Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Abonnement libre au Bulletin

le nouveau bulletin de l'Alliance Royale vient de sortir

  new_bulletin-12.jpg

 

 








Pour vous abonner Catégorie:
abonnez-vous

Recherche

Alliance Hauts-de-Seine

L’Alliance Royale est une formation politique fondée en 2001 et regroupant des "citoyens" (habitants de la Cité) convaincus  qu’il est temps de reposer la question des institutions dans le débat politique français. L’Alliance Royale a non seulement pour ambition de faire redécouvrir la monarchie à nos compatriotes, mais également d’inviter la France à préparer son avenir dans ses institutions.

  blasong2.jpg"D'azur à la fleur de lys d'or et à la nef antique d'argent, au chef d'argent chargé d'une fasce ondée d'azur", ainsi se décrit le blason des Hauts-de-Seine créé par Georges Weill.


    "Blason Royal du Pays d'Aunis"

6 janvier 2010 3 06 /01 /janvier /2010 14:21
Transports de fonds, banques, bijouteries, les cambriolages connaissent en ce moment une belle saison.

Je doute cependant que les média se jettent sur le cambriolage de mon magasin de vin, dans le XIIIè arrondissement de Paris.

Il me faut m'en réjouir : c'est certainement la même différence d'image avec un banquier ou un bijoutier qui m'évite de me promener avec un pistolet dans ma boite-à-gants. Nos trésors intéressent toutefois quelques individus, surtout en période de fêtes.

Ceux-ci ont voulu célébrer les Rois !

Repost 0
Published by Christophe - dans Actualités
commenter cet article
30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 13:31
Intéressant réveil radiophonique, ce matin : les Suisses, par leur vote, ont refusé la construction de nouveaux minarets... les cons ! (dixit le journaliste).
Puis, c'est scandaleux ! (dixit notre ministre des affaires étrangères)...

Con ? Scandaleux ? Le suffrage démocratique exprimé par un peuple étranger ?

Certainement un excès de langage, propre à notre siècle, de démocrates qui détiennent la Vérité et pensent que celle des autres n'a pas lieu d'être.

*

Réflexion sur le fond concernant la construction des minarets :

Passé le premier réflexe qui est de penser qu'il est bon de limiter l'influence grandissante de l'Islam dans nos pays occidentaux, je m'interroge.

La première influence de l'Islam, c'est d'avoir demandé (d'abord) puis laissé entrer (ensuite) des musulmans. Désormais, ils sont ici, la plupart bons citoyens, certains extrémistes, et souvent ils ont acquis notre nationalité depuis plus d'une génération.

Dès lors, puisque nous respectons l'opinion de chaque homme honnête (j'exclue ici ceux qui, avant nous, nous rejettent), peut-on leur refuser la construction de lieux de culte ?

Certes, dans les siècles passés les missionnaires se rendaient en Afrique pour convertir les populations, ne pourrait-on pas tenter de faire de même avec ceux qui deviennent aujourd'hui Français ? On ne va cependant pas les y obliger...

Aujourd'hui, une communauté catholique qui veut une église se voit contrainte de la financer, pourquoi pas une communauté musulmane ?

On peut penser que le muezzin d'une mosquée établie en Europe n'appellera pas à la prière du haut de son minaret, dès lors peut-être peut-on, lors de l'attribution du permis de construire, en limiter la hauteur ?

Peut-être qu'autoriser la construction de mosquées, pour tous les fidèles, c'est limiter l'agressivité de certains ?

Peut-être que connaître les lieux officiels où se proclame le Coran, c'est aussi mieux surveiller les agents qui en développent les aspects agressifs ?

Le XXème siècle a été sanguinaire, le XXIème pourrait avantageusement être religieux...
Repost 0
Published by Christophe - dans Actualités
commenter cet article
10 octobre 2009 6 10 /10 /octobre /2009 16:45
Source : Le Figaro

Mohammad Reza Ali Zamani au cours de son procès devant le Tribunal révolutionnaire, le 8 août dernier à Téhéran.

Cette condamnation serait la première depuis les manifestations post-électorales de juin dernier.

