Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Abonnement libre au Bulletin

le nouveau bulletin de l'Alliance Royale vient de sortir

  new_bulletin-12.jpg

 

 








Pour vous abonner Catégorie:
abonnez-vous

Recherche

Alliance Hauts-de-Seine

L’Alliance Royale est une formation politique fondée en 2001 et regroupant des "citoyens" (habitants de la Cité) convaincus  qu’il est temps de reposer la question des institutions dans le débat politique français. L’Alliance Royale a non seulement pour ambition de faire redécouvrir la monarchie à nos compatriotes, mais également d’inviter la France à préparer son avenir dans ses institutions.

  blasong2.jpg"D'azur à la fleur de lys d'or et à la nef antique d'argent, au chef d'argent chargé d'une fasce ondée d'azur", ainsi se décrit le blason des Hauts-de-Seine créé par Georges Weill.


    "Blason Royal du Pays d'Aunis"

22 février 2011 2 22 /02 /février /2011 10:53

En principe, tous les Etats du monde se veulent "indépendants".

 

Pour eux, pour leur population, pour leurs gouvernements, il s'agit d'être libres, chez eux, d'organiser leur société comme ils l'entendent.

 

Or, aucun Etat du monde ne peut ignorer ses voisins, ni pour certains dossiers des Etats plus éloignés.

 

En effet, tous les Etats doivent avoir des discussions, des accords, qui avec leurs voisins pour la surveillance des frontières, pour l'échange de marchandises, pour une coopération militaire ou une neutralité, etc, etc..., qui avec des pays plus lointains pour répondre à leurs besoins énergétiques, alimentaires...

 

L'indépendance, donc, n'existe pas : les pays sont inter-dépendants, bien évidemment.

 

Indépendance, donc, est un faux-ami. Ce que nous entendons par son usage, c'est "souveraineté".

 

La souveraineté, en effet, consiste pour les Etats à ce qu'ils soient libres d'organiser leur propre société, y compris libres de passer avec leurs voisins les accords nécessaires.

 

L'absence de souveraineté, telle celle que le récent traité européen souhaite nous imposer (en tout ou partie), n'est que soumission. En effet, les Européïstes à tout crin souhaitent la dissolution des Etats souverains d'Europe dans un super Etat européen : ce qui, à l'évidence, n'est pas du goût des peuples.

 

Etant donné que nos gouvernants ne souhaitent pas protéger notre souveraineté, qui voyez-vous mieux qu'un Souverain pour le faire ?


Repost 0
Published by Christophe - dans Nos Positions
commenter cet article
4 février 2011 5 04 /02 /février /2011 17:53

Marianne-degage--.jpg

Depuis le "RCD dégage !"  tunisien, le "Moubarak dégage !" égyptien, je suis pris de l'envie de crier "Marianne dégage !"

 

Et figurez-vous, le plus drôle, c'est qu'il paraît que Jean-François Kahn y a pensé aussi, et que sa revue titre cette semaine : "Dégage". Donc, "Marianne" "Dégage"...

 

L'analogie s'arrête là car, voyez-vous, nos intentions n'ont rien de comparable :

 

Marianne veut, sans l'écrire, le départ de Sarkozy. Il s'agit, comme d'habitude, d'une attaque partisane, contre le parti au pouvoir et particulièrement contre son président.

 

Nous voulons le départ... de Marianne, à savoir les institutions de la république. Nous souhaitons donc une réforme institutionnelle d'importance, mais nous sommes convaincus que le personnel politique actuellement au courant des affaires de l'Etat pourraient travailler mieux dans ce nouveau cadre.

 

Il ne s'agit pas pour nous de remplacer M. Dupont par M. Durand : ce serait blanc-bonnet ou bonnet-blanc. Par contre, conserver M. Dupont sous l'arbitrage du Roi, voilà qui l'incitera à mener une politique vertueuse.

