Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Abonnement libre au Bulletin

le nouveau bulletin de l'Alliance Royale vient de sortir

  new_bulletin-12.jpg

 

 








Pour vous abonner Catégorie:
abonnez-vous

Recherche

Alliance Hauts-de-Seine

L’Alliance Royale est une formation politique fondée en 2001 et regroupant des "citoyens" (habitants de la Cité) convaincus  qu’il est temps de reposer la question des institutions dans le débat politique français. L’Alliance Royale a non seulement pour ambition de faire redécouvrir la monarchie à nos compatriotes, mais également d’inviter la France à préparer son avenir dans ses institutions.

  blasong2.jpg"D'azur à la fleur de lys d'or et à la nef antique d'argent, au chef d'argent chargé d'une fasce ondée d'azur", ainsi se décrit le blason des Hauts-de-Seine créé par Georges Weill.


    "Blason Royal du Pays d'Aunis"

16 janvier 2011 7 16 /01 /janvier /2011 13:15

http://www.allianceroyale.fr/IMG/jpg/Jan2011_062.jpg

8 janvier 2011 - Lancement de la campagne de Dominique Hamel

Dominique disait tout à l’heure que le royalisme constituait la 3ième voie. En réalité il y a déjà une quantité de 3ièmes voies : FN, Modem, Nouveau centre, PC , Verts, Besancenot et ceux que j’oublie se veulent tous une 3ième voie. L’AR est la seule voie qui puisse restituer à la France son honneur, sa grandeur, une France respectée parce que redevenue respectable.

Et pourquoi, suis-je aussi formel et convaincu ?, alors que de très longue date, on a vanté les mérites de la démocratie.

Ainsi, la démocratie athénienne, en ajoutant toutefois que toutes les grandes décisions étaient préparées après avoir sacrifié à la déesse Athéna et demandé son aide, reste le modèle des démocraties vertueuses

Aujourd’hui vous avez entendu comme moi que certains voudraient établir une démocratie directe comme en Suisse. Pourquoi pas ? encore faudra-t-il reconnaître une marge entre un pays de moins de 8 millions d’habitants et la France qui s’approche des 70 millions.

Par ailleurs le régime Suisse est une démocratie semi-directe respectueuse du principe de subsidiarité entre les communes et le pouvoir fédéral. Le grand avantage du système que nous envions à nos voisins amis est la votation populaire qui intervient à la demande d’un peu plus de 2% du corps électoral et qui est de droit pour toutes modifications de la constitution.

Le fond du problème en France, ce qui constitue la plus grande nuance entre la démocratie à la française et le royalisme tient dans la définition de deux mots : La légalité et la légitimité. La légalité est ce qui découle des lois humaines donc dépendant de la seule volonté des hommes. La légitimité respecte d’abord les lois naturelles proposées par le Créateur.

La légitimité du pouvoir royal a été battue en brèche par l’idée de l’Etat de Droit lancée au 18ième siècle par la franc-maçonnerie et servie par les philosophes des lumières. Là sont les sources du lent affaissement de la France. Qu’en est-il ?

Notre régime démocratique doit être fondé sur le droit attesté par la science donc non susceptible d’être discuté. L’évolutionnisme de Darwin démontre par la science que le monde est en perpétuelle évolution et que cette évolution ne vaut pas seulement pour le monde minéral et végétal mais encore pour l’espèce humaine. Vous connaissez l’expression ‘’plus c’est gros, plus ça passe…’’ L’origine du monde est le fait du hasard. Voilà comment des philosophes et des scientifiques ont chassé Dieu du monde.

Pour eux le progrès humain découlerait de l’antagonisme entre les hommes. C’est grâce à leurs discussions, leurs controverses leurs querelles qu’on parvient au consensus censé convenir à la majorité .C’est bien ce que nous vivons depuis 200 ans.