Mohammad Reza Ali Zamani a été condamné à mort pour son rôle dans le mouvement de protestation qui a ébranlé la République islamique, après l'élection présidentielle de juin, vient d'annoncer le site Internet réformiste mowjcamp.com. Il s'agit de la première peine capitale prononcée par la justice iranienne contre un des participants aux manifestations qui ont suivi la réélection contestée le 12 juin de Mahmoud Ahmadinejad à la prési­dence de la République. L'information n'a toutefois pas été confirmée de source officielle.

Réagissant immédiatement à cette annonce, le ministère français des Affaires étrangères a exprimé sa «vive émotion». Elle «ternit encore l'image du régime», a déclaré un porte-parole du Quai d'Orsay, qui a réaffirmé du même coup le soutien moral de Paris aux manifestants.

Mohammad Zamani fait partie des 140 personnes à avoir été renvoyées devant la justice, après les troubles du début de l'été. Son verdict lui a été annoncé lundi, après son transfert de la prison d'Évin, au nord de Téhéran, au Tribunal révolutionnaire. «Des aveux importants lui ont été extorqués», prévient mowjcamp. Selon un analyste iranien joint par téléphone à Téhéran, son avocat a fait appel, ce qui repousse l'application de la peine capitale.

Mohammad Zamani est membre de l'Association de la monarchie en Iran, un mouvement basé aux États-Unis mais interdit en République islamique. Il avait comparu le 8 août dernier devant le Tribunal révolutionnaire de Téhéran, le même jour que la chercheuse française Clotilde Reiss, qui attend actuellement son jugement à l'ambassade de France. Zamani avait été accusé d'être un «mohareb» (en guerre contre Dieu) «du fait de son appartenance à cette organisation, d'avoir insulté les valeurs religieuses, de propagande contre le ré­gime, et d'avoir agi contre la sécurité nationale».

 

Atermoiements

 

En août, l'agence semi-officielle Mehr rapportait qu'il avait «accepté» les accusations portées contre lui. Mais au procès, son avocat avait rejeté par avance de telles charges, faisant valoir que dans la mesure où il n'avait pas porté d'armes, on ne pouvait pas l'accuser d'être un «mohareb». Il avait demandé la grâce pour son client. Nul ne sait si cette condamnation sera confirmée par le régime, maître dans l'art de maintenir un brouillard autour de ces procès, mais «cet effet d'annonce» marque visiblement «un durcissement dans la procédure». «Les familles des détenus n'ont pratiquement plus de droits de visites, explique l'analyste précité. Les organisations de défense des droits de l'homme se plaignent de leurs conditions de détention, quant aux avocats, ils n'ont pas accès aux dossiers», poursuit cette source qui tient à rester anonyme.

Ce durcissement remonterait à quelques semaines. Mi-septembre, une vingtaine de prisonniers devaient être élargis, mais au dernier moment, la justice reporta leur libération.

Ces atermoiements s'inscrivent dans le bras de fer auxquels se livrent pouvoir et opposition, depuis la contestation post-électorale, qui n'est pas encore éteinte. «Le pouvoir se sert de ces dossiers comme d'une carte, poursuit l'analyste. Il ne peut pas libérer immédiatement les protestataires. Il ne peut pas les condamner à mort ; et s'il les condamne à deux ou trois ans de prison, ça risque d'envenimer encore la situation.» Après avoir relâché 140 détenus fin juillet, la justice en détient toujours près de 200, dont 50 «hommes politiques, des membres de groupes antirévolutionnaires et des étrangers». La seule personnalité politique à avoir recouvré la liberté est Saïd Hajjarian, l'ancien conseiller du président réformateur Mohammad Khatami. Mais l'homme est malade, et «il aurait bien joué sa partition» en faisant des aveux, minimise un diplomate occidental.

Repost 0
Published by Christophe - dans Actualités
commenter cet article
24 août 2009 1 24 /08 /août /2009 11:48
Repost 0
Published by Christophe - dans Actualités
commenter cet article
27 avril 2009 1 27 /04 /avril /2009 18:01
C'est bizarre, non ? cette ruée des média sur les visites protocolaires du couple présidentiel auprès de la cour d'Espagne, comme auparavant de la cour d'Angleterre...

Y aurait-il quelque prestige supplémentaire par rapport à une visite en pays républicain ?

Evident !
Repost 0
Published by Christophe - dans Actualités
commenter cet article
30 mars 2009 1 30 /03 /mars /2009 19:25
François Bayrou doit être particulièrement bien rasé, aujourd'hui : il annonce qu'il pense très fort à 2012.