 


 

Repost 0
Published by Christophe - dans Nos Positions
commenter cet article
6 janvier 2011 4 06 /01 /janvier /2011 22:00

J'évoquais récemment la nécessité impérieuse, et vertigineusement négligée, de mettre un terme aux injustices sociales en France.

 

Quelques mesures évidentes pour cela : donner du travail aux Français, donc rendre leur fierté de citoyens à ceux qui n'en ont pas, leur permettre de percevoir un revenu, les retirer de la liste des assistés -par nécessité- , augmenter le nombre de cotisants aux allocations sociales, alléger le poste social pesant sur les entreprises, leur permettre ainsi une meilleure compétitivité, etc, etc... un cercle vertueux, en quelque sorte.

Inverser le mouvement de destruction de notre économie ! Permettre, de façon urgente, l'arrêt des fermetures d'exploitations agricoles. Au contraire, redonner un sens à l'exploitation de la terre de France et un revenu aux agriculteurs. La terre de France est un bijou, il est honteux que ceux qui la travaillent soient obligés de changer d'activité.

Permettre la renaissance d'un tissu industriel. De nos jours, avec le réseau de transport français, avec Internet et les autres moyens de communication, une entreprise peut s'implanter n'importe où en France pour produire, et livrer ses clients par transporteur. Faire revivre l'industrie dans les régions françaises permettra à la population locale de rester sur place, voire d'y revenir.

On peut ici imaginer, pour une meilleure productivité, de faciliter certains pôles d'activité, à l'exemple de Sophia Antipolis (informatique), de la région de Grenoble (mécanique de précision), etc... et, pourquoi pas, de créer dans ces secteurs des écoles spécialisées qui formeront les futurs collaborateurs de ces entreprises.

Re-créer le commerce indépendant ! Les centres-ville se vident de magasins de bouche, en raison du montant des loyers, ceux des campagnes disparaissent, faute de population, pour le plus grand profit des grandes surfaces. Permettre le retour dans les régions d'une population active, c'est permettre la restauration des commerces dans les villages. C'est aussi réduire la demande immobilière en ville, par conséquent les prix et là aussi, favoriser la réapparition des magasins indépendants.

Voici des mesures qui n'iront pas sans effort, mais vous percevez combien elles sont vertueuses. Elles n'iront pas non plus en un jour, et c'est la raison pour laquelle la république ne s'en charge pas et ne le fera pas davantage dans l'avenir : elle dont le mandat de son personnel politique est un perpétuel CDD, se soucie comme d'une guigne de l'avenir de l'économie à l'horizon de 20 ans.

Seul un roi peut avoir cette vision, lui qui prépare l'avenir à l'échelle de sa vie entière, et celle de son fils après lui.


Repost 0
Published by Christophe - dans Nos Positions
commenter cet article
2 janvier 2011 7 02 /01 /janvier /2011 11:36

Monsieur le Président,

vous vous êtes livré, comme tous les ans, à l'exercice convenu de l'adresse de vos voeux au peuple français.

Non pas que ma phrase signifie que vos voeux soient eux-mêmes convenus (je suis au contraire convaincu que votre engagement politique de la première heure est sincère, et que votre volonté est d'oeuvrer pour le bien des Français).

Non, c'est bien l'exercice lui-même qui est convenu, à tel point qu'il est au préalable écrit, donc lu, et manque singulièrement de naturel.

Là où une Reine d'Angleterre, chef de l'église anglicane, place dans ses voeux de Noël une dimension de spiritualité, vous évoquez les difficultés des Français, tant celles de l'année écoulée que celles de l'année à venir. 

En tant qu'homme fier de son oeuvre, et en tant que chef de l'Etat pensant à sa prochaine réélection, vous minimisez les difficultés de 2010 et annoncez un mieux pour 2011. C'est humain, mais cela ne prend pas en compte les délaissés de la vie, de plus en plus nombreux, tandis que la richesse financière de certains atteint des niveaux insolents.