L’état de droit a un fil conducteur apparemment intangible : la constitution. Selon le Conseil Constitutionnel, en moins de 200 ans, la France républicaine a connu 15 constitutions en comptant celles jamais appliquées pendant la révolution. L’actuelle d’octobre 1958, a déjà fait l’objet de 24 révisions et la dernière du 23 juillet 2008 a modifié plus de 40 articles. On peut se demander ce qui reste du texte d’origine ! Si nous adoptions le système suisse de votation pour chaque modification, nous n’aurions pas beaucoup de week-end libres !

On mesure ici à quel point la secte républicaine démocratique et laïque repose sur des bases fragiles et peu fiables.

Songez à toutes les lois votées par des femmes et des hommes politiques sous pression au nom du Peuple français. En ne citant que la légalisation de l’avortement, jamais un état légitime n’aurait seulement mis en discussion une loi qui tue légalement 200000 bébés par an depuis 35 ans !

Jusqu’à la révolution, les lois fondamentales représentées par une tradition multiséculaire et de surcroît basées su la tradition chrétienne bénéficiaient ainsi d’une stabilité établie sur une pluralité de pouvoirs équilibrés par l’unicité de l’autorité. Cette autorité royale était confortée par le sacre du roi qui reliait son autorité temporelle à l’autorité divine. Les lois fondamentales étaient dès lors inviolables, même par le roi.

Alors, le retour de la monarchie est il possible ?

Oui, nous le croyons, sinon nous ne serions pas ici. Mais l’épreuve risque d’être longue quand bien même les français manifestent de plus en plus leur écœurement pour les institutions de ce monde politique là qui ne perdure que par le mensonge, l’oubli calculé, l’endoctrinement et particulièrement celui des jeunes. Il n’est que de voir le remaniement des cours d’histoire de France dans les manuels scolaires (voir édito LF)

Nos Talibans républicanistes font tout pour endoctriner notre jeunesse avec des moyens comparables à ceux d’autres Talibans vis-à-vis des jeunes musulmans qu’ils veulent avilir au rang d’islamistes serviles.

Vous connaissez bien le refrain ‘’…vous voulez que cela change alors votez ! Oui vous pouvez améliorer vos conditions de vie par votre bulletin de vote.. !’’ Allez donc demander aux 50% de français abstentionnistes s’ils croient encore à ce discours.

Pour les faire retourner aux urnes il faut leur proposer une véritable révolution, et cette révolution c’est le programme de l’Alliance Royale. L’AR est le seul mouvement royaliste en France constitué en parti politique depuis sa création par YMA son 1er président. Ce statut de parti lui permet d’utiliser le suffrage universel pour promouvoir le royalisme et réinstaller dans l’esprit des français la conviction que le renouveau de notre pays passera par le retour d’un roi.

Nous avons toutes les sympathies pour les quelques 50 mouvements et associations royalistes de France qui restent dans un attentisme, pour nous un peu figé animé parfois par des discussions dynastiques dans lesquelles nous n’entrons pas.

Le combat de Dominique Hamel s’inscrit comme celui de tous nos militants, candidats dans d’autres cantons, dans cette volonté d’ouvrir les français à la possibilité du retour au royalisme. Si YMA a relancé cette idée en s’engageant courageusement dans les hautes sphères des mandats électoraux : présidence de la république, élections européennes, aujourd’hui nous souhaitons aussi nous faire connaître à la base : conseils municipaux en 2014, conseils régionaux et demain élections législatives que nous préparons déjà. Notre but premier est de créer de petites brèches et de les élargir.

Votre rôle, mes chers amis en soutenant Dominique ne se limitera pas à vous casser une dent sur la fève du gâteau des rois ni même à votre bulletin royaliste en mars prochain, mais en l’aidant de mille façons dans toutes les action qui animent une campagne électorale : affichage – élaboration et distribution de tracts – présence sur les marchés où il est nécessaire d’être en groupe, organisation de réunions de quartiers de type ‘’Tupperware’’, défilés de voitures, plus toute autre action non violente que vous imaginerez certainement.

