Il faudrait revoir la définition de la pagaille !

 

A moins qu'il ne faille revoir les attributions de M. Hortefeux, qui semble se soucier comme de l'an 40 de l'épreuve subie hier soir par les Franciliens. Il est vrai qu'il n'habite pas en banlieue.

 

*

 

Comment peut-on affirmer que ce n'était pas la pagaille ? Suffit-il de dire que les prévisions météorologiques, qui prédisaient un sale temps mais pas la neige, ont baissé la garde des pouvoirs publics, alors que dès 15h la circulation de la capitale était bloquée, sans amélioration jusque dans la soirée ? Alors qu'à Vélizy, au carrefour de l'A 86 et de la N118 les gens ont dormi dans leur voiture ? Alors que jeudi matin, à l'endroit de ce même noeud routier qui n'avait pas pu être déneigé en raison de la présence des voitures échouées, les accès ont été ré-ouverts pour permettre l'afflux des usagers retournant travailler à Paris ?

 

J'entends encore cette auditrice Polonaise, la voix moqueuse, disant qu'elle rentre de Varsovie où les bus roulent avec 35 cm de neige, alors que les nôtres s'arrêtent avec 5 cm...

 

*

 

Non, le nécessaire n'est pas fait. Une fois de plus.

 

Un peu de transparence ne nuirait pourtant pas : la France n'est pas la Pologne, le climat n'y est pas le même et la neige tombe moins fort à Paris qu'à Varsovie.

 

Alors, puisque paraît-il le peuple est souverain (?), il se peut qu'il prenne en conscience la décision de ne pas effectuer les lourdes dépenses qui permettront, une fois tous les 36 du mois, d'éviter la pagaille lorsqu'il neige.

 

Mais alors il faut lui dire, au peuple, que ces jours-là il doit rester chez lui, et que si les prévisions météo se sont trompées... C'EST LA PAGAILLE !

 

*

 

En démocratie, il me semble que la moindre des choses serait de considérer que le peuple est adulte. Ce qui pose les questions suivantes :

- le peuple est-il un ensemble que l'on peut considérer comme adulte ? (Ou : quel est l'âge d'un peuple adulte ?)

- la démocratie exercée en France l'est-elle réellement "par le peuple, pour le peuple" ? (Ou : ne devrait-on pas s'intéresser à une démocratie équitable ?)

- M. Hortefeux (et ses semblables) qui détient LA Vérité, celle qu'on ne discute pas mais qui se révèle toujours fausse, ne devrait-il pas être renvoyé à ses chères études ?

Repost 0
Published by Christophe - dans Actualités
commenter cet article
1 décembre 2010 3 01 /12 /décembre /2010 18:47

Encore un propos inquiétant !

 

Celui-ci émane d'une personne qui connaît son affaire. Un ancien préfet de la République.

 

L'hiver démarre fort, constate-t-il. Si l'hiver est rude, les gens étant désespérés comme ils ne l'ont jamais été, il est possible que la révolte explose.

 

Voici qui est inquiétant, non ?

 

Que faire alors ?

 

Impossible de négliger le désespoir de la population.

 

Impossible non plus de laisser s'installer le chaos.

 

C'est alors que nous devrons nous battre pour une troisième voie : la paix dans l'ordre et la justice, en un mot : la royauté.


Repost 0
Published by Christophe - dans Actualités
commenter cet article
17 novembre 2010 3 17 /11 /novembre /2010 07:24

Les Anglais, qui ne sont vraiment pas faits comme nous, c'est bien connu, se réjouissent ce matin de l'annonce des fiançailles du Prince William et de Kate Middleton.

http://www.mariagetv.fr/actualite-mariage/dans-la-presse/photo/mariage-decembre-2008/world13Kate_Middleton_wideweb__470x375,0.jpg

Monarchie constitutionnelle, certes, mais indiscutablement les Anglais sont heureux de vivre en monarchie.

Pourtant, la monarchie ne les met pas à l'abri des problèmes de société : aucun régime ne le pourrait.

Mais, de même que nous savons que nous sommes les produits de l'Histoire de notre pays, il paraît préférable de nous projeter dans l'avenir à un horizon relativement lointain, et non à 5 ans ou à 18 mois.

 

Announcement of the engagement of Prince William to Miss Catherine Middleton, 16 November 2010

The Prince of Wales is delighted to announce the engagement of Prince William to Miss Catherine Middleton.

The wedding will take place in the Spring or Summer of 2011, in London. Further details about the wedding day will be announced in due course.

All media enquiries should be directed to Clarence House and St James’s Palace Press Office: 020 7024 5728 or 5729 or 5692 or 5618 or 5509 or 5510.

Queries about Miss Middleton should be directed to the above contact details.

www.princeofwales.gov.uk

Repost 0
Published by Christophe - dans Actualités
commenter cet article
15 novembre 2010 1 15 /11 /novembre /2010 12:23

N'étant par bonheur pas en guerre, un gouvernement de combat ne peut avoir que deux objectifs :

 

- Réussir en un an et demi les réformes que cinq ans ne suffisent pas à mettre en oeuvre ?

- Replacer la Droite (et Sarkozy pour ne pas le nommer) en position de gagner l'élection présidentielle de 2012 ? Si c'est possible...

 

D'après vous ?

Repost 0
Published by Christophe - dans Actualités
commenter cet article
14 novembre 2010 7 14 /11 /novembre /2010 11:19

Samedi 13 novembre : à la surprise générale, y compris au sein de la majorité, Nicolas Sarkozy lance la première étape du remaniement en annonçant la démission du gouvernement de François Fillon.

Dimanche 14 novembre : peu avant 10 heures, l'Elysée annonce que Nicolas Sarkozy reconduit François Fillon au poste de Premier ministre.

Après quoi, ils allèrent à la messe !

Repost 0
Published by Christophe - dans Actualités
commenter cet article