"Grâce au travail des Français", dites-vous. Ceux-là sont en effet les plus intéressants, car les moins malheureux et capables de sentir augmentation ou diminution des difficultés d'une année sur l'autre. Ils sont également au travail, au service des entreprises de plus en plus capitalistiques, de plus en plus concentrées, qui les emploient, au service donc de la finance internationale.

Quelle amélioration verront les laissés pour compte ? Ceux que l'Etat a abandonnés ? Ceux auxquels des associations caritatives privées (Secours catholique, Lion's, Restau du Coeur, etc, etc...) viennent en aide en raison de la carence de l'Etat ?

Monsieur le Président, permettez-moi de vous suggérer certaines pistes qui pourraient venir en aide à la population française :

- redonnez-lui du travail. Baissez les charges sociales, aidez à la survie du monde agricole, aidez à une renaissance du monde industriel, aidez aussi à une renaissance du commerce en ville (je ne parle pas ici des chaînes de magasins de fringues) : rendez à l'homme sa dignité, un revenu du produit de son travail, réduisez l'effort de solidarité en réduisant le nombre de chômeurs, augmentez l'assiette du nombre de cotisants aux nécessaires cotisations sociales.

- baissez le coût des productions françaises, afin que leur consommation en France soit préférée à celle de produits d'importation. Du temps de notre jeunesse, Nicolas, le slogan disait "achetons français !", ce qui signifiait : "cessons d'acheter allemand". On consomme aujourd'hui indien, chinois, coréen, japonais et tout le monde est content. Tout le monde ? à commencer par les grands groupes internationaux aux investissements mondiaux, mais à l'exclusion des exclus des peuples des nations qui se paupérisent.

- changez d'Europe ! Vous proclamez avec force : "je ne renoncerai pas à l'euro. Y renoncer serait renoncer à l'Europe que nous cherchons à construire depuis 60 ans". Oui, OUI, Monsieur le Président ! Renonçons à cette Europe-là ! Ne renonçons pas à l'Europe, elle est notre continent, elle est notre espace naturel, et nous partageons tant de choses à commencer par notre civilisation et nos racines chrétiennes avec nos voisins. Mais changeons "votre" Europe, celle de "vos "traités, cette organisation supranationale dont nous ne voulons pas. Nous vous l'avons pourtant clairement exprimé, si vous vous en souvenez ? C'était avant que vous nous fassiez un pied-de-nez en faisant adopter une quasi reproduction du même traité par "vos " députés.

Monsieur le Président, nous avons entendu vos voeux. Permettez-moi de vous adresser les miens en retour. Je vous souhaite de réussir en 2011 selon les directions que je vous ai données ci-dessus.

Et comme dans l'organisation politique actuelle de la France je crains -je suis sûr- que cela vous sera impossible, comme votre position dans l'estime des Français met en danger votre réelection en 2012, je vous suggère d'introduire dans votre propre discours l'idée d'un possible retour à la royauté, un jour et si les Français le veulent. Avec la possibilité laissée à l'Alliance royale d'obtenir les 500 signatures pour présenter un candidat à la prochaine présidentielle.

Cette idée, pas tant naïve que cela, ayant pour avantages : 1) une réconciliation des Français avec leur Histoire; 2) l'affaiblissement vraisemblable de l'un des concurrents qui vous inquiète en 2012; 3) votre nom à jamais dans l'Histoire.

Voici certainement, Monsieur le Président, la décision la plus facile que vous auriez à prendre en cette nouvelle année, et si l'on mesure à l'aune de cette simplicité l'espoir immense qu'elle ferait naître chez nos concitoyens, je souhaite que vous la preniez sans tarder.

Vive la France !