Lorsque Dominique sera élu, il ne transformera pas le monde, pas même le département, mais il sera le haut parleur du royalisme dans le Val de Marne. Et vous verrez les habitants de votre département écarquiller des yeux : ‘’quoi, un royaliste ! ‘’

Ce sera le début d’une enthousiasmante aventure pour vous tous qui bénéficierez de ce point d’appui pour préparer de nouvelles actions. Et là, je vous le garantis vous ne serez plus cette poignée de braves pionniers mais un véritable bataillon. Retenez bien qu’une élection se gagne avec 3% de sympathisants sur le territoire où elle se joue. Pensez vous la chose impossible ?

En vous remerciant de votre présence, je renouvelle à Dominique Hamel toute mon admiration, mon amitié mon soutien dans son juste combat.

J’adresse aussi ce message à tous les militants, candidats de l’AR en France puisque notre réunion ce soir, est la première pour ce scrutin. Elle marque donc le lancement officiel de la campagne des cantonales en France pour l’AR.

C’est pour nous un grand jour. Et lorsque dans quelques années, quand le nombre de tous nos élus justifiera par un référendum ou toute autre forme non violente le retour d’un roi à la tête de la France, en vous remémorant cette journée vous pourrez fièrement dire : ‘’j’y étais’’.

Courage donc mes chers amis et faites votre devoir en prenant votre part dans ce combat pour le roi, pour la France.

Repost 0
Published by Pierre Bernard - dans Elections
commenter cet article
13 décembre 2010 1 13 /12 /décembre /2010 08:56

Décembre 2010

 

L'UMP, parti au pouvoir, envisage les perspectives de l'élection présidentielle de 2012.

 

Le PS se rassemble, dit-on, ce qui pourrait reconstituer en face du grand parti de Droite une force menaçante. Il est vrai que se déclarer uni aujourd'hui n'empêchera pas les déchirements récurrents au PS dans les 18 mois à venir.

 

Au FN, Marine Le Pen tient l'audimat. En campagne pour la présidence du parti, elle gomme cette étape pour n'évoquer que la présidence de la république et, forte d'opinions favorables répand la menace d'un 21 avril à l'envers. Voire d'un 6 mai à l'envers..., insiste-t-elle.

 

On est habitué à Gauche au pluralisme de candidatures (communistes, verts, NPA...) qui affaiblissent le candidat PS au premier tour.

 

A Droite se présente bien M. Dupont-Aignan, au score aimable, mais deux partis puissamment représentés comme le MoDem et le FN feront beaucoup pour l'affaiblissement des voix de l'UMP.

 

Souvenez-vous 2002 : le PS et l'UMP unis au deuxième tour pour sauver le candidat Chirac ! La menace se réédite 10 ans plus tard.

 

Le salut pourrait bien venir... d'un candidat royaliste. Sans prétendre qu'une telle candidature pourrait emporter la présidence dès la première fois, il est prévisible que la force contenue dans une candidature appelant à réformer les institutions rallierait un grand nombre d'électeurs qui émettent habituellement un vote sanction.

 

Il faut pour cela qu'un tel candidat puisse passer le 1er tour : celui des 500 signatures. Mesdames et Messieurs les élus, à vos parrainages...

 


Repost 0
Published by Christophe - dans Elections
commenter cet article
1 décembre 2010 3 01 /12 /décembre /2010 22:07

Selon les services américains :

"Il n'y a jamais eu une telle concentration des pouvoirs en France" 

Vive la République, si je ne m'abuse, les républicains reprochent justement au système royal de concentrer tous les pouvoirs en une seule personne ? Pourtant, aucun souverain européen n'a autant de pouvoir concentré entre ses mains que celui du président de la République Française. 