Pour une nouvelle, c'est une nouvelle !
Repost 0
Published by Christophe - dans Actualités
commenter cet article
24 mars 2009 2 24 /03 /mars /2009 19:03
Préservatif : un scientifique de haut niveau confirme les propos de Benoît XVI .

L'opinion exprimée n'engage que son auteur.



Ce n'est pas la grosse presse qui évoquera les faits justifiant les propos de Benoît XVI. Et surtout pas les déclarations du directeur du 
Projet de recherche sur la prévention du sida à la prestigieuse université de Harvard aux Etats-Unis. Edward C. Green a jeté un véritable pavé dans la mare du trompeur consensus médiatique mondial. Mais il n’y aura pas d’onde de choc : les mêmes médias mondiaux s’intéressent à tout, sauf à la réalité.

Interrogé par la National Review Online, Edward Green a répondu : « Le 
Pape a raison. Ou pour répondre plus précisément : les meilleures données dont nous disposons confirment les propos du Pape. »

Il fait clairement état d’une corrélation entre la progression de la séropositivité et de l’accès facilité aux préservatifs qui devraient conduire les commentateurs à exercer leur indignation en sens inverse, à l’encontre des promoteurs d’une fausse solution qui est scientifiquement associée à plus de malades, plus de misère, plus de morts, plus d’enfants frappées par la tragédie.

 

« Il existe une relation systématique, mise en évidence par nos meilleures enquêtes, y compris celles menées par l’organisme “Demographic Health Surveys” financé par les Etats-Unis, entre l’accès facilité aux préservatifs et leur usage plus fréquent et des taux d’infection par le virus du sida plus élevés, et non plus faibles. Cela pourrait être dû en partie au phénomène connu sous le nom de “compensation du risque”, ce qui veut dire que lorsque l’on a recours à une “technologie” de réduction du risque comme le préservatif, l’on perd souvent le bénéfice lié à la réduction du risque par une “compensation” qui consiste à prendre davantage de risques qu’on ne le ferait en l’absence de technologie de réduction du risque. »


Autrement dit, le recours au préservatif permet certes de réduire le risque de contamination – mais non de l’annuler – mais encourage à adopter des conduites à risques qui aboutissent à davantage de contaminations.

Un livre d’Edward Green présenté sur le site de son unité de recherche, tirant les leçons de l’expérience de la lutte contre le sida dans les pays en voie de développement, explique :

« Les solutions avant tout médicales financées par les plus grands donateurs n’ont eu que peu d’impact en Afrique, le continent le plus durement touché par le sida. Au contraire, des programmes relativement simples, peu onéreux, visant à changer les comportements – en mettant l’accent sur la progression de la monogamie et sur le recul des premières relations sexuelles chez les jeunes – ont permis les plus grandes avancées dans la lutte contre le sida et la prévention de son extension. »

Source : http://www.lescrutateur.com/article-29382710.html
Repost 0
Published by Christophe - dans Actualités
commenter cet article
23 mars 2009 1 23 /03 /mars /2009 10:49

Nous sommes heureux de vous présenter aujourd'hui le programme de l'Alliance Royale, pour les élections européennes de ce printemps. L'Alliance Royale est le seul parti politique royaliste français à se présenter aux élections européennes de juin 2009,  et donc le seul vote utile pour le royalisme.

Programme de l’Alliance Royale pour les élections européennes 2009


Repost 0
Published by Christophe - dans Actualités
commenter cet article
18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 18:58

Par Reuters, publié le 18/03/2009

Dans l'avion qui le conduisait mardi en Afrique, le souverain pontife a déclaré que la distribution de préservatifs n'était pas un moyen de lutte contre la pandémie mais qu'au contraire elle aggravait le problème.

Militants de lutte contre le sida, médecins et hommes politiques ont dénoncé le caractère peu scientifique et dangereux de cette position et son absence de réalisme.


"S'il ne nous appartient pas de porter un jugement sur la doctrine de l'Eglise, nous estimons que de tels propos mettent en danger les politiques de santé publique et les impératifs de protection de la vie humaine", a déclaré le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Eric Chevallier.


Pour Quentin Sattentau, professeur d'immunologie à l'université d'Oxford, "cela représente un grand pas en arrière en matière d'éducation sanitaire, c'est totalement contre-productif et risque d'entraîner une augmentation des contaminations par le VIH en Afrique et ailleurs".