Repost 0
Published by Christophe - dans Nos Positions
commenter cet article
30 décembre 2010 4 30 /12 /décembre /2010 08:09

Jusqu’au 21 janvier 2011, vous pouvez acquérir le premier Livre bleu de l’Alliance au prix de 15 euros, franco de port auprès de notre boutique internet. Mieux, si vous en commandez plusieurs, le premier reste à 15 euros, mais les suivants vous seront comptés 10 euros chacun.

boutique en ligne sur : allianceroyale.fr


Repost 0
Published by Christophe - dans Nos Positions
commenter cet article
13 décembre 2010 1 13 /12 /décembre /2010 23:38


Lors d'une émission télévisée, plusieurs invités s'interrogent sur l'organisation politique le la France. M. Jacques Delpla, économiste, expose que notre pays manque de contre-pouvoirs indépendants qui seraient très utiles dans des situations litigieuses. En effet, dans bien des cas, le gouvernement est toujours ancré sur une position et l'opposition est toujours ancré sur la position inverse. Ce clivage bipolaire, n'est pas le seul apanage des partis politiques, il peut s'agir, d'associations, de groupes de pressions, de lobby, etc. Entre la droite et la gauche, entre les capitalistes libéraux et les alter-mondialistes, entre l'économie industrielle et l'écologie ... comment s'y retrouver, en qui avoir confiance ? Sur ce, le comédien Jacques Weber intervient et demande : "Mais qui sera ce contre pouvoir ? ... Les politiques sont devenus des dieux !" Il explique qu'à son point de vue, nous sommes régis par "les politiques" à tous les niveaux, que ce soit dans l'économique, l'éthique, le culturel, etc. Il se demande où sont les philosophes, les scientifiques, les personnes de culture dans les rouages du pouvoir ?

Personne ne trouve de solution à cette épineuse question d'une entité indépendante qui pourrait rappeler à l'ordre un gouvernement trop engagé dans une voie contestée.

L'actualité récente d'un pays frontalier, nous permet de réfléchir à cette question. Qui pourrait-être ce contre pouvoir indépendant, ni de droite, ni de gauche, qui de mieux placé que le roi !? La seule personne qui ait une vision à long terme du pays, qui n'ait pas d'intérêt à retirer du résultat des élections, qui ne soit pas en recherche d'argent occulte pour financer sa campagne électorale, etc. c'est le roi !

En Belgique, une révision de la constitution donne lieu à un débat concernant les pouvoirs du roi. Certains proposent de les limiter d'avantage, d'autres au contraire défendent le système actuel et mettent en avant le rôle constitutionnel du roi, indépendant des factions idéologiques et des partis politiques, ainsi que le travail accompli par le prince Philippe,  héritier du trône, pour favoriser la situation économique du pays en usant de son prestige à l'étranger.

Le roi a "tout le temps défendu l'intérêt général et l'intérêt supérieur du pays. Il est très bon que le roi nomme les ministres. Si ce n'était pas lui, ce serait un homme politique flamand, wallon ou bruxellois ... " Déclaration de M. Armand de Decker, président du Sénat, en Belgique.

"Le prince Philippe a un engagement invraisemblable. Je sais qu'en politique on travaille beaucoup, mais je constate que l'énergie du prince à travailler pour le pays et ses entreprises est remarquable." Déclaration de M. Steven Vanakere, ministre des affaires étrangères de Belgique, à l'occasion de la visite officielle du prince en Inde.

Le prince Philippe qui se prépare à assumer un jour la charge royale, a précisé sa position dans le débat : "J'ai toujours été ouvert aux remarques que l'on m'adresse. J'en prends note tout en précisant que je reçois aussi beaucoup d'encouragements de la population de chez nous qui me semblent être autant de soutiens. J'entends continuer plus que jamais à créer des liens de confiance avec la population belge, avec le monde des entreprises, mais aussi avec le monde politique."

Dernièrement, lors d'une visite privée dans un centre de désintoxication à Charleroi, le prince, touché par le travail accompli, a tenu à rendre hommage à l'équipe : "J'y ai rencontré des types fantastiques. Sortir de la drogue demande aussi une forme d'héroïsme."