Comme ancien chef du parti majoritaire, il a une grande influence sur les membres de ce parti qui contrôle l'Assemblée Nationale et le Sénat ; il a ensuite pleine et entière autorité sur le gouvernement ; enfin il est chef de l'Etat, c'est à dire qu'il se trouve au sommet de toute la chaine hiérarchique, personne n'a autorité sur le président, il jouit de l'immunité devant la justice, il est aussi chef des armées et détient le pouvoir nucléaire. Par intermédiaire il a une influence officielle sur la justice, et de par sa sphère d'influence politique, il est lié avec un certain nombre de groupes médiatiques qui donnent le ton à l'opinion publique.

 

Comment peut-on croire encore les fables républicaines ?

*

Nous voilà rassurés, après la candidature de Ségolène Royal, le président la rejoint. Les Français vont-ils une seconde fois plébiciter le duo (ou duel) SR NS ...  Ce serait une fois de plus un signe d'intelligence (!!). Enfin certains croient encore qu'avec les élections présidentielles on sélectionne, d'abord, les deux personnes les plus aptes à gouverner le pays, et ensuite, au 2e tour c'est le meilleur, le plus compétent des Français qui accède au mont Olympe.

 

Du domaine du rêve !


Repost 0
Published by Rodolphe - dans Elections
commenter cet article
26 novembre 2010 5 26 /11 /novembre /2010 08:08

Et c'est reparti !

 

Avec le "Karachigate", c'est à travers le problème de rétrocommissions, l'attentat contre des Français, finalement le financement de la campagne électorale de M. Balladur.

 

Vrai, ou faux ? Nous l'ignorons. Mais désormais la justice est saisie, mais aussi (et surtout ?) l'opinion et la rumeur publique.

 

Ce qui est intéressant, c'est que M. Sarkozy était alors allié à M. Balladur, et donc qu'en attaquant ce dernier c'est bien le futur président qui est visé.

 

Par ailleurs, le candidat Balladur n'était pas alors un candidat de seconde zone, en mal de financement. Il était le candidat du RPR, c'est bien M. Chirac qui était l'outsider, les pronostics lui donnant longtemps peu de chances de succès.

 

Dans ces conditions, M. Balladur avait-il vraiment besoin de financement occulte ?

 

C'est douteux. Mais c'est ce qui est regrettable avec ce système républicain, c'est que chaque évènement est motif de doute, motif de soupçon, motif de rumeur.

 

Ce système est le doute à lui tout seul.


Repost 0
Published by Christophe - dans Elections
commenter cet article
23 novembre 2010 2 23 /11 /novembre /2010 09:19

La politique vous intéresse ?

 

L'actualité vous fait réagir ?

 

Vous souhaitez exprimer votre opinion concernant votre canton, votre ville, votre région, notre pays ?

 

L'Alliance royale présente des candidats aux élections cantonales en 2011 : les cantons sont nombreux, portez-vous volontaires dans votre département.

 

Dépassez les prescriptions de la république : lors des élections, ne faites pas que voter pour des inconnus, présentez-vous !

 


Repost 0
Published by Christophe - dans Elections
commenter cet article
13 novembre 2010 6 13 /11 /novembre /2010 18:06
Publié en 2007 sur le blogue "politique.net", cet article laisse entrevoir une possible réforme du système des signatures : à surveiller !
Présidentielle 2012

La règle des 500 signatures : histoire d'un système aujourd'hui à bout de souffle


publié le mercredi 7 mars 2007 à 18h53




Les 500 signatures

Pour pouvoir se présenter à l'élection présidentielle de 2007, les candidats doivent remettre 500 signatures d'élus avant le 16 mars, à 18h. Pourquoi a-t-on instauré cette règle des 500 signatures ? Qui sont les signataires ? Quelles sont les pressions sur les maires ? Pourquoi ce système doit-il être réformé ?


Un système de filtrage décidé dès le début de la Ve République

Lorsque De Gaulle décide d'instaurer l'élection présidentielle au suffrage universel en 1962, la question d'une pré-sélection des candidats est évoquée. L'objectif est d'écarter toute candidature fantaisiste et d'éviter de se retrouver avec une centaine de candidatures. Une règle simple a donc été instaurée : pour pouvoir se présenter, un candidat devait obtenir 100 signatures d'élus. Entre 1965 et 1974, le nombre de candidats n'a cessé d'augmenter : 6 en 1965, 7 en 1969, 12 en 1974.