"Il existe un vaste corpus de témoignages publiés démontrant que l'utilisation du préservatif réduit le risque de contamination par le VIH mais n'entraîne pas d'augmentation de l'activité sexuelle", a-t-il dit.

L'Eglise enseigne que la fidélité au sein du mariage hétérosexuel et l'abstinence sont les meilleurs moyens d'endiguer le sida.


Interrogé sur les critiques, le père Federico Lombardi, porte-parole du Vatican, a répondu que le pape maintenait "la position de ses prédécesseurs".

"VISION DOCTRINAIRE DANGEREUSE"


Le Vatican affirme que le préservatif peut entraîner une augmentation des comportements à risques, ce que contestent de nombreux scientifiques, à l'instar de Kevin De Cock, directeur du département VIH/sida à l'Organisation mondiale de la Santé.

"Nous disons que les préservatifs sont très efficaces pour prévenir la transmission du VIH s'ils sont utilisés correctement et régulièrement", a-t-il expliqué dans une interview.


L'abstinence et la réduction du nombre de partenaires sont aussi nécessaires, a-t-il ajouté en saluant les groupes religieux, notamment catholiques, qui s'emploient à fournir des traitements aux séropositifs des régions les plus pauvres et les plus reculées du monde.


Le monde compte quelque 33 millions de séropositifs et le sida a déjà tué 25 millions de personnes.

"Tout ce qui réduira le sida sur un continent en crise tel que l'Afrique doit être le bienvenu", a réagi Adeleke Agbola, juriste au Nigeria, le pays le plus peuplé d'Afrique.

"Lorsque le pape dit que (les préservatifs) ne sont pas bons, c'est comme s'il disait que voyager en avion n'est pas sûr à 100% et qu'il faut donc ne plus le faire", s'insurge le Dr Pat Matemilola, coordinateur du Réseau des Personnes vivant avec le VIH/sida au Nigeria.


Le New York Times écrit dans un éditorial que le pape n'est pas crédible lorsqu'il "déforme des conclusions scientifiques" sur le préservatif.

Pour la ministre belge de la Santé, Laurette Onkelinx, "de tels propos, tenus par le chef de l'Eglise, au XXIe siècle, en dépit des recommandations unanimes du monde scientifique en la matière, sont le reflet d'une vision doctrinaire dangereuse".

"Ses déclarations pourraient anéantir des années de prévention et de sensibilisation et mettre en danger de nombreuses vies humaines", ajoute-t-elle dans un communiqué.


En France, l'ancien Premier ministre Alain Juppé a estimé que "ce pape (...) vit dans une situation d'autisme total".

"Aller dire en Afrique que le préservatif aggrave le danger du sida, c'est d'abord une contre-vérité et c'est inacceptable pour les populations africaines et pour tout le monde", a-t-il dit sur France Culture.


Les propos du pape constituent "presque un meurtre prémédité", a estimé le député européen Daniel Cohn-Bendit dans le cadre de l'émission Questions d'Info LCP-France Info-AFP.


Des signes de désaccord ont surgi au sein même de l'Eglise catholique.

"Quiconque est séropositif et est sexuellement actif, quiconque a plusieurs partenaires, doit protéger les autres et lui-même", a déclaré Hans-Jochen Jaschke, évêque auxiliaire de Hambourg.

Repost 0
Published by Christophe - dans Actualités
commenter cet article
14 mars 2009 6 14 /03 /mars /2009 12:23

La coupe est pleine. Devrons nous la boire jusqu’ à la lie ?
En 2007, les pays de l’Union Européenne, France comprise, ont adopté la réforme du secteur du vin… européen. Un dernier vote définitif doit intervenir le 27 avril 2009. Un des enjeux ? Bruxelles pourrait bien autoriser le coupage du « blanc » et du « rouge » pour faire du « rosé » ! Plus que jamais il est urgent de se soustraire une fois pour toute à la « pieuvre »…

« Bacchus » de Giovanni Francesco Susini (Le Louvre)

A coups de coups bas le savoir-faire et le savoir-être de nos vignerons est mis à bas toujours un peu plus. Sciure et copeaux de chêne, attaque de nos appellations que seuls de savants œnologues sauraient déchiffrer… Et maintenant un « trois quarts -blanc » + un « quart-rouge » donnerait un « rosé »…
A quand le coupage à l’eau ?