Voici qui nous change du "Casses-toi pauv' con !", propos tenus par le chef d'État de la France.



M. Delpla, professeur à HEC et Sciences -Po, a été conseiller de Vladimir Poutine et de Nicolas Sarkozy.
Les retranscriptions des propos de MM Delpla et Weber, sont tirés de l'émission "Ce soir ou jamais" diffusée sur France 3 le 1er décembre 2010.
Les citations belges sont extraites du journal "Point de vue" n° 3219, 31 mars 2010.

Repost 0
Published by Rodolphe - dans Nos Positions
commenter cet article
6 décembre 2010 1 06 /12 /décembre /2010 11:42

Pour chaque homme politique en vue, cinquante autres attendent sa place.


Sous le règne des partis, les factions se polarisent de plus en plus. Les tyrans sont beaucoup plus attrayants aux yeux d'un peuple écoeuré et pris de peur.


Ou bien la France a peur (du chômage, de l'immigration, de la paupérisation) ou bien les Français sont anéantis, anesthésiés : que peut-on faire ?

 

Face à l'ampleur des problèmes, il faudrait une union nationale, et l'on assiste au contraire à l'explosion d'opinions groupusculaires, laissant libre le champ des hommes et femmes au pouvoir, qui se partagent les responsabilités, sans possibilité d'y faire face.

 

Partant d'observations de base :

- La monarchie a fait la France (vrai/faux ?)

- La France se défait en république (vrai/faux ?) : perte de pans entiers de souveraineté, perte des valeurs historiques, paupérisation, solution programmée de la France dans l'Union européenne, mondialisation des finances et des échanges internationaux...

- L'élection de 2012, celle de 2017, 2022 ou 2052 (si elle a lieu) ne changeront rien au "fond". Quels éléments concrets nous permettent d'espérer le contraire ?

- Il y a toujours un risque d'explosion sociale, qui pourrait avoir pour conséquence l'instauration d'un "régime fort", comprendre une dictature, qui ramènerait la paix civile en supprimant les libertés individuelles (c'est un risque universel, sous tous les régimes, plus fort en période de crise)

 

Pour ces raisons, nous, royalistes, PROPOSONS (afin que les Français puissent CHOISIR) l'instauration de la royauté :

- Un roi, désintéressé pour lui-même puisque affranchi des pressions politiques ou financières, mais intéressé au peuple et au pays de France

- Une démocratie équitable, à travers laquelle le peuple pourra -enfin- s'exprimer, désignant ses représentants, parmi lesquels le roi choisira ses ministres les plus dignes et les plus capables de diriger les affaires

 

En résumé, le choix démocratique de représentants proches du peuple, qui verront la naturelle propension de tout homme à s'attribuer les meilleures places soumise à l'arbitrage royal.

 

Pour connaître les propositions de l'Alliance royale, rendez-vous sur son site :

allianceroyale.fr.

Bonne visite


Repost 0
Published by Christophe - dans Nos Positions
commenter cet article
29 novembre 2010 1 29 /11 /novembre /2010 10:19

On parle souvent des Enarques, on parle aussi des technocrates, pour désigner cette espèce de professionnels formés à la gouvernance des services de l'Etat.

 

Intelligents, c'est incontestable, ils n'en sont pas moins bornés lorsqu'ils parviennent aux frontières de leur savoir, mais maintiennent en force leur point de vue, sans faiblir, ainsi que cela leur a été appris.

 

J'ai assisté à la résistance d'un Enarque, convaincu que Paris intra-muros comptait 10 millions d'habitants, quand son interlocuteur lui montrait qu'il s'agissait de l'agglomération parisienne : force est restée à l'Enarque qui n'a pas reconnu son erreur, mais les spectateurs en rient encore.

 

Les Enarques, donc, sont formés pour prendre les commandes de l'administration, comme l'indique le nom de l'école.