De 100 à 500 signatures en 1976

Face aux risques d'une augmentation constante des candidatures, une réforme des parrainages a été entreprise en 1976. Désormais, pour pouvoir se présenter, un candidat devait réunir non plus 100, mais 500 signatures d'élus provenant d'au moins 30 départements différents (50 signatures maximum par département). Cette réforme fut fatale à Jean-Marie Le Pen à l'élection suivante. Candidat d'extrême droite en 1974, il n'a pu se présenter en 1981, faute d'avoir réuni les 500 parrainages.


Qui peut signer ?

Seuls les élus peuvent apporter leur soutien à une candidature, c'est-à-dire les maires (il y a 36 000 communes en France), mais aussi les députés, les sénateurs, les parlementaires européens, les conseillers régionaux et généraux ainsi que des membres de l'Assemblée corse et des Assemblées d'outre-mer.
Au total, il y a donc potentiellement plus de 47 000 élus qui peuvent signer. D'un point de vue statistique, avec le nombre d'élus et la règle géographique des parrainages, il ne peut y avoir théoriquement que 80 candidats. Mais ce chiffre est purement théorique puisque la plupart des élus refusent d'apporter leur soutien à un quelconque candidat.


Les délais de collecte et le soutien financier de l'Etat

Les élus disposent de 3 semaines pour collecter les 500 parrainages. En réalité, certains candidats entament la collecte presqu'un an avant l'élection pour recueillir des promesses de signatures. En 2007, ce délai a été rallongé à un mois. C'est le conseil constitutionnel qui doit s'assurer de la validé des 500 signatures.
Les noms des 500 signataires sont rendus publics et publiés au Journal officiel. Dès cette publication, la campagne débute officiellement. Lorsqu'un candidat a recueilli plus de 500 signatures, les 500 noms rendus publics sont choisis par tirage au sort.
Celui qui obtient les 500 parrainages devient officiellement candidat à l'élection présidentielle et reçoit de la part de l'Etat une avance de 153 000 euros pour sa campagne électorale.


Un système à bout de souffle

Si la règle des 500 signatures a permis de limiter le nombre de candidatures (9 en 1988, et 9 en 1995), les élections présidentielles de 2002 ont constitué un record avec 16 candidats officiels. Ce système destiné à limiter le nombre de prétendants a donc ses limites.
Par ailleurs, pour éviter une multitude de candidatures, les grands partis font pression sur les élus pour qu'ils n'accordent par leurs parrainages aux petits candidats. Puisque les noms des signataires sont rendus publics, les maires craignent soit des sanctions de leurs électeurs lors des prochaines élections municipales pour avoir soutenu un candidat, soit des pressions de la part des grands partis qui détiennent souvent le pouvoir exécutif dans les régions ou dans les départements. Un chantage peut donc être fait : si un maire accorde un parrainage à un petit candidat, on peut en représailles lui retirer les subventions. Par conséquent, les "petits candidats" rencontrent des difficultés pour obtenir les 500 signatures. Ces difficultés peuvent concerner des candidats qui recueillent pourtant des millions de voix lors de ces élections.

Ce système a donc des effets paradoxaux : il limite de moins en moins le nombre de candidats (l'élection de 2002 ayant constitué un record avec 16 candidats) et dans le même temps, des candidats représentant des millions d'électeurs risquent de ne plus pouvoir se présenter en raison des réticences de plus en plus grandes des élus à accorder leurs parrainages.

Une réforme de ce système est donc envisagée pour la prochaine élection en 2012.