La France est le premier producteur mondial de vin rosé. Bruxelles, toujours bienveillante à l’égard des intérêts de nos vignerons, fait valoir que cette pratique est déjà utilisée par l’Afrique du Sud et l’Australie. Au nom de toutes les misères du monde plongeons nous dans la misère !

Avec ce «projet rosé», l'objectif de la Commission est simple: libérer l'UE des «entraves oenologiques» pour s'ouvrir de nouveaux marchés, notamment la Chine.

Nous en appelons à Bacchus !

Les obsessions « européennes » conduisent à notre perte…

Il est urgent de prendre le grand large… (Sans modération…)

Portemont, le 13 mars 2009

Source / http://www.lesmanantsduroi.com/articles2/article71616.php

Le vin rosé ?

Vous vous rappelez que, pour l’essentiel, la couleur d’un vin dépend de la peau du raisin. Pour certains rosés (appelés rosés de presse) on obtient la couleur par contact uniquement pendant la phase de pressurage. Mais pour la plupart d’entre eux (rosés de saignée), on met les raisins dans la cuve, puis on retire le jus au bout de quelques heures, quand on estime qu’il est suffisamment coloré. La fermentation a lieu comme pour un vin blanc, sans les peaux. Enfin il existe, notamment en Champagne, le cas de rosés qui sont fait par assemblage entre un peu de vin rouge et une grosse majorité de vin blanc.
On peut penser qu’il suffit, pour produire un vin rosé, de faire d’abord du vin rouge et du vin blanc puis de les mélanger !

C’est assez logique mais c’est interdit pour la plupart des vins d’appellation. C’est autorisé en Champagne et dans quelques autres cas. La plupart des champenois utilisent cette méthode pour produire leurs rosés car, outre le fait qu’elle permet d’utiliser les cépages blancs (essentiellement le chardonnay), elle assure aussi une plus grande stabilité de la couleur pendant la deuxième fermentation en bouteille. On appelle cette technique « assemblage ». Généralement l’assemblage incorpore entre 5% et 15% de vin rouge. Bien entendu, s’agissant d’un vin d’appellation contrôlée, tous les ingrédients doivent venir de la même appellation !

L’autre technique importante pour produire un rosé est celle dite de la « saignée ». On part de raisins rouges que l’on foule avant de les mettre en cuve. Puisque l’on recherche moins de couleur que pour un vin rouge, on va écourter de beaucoup la phase de macération pendant laquelle le jus s’imprègne de la couleur au contact des peaux : entre quelques heures et quelques jours, selon la nature des raisins, parce que les variétés sont plus ou moins riches en pigments colorants, et selon la couleur souhaitée par le vigneron. Une fois la couleur obtenue, on retire les peaux et la fermentation se poursuit comme pour un vin blanc.

Enfin, pour certains rosés très pâles, on obtient la couleur uniquement pendant la phase de pressurage, qui remplace donc le foulage. On presse les raisins rouges dès leur arrivée au chai, et avec la chaleur ambiante, le jus se « tâche » légèrement. Ces vins s’appellent logiquement « rosés de presse ». Un exemple bien connu est le « vin gris ».


Elaboration du vin rosé par pressurage direct

Cette méthode est possible avec des raisins à peau très foncée, mourvèdre, cinsault, grenache par exemple. En fait, on presse directement les raisins à l'arrivée de la vendange, et le jus blanc entraîne avec lui une partie des pigments colorés de la peau. Il n'y a donc quasiment pas de tanins, et ces vins rosés ont la même structure que les vins blancs.


Elaboration du vin rosé par saignée

On laisse macérer entre 6 et 18 heures après les vendanges, en fonction de la couleur désirée, les raisins entiers. Le jus qui s'écoule naturellement prend une couleur rosée, et quelques tanins se dissolvent dans ce jus. On pratique une saignée dans la cuve, c'est-à-dire qu'on recueille ce premier jus, ainsi appelé "rosé de saignée" et on laisse les raisins poursuivre leur macération pour produire du vin rouge. Ces rosés de saignée seront donc plus complexes. L'autre avantage induit de cette méthode est de concentrer les vins rouges qui continuent leur fermentation après la saignée.

Repost 0
Published by vignerons royalistes Pays de Loire - dans Actualités
commenter cet article