 

L'administration, c'est ce qui fait la permanence de l'Etat. Les gouvernements passent, l'administration reste. Les régimes passent, l'administration reste. Même à travers la Révolution, l'administration est restée.

 

L'administration est vitale pour notre pays. Elle est la colonne vertébrale de son organisation, elle représente la somme de ce que notre pays a institué depuis des siècles. Bien sûr, elle applique des décisions prises dans le passé, récent ou ancien, et son rôle n'est pas d'anticiper l'avenir. 

 

Ce rôle, c'est celui du souverain, des ministres, du peuple tout entier.

 

C'est pourquoi nous pensons que la France doit être gouvernée par un roi, qui ait une vision à long terme.

 

Mais nous voulons aussi que puisse s'exprimer le peuple de France, et nous appelons cela la Démocratie équitable.

 

Car enfin, qui s'exprime aujourd'hui ? L'administration, on l'a vu, tient les rênes, et le personnel politique sort de l'Ecole Nationale d'Administration. J'y vois là un énorme conflit de représentation démocratique.

 

Le phénomène est d'autant facilité qu'un haut fonctionnaire qui quitte son emploi lorsqu'il est élu est assuré de le retrouver lorsqu'il quitte la politique, ce qui n'a pas lieu dans le privé.

 

La déontologie voudrait qu'un salarié de l'Etat ne puisse pas faire de la politique, comme c'est déjà le cas pour certaines professions (détenteurs de charges, comme les notaires, etc...).

 

Il nous paraît en revanche hautement souhaitable que puissent s'exprimer les salariés, les entrepreneurs, les familles, les collectivités locales, toutes les catégories de la société française qui vivent et font vivre la France, et la préparent sans relâche à son avenir.


Repost 0
Published by Christophe - dans Nos Positions
commenter cet article
10 novembre 2010 3 10 /11 /novembre /2010 15:42

On ne saurait mieux le dire : j'ai trouvé cet article sur le blogue d'URBVM (Union Royaliste Bretagne et Vendée Militaire), je vous le livre ici :