*** Sources

- Brochure du Conseil constitutionnel

Repost 0
Published by Christophe - dans Elections
commenter cet article
6 avril 2010 2 06 /04 /avril /2010 16:01

Deuxième sur la liste de l'Alliance royale pour l'Ouest aux élections Européennes de 2009, Danièle Duclaud a accepté de se présenter en huitième position sur la liste de M. Bussereau aux Régionales de 2010.

 

L'Alliance royale, qui n'est pas un parti d'opposition à la Droite ou à la Gauche (mais à la République), a choisi de participer à la vie politique de notre pays, à commencer par la présentation de candidats au suffrage de nos concitoyens.

 

L'Alliance n'est inféodée à aucun parti et a vocation à participer à toutes les élections. Cependant, ses moyens actuels ne le permettent pas toujours.

 

Nos candidats, s'ils en émettent le souhait, ont alors la possibilité de se présenter ponctuellement sur la liste d'un parti ou mouvement qui leur paraît le plus proche des intérêts qu'ils défendent, dans le cas présent, il s'agissait d'intérêts régionaux.

 

C'est ainsi qu'en 2010, une candidate officielle de l'Alliance royale en 2009, a participé à une liste UMP aux côtés d'un ministre de la République.

 

C'est une manière de plus de faire connaître aux politiciens qui dirigent aujourd'hui la France, le contenu de notre message et la chance que peut représenter la monarchie à l'issue de la grave crise que nous traversons.

Repost 0
Published by Christophe - dans Elections
commenter cet article
9 mars 2010 2 09 /03 /mars /2010 11:15
Nous connaissons depuis le début du mandat de Nicolas Sarkozy sa volonté d'ouverture à gauche.

Surpris au début, curieux peut-être, ses partisans à droite se sont mis progressivement à s'agacer.

Comment, dès lors, pour le Président, continuer "son" ouverture sans provoquer la révolte ?

Tout simplement en perdant les élections régionales.

Il fallait y penser.

Le travail était déjà bien avancé : il ne restait que deux régions à la droite.

Mais, si l'on n'y prenait pas garde, on aurait pu en gagner... le Centre, le Poitou-Charentes, l'Ile de France peut-être ?

Non, non, surtout pas !

Alors, celui qui affirmait encore en janvier qu'il était président de tous les Français (air connu...) et qu'il n'avait pas à s'impliquer dans la campagne des régionales... est parti en campagne.

A Paris, une grosse bourde (involontaire ?) qu'on monte en épingle, on convoque la candidate tête de liste à l'Elysée (bon, ça, très bon, comme témoignage d'impartialité !), puis un petit déplacement en région par ci, une très mauvaise prestation à propos du salon de l'agriculture par là... Normalement, ça devrait suffire.

Non, rajoutons encore que l'UMP crie à la défaite annoncée, "On a perdu... d'avance"

Et voilà, au lendemain des élections, tout le monde sera content :
- le Président sera président
- les ministres seront toujours ministres
- le parlement sera toujours à droite
- les présidents de région seront à gauche
- on verra même pointer des conseillers régionaux (des présidents ?) Verts
- bon, Bayrou aura disparu, mais ce n'est pas grave, c'est un homme seul, et puis le Nouveau Centre est servi

Comme ça, on pourra dire que c'est la démocratie, il y aura des postes pour -presque- tout le monde, et tout pourra continuer à fonctionner aussi (bien) (mal) * rayer la mention inutile  qu'auparavant.

Repost 0
Published by Christophe - dans Elections
commenter cet article
15 février 2010 1 15 /02 /février /2010 09:19
Vous le savez, l'Alliance Royale présente des candidats aux élections politiques, en France, chaque fois qu'elle en a la possibilité.

L'Alliance présentera ainsi des candidats aux élections Cantonales en 2011, et des candidats aux élections Législatives en 2012.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/b/bc/Assembl%C3%A9e_nationale_fran%C3%A7aise_%28Detail%29.jpg/600px-Assembl%C3%A9e_nationale_fran%C3%A7aise_%28Detail%29.jpg

Pour chacun de ces candidats, pour leurs suppléants, pour leurs mandataires et les équipes de militants qui les soutiendront, il s'agit d'un travail important qui se prépare.