http://droiteligne.canalblog.com/images/drapeau_royaliste1.jpg

Se dire royaliste au XXI°Siècle peut paraître anachronique, risible ou stupide. Promouvoir un autre système politique au sein d'une république, d'une démocratie, ne peut être que l'idée d'un fou ou d'un nostalgique d'une quelconque dictature : le dogme de la "république salvatrice" est encore bien ancré dans les têtes de nos contemporains. Or nous, royalistes, ne sommes ni fous ni nostalgiques : nous aimons la France et proposons des solutions aux maux de notre société, contrairement à ce grand nombre de politiciens, si prompts à faire cette ronde des ego quand la première place est vacante ! Pour nous, il faut traiter les maux de notre Nation, de notre société et non se contenter de panser quelques plaies, en gesticulant et en promulguant toute sorte de lois en fonction de leur impact médiatique !
http://droiteligne.canalblog.com/images/drapeau_royaliste1.jpg
    Royalistes, nous voulons redonner aux français un amour de leur pays, une fierté de se dire français. Non pas en cherchant vainement des responsables ou des cibles à éliminer : la critique systématique et la diabolisation sont l'apanage des brasseurs d'air et des arrivistes. Redonner aux jeunes français l'amour de leur pays, c'est déjà apprendre à ces enfants à le connaître par son génie littéraire, par son histoire unique et par sa culture si particulière. Redonner cet amour de la France aux jeunes, c'est lutter contre toutes ces insultes à la Nation Française, ces "Nique la France" et autres provocations stupides et honteuses !
http://droiteligne.canalblog.com/images/drapeau_royaliste1.jpg
    Royalistes, nous voulons redonner aux français des institutions viables et saines, qui remplissent leur rôle et qui soient les piliers d'une France tournée vers l'avenir. Rejetons cette perversion de la justice, cette inégalité flagrante des citoyens devant la justice ! Rejetons cette "anarchie législative", où chaque loi est votée en fonction de son impact médiatique ! Redonnons à la France de véritables institutions, capables de protéger le peuple de la corruption du gouvernement, comme disait Saint Just !
http://droiteligne.canalblog.com/images/drapeau_royaliste1.jpg
    Royalistes, nous voulons redonner des idéaux à nos enfants, retrouver la véritable jeunesse française, mûe par des idéaux de courage et d'abnégation, de service et de dépassement de Soi. Pour nous, l'avenir de la France repose dans les idéaux des générations futures. Nous rejetons ce pourrissement moral de notre jeunesse, ce culte de la paresse et de l'oisiveté, de l'orgueil et de l'arrivisme. Nous voulons redonner de l'espoir aux jeunes, nous voulons leur donner une véritable chance de s'épanouir au sein d'une Nation unie derrière le Roi.
http://droiteligne.canalblog.com/images/drapeau_royaliste1.jpg
    Royalistes, nous voulons un peuple uni derrière le Roi, dans la recherche du Bien commun. Nous rejetons l'individualisme honteux de notre société actuelle, véritable frein à toute politique cohérente. Nous rejetons ce nombrilisme odieux d'un grand nombre de français, tout comme le panurgisme profond d'une grande partie de la société. Redonnons aux français une volonté de "vivre ensemble", un véritable idéal de fraternité, indispensable à la mise en place d'une politique cohérente et durable !
http://droiteligne.canalblog.com/images/drapeau_royaliste1.jpg
    Royalistes, nous voulons une Europe respectueuse des identités des pays qui la composent, une véritable coalition des Nations européennes. Respectueuse des identités nationales, l'Europe doit être l'union des pays souverains dans un but précis : avancer dans la recherche du Bien commun. Nous rejetons cette Union Européenne qui juge les politiques nationales, qui s'immisce dans les lois des pays sans prendre en compte les particularités nationales.
http://droiteligne.canalblog.com/images/drapeau_royaliste1.jpg
    Royalistes, nous voulons un système économique juste et source de bienfaits pour toute la population, et non une maximisation des profits de quelques personnes sur le dos de millions d'autres. Nous rejetons cette course effrénée vers l'argent, et nous voulons redonner aux français un système économique au service de la population, pour que le souci financier ne soit plus un frein à la recherche Bien commun. Il est anormal qu'au sein d'un même pays, des milliers de personnes meurent de faim tandis que quelques autres vivent dans l'opulence et jettent l'argent par les fenêtres.
http://droiteligne.canalblog.com/images/drapeau_royaliste1.jpg
Voilà ce qu'est le Royalisme au XXI°Siècle. Loin d'être passéistes et nostalgiques d'un lointain régime féodal, le royaliste actuel se lève contre les injustices et proposent des solutions durables aux véritables maux qui minent la politique de la France, qui ruinent son avenir et détruisent la Nation Française. Il est grand temps de faire comprendre aux français l'importance d'une véritable politique et la nécessité sans cesse grandissante de changer de régime politique.

http://droiteligne.canalblog.com/images/drapeau_royaliste1.jpg

"L'idée royaliste ne sera jamais ringarde car elle est permanente. Aujourd'hui, en France, personne n'incarne la continuité de la nation. Je pense qu'on peut aimer un roi, être fidèle à un roi... mais pas à un président de la République" Jean Raspail

http://droiteligne.canalblog.com/images/drapeau_royaliste1.jpg

Repost 0
Published by URBVM - dans Nos Positions
commenter cet article
8 novembre 2010 1 08 /11 /novembre /2010 08:34

Hier, l'ancien Premier ministre Dominique de Villepin, que l'on sait terriblement opposé à Nicolas Sarkozy, a déclaré que celui-ci "est l'un des problèmes de la France" et "qu'il est temps de mettre un terme à cette parenthèse politique, commencée en 2007".

 

Monsieur Dominique de Villepin se trompe, et son erreur est