Il m'a paru intéressant de re-préciser, en quelques lignes et occasionnellement, en quoi consiste le travail d'un parlementaire, puis de décrire nos actions dans la future campagne, voire de vous indiquer nos rendez-vous.

Nous avons deux ans, qui vont passer vite.

*

"Rôle du député

La fonction du député est de représenter la Nation tout entière. Son travail s’exerce à la fois à l’Assemblée et dans sa circonscription.

L’Assemblée Nationale forme, avec le Sénat une des chambres du Parlement français. À ce titre, elle vote la loi, contrôle l’action du Gouvernement et évalue les politiques publiques.

Dans sa circonscription, le député est à l’écoute de ses concitoyens qu’il peut recevoir et également visiter. Il se fait l’écho de leurs préoccupations à l’Assemblée pour critiquer et faire progresser la législation et améliorer son application." Wikipédia

L'on voit à travers cette définition simplifiée le fondement de la Représentation française, voulue par les auteurs de la Constitution : 

"Il représente la Nation tout entière, et il est à l'écoute des concitoyens de sa circonscription"

La définition ne précise pas qu'il est totalement subjectif, c'est à dire qu'il défend des opinions du centre, de droite, de gauche, de l'extrême nord ou de l'extrême sud, lesquelles opinions l'amènent à s'inféoder à un parti ou un groupe aux idées proches des siennes.

Dès lors, le contrôle de l'action du gouvernement (s'il est du même bord) s'en trouve limité, de même que l'écho des préoccupations des citoyens passe au deuxième plan, derrière la discipline de groupe.

*

L'Alliance Royale est très sensible aux écarts que cette subjectivité et cet esprit de corps font subir à la Représentation française. C'est pourquoi elle propose l'application d'une Démocratie équitable, qui respecte mieux la personnalité des citoyens.

Dans le cadre, naturellement, des institutions de la Vè république, nos candidats se feront connaître de nos concitoyens dans leur circonscription respective, et ils expliqueront que ce lien qu'ils souhaitent créer doit dépasser le temps de la campagne.

En effet, si le député est le représentant de la Nation, il tient son mandat des seuls citoyens de sa circonscription, dont il est tenu de faire remonter les préoccupations à l'Assemblée avant de s'attacher à la discipline du parti auquel il a choisi d'adhérer.

*

Dans les faits aujourd'hui, dès lors qu'une majorité est élue au Parlement, qu'un gouvernement de même tendance est au pouvoir, nous voyons qu'une unique tendance politique a reçu un mandat étendu pour gouverner notre pays pendant 5 ans sans plus en référer au Peuple.

Nous voulons au contraire que, pas un seul instant, les représentants élus au suffrage universel ne soient coupés de leurs électeurs, et que par conséquent le lien soit permanent entre le Peuple, le Gouvernement et le Souverain (aujourd'hui le Président, demain le Roi), à travers la Représentation nationale.


 

Repost 0
Published by Christophe - dans Elections
commenter cet article
14 février 2010 7 14 /02 /février /2010 12:39
La Première ministre en Ukraine, candidate déclarée vaincue à l'élection présidentielle, crie à la fraude.

Vu d'ici, ce n'est pas grave... l'Ukraine n'a pas encore été au bout du processus démocratique, pensez, après si longtemps de communisme, etc, etc...

Pas grave ?

C'est oublier que nous aussi, nous avons notre fraude électorale. Souvenez-vous de mes échanges avec "Républicain", malheureusement disparu de la sphère du débat depuis lors.

Il me revient qu'après avoir collé des affiches électorales pour les Européennes sur la totalité des panneaux électoraux de l'île de Ré, l'Alliance n'a officiellement  pas obtenu une seule voix, dans aucun village...

Vous y croyez, vous ? Moi, pas une seconde. 

 
Repost 0
Published by Christophe - dans Elections
commenter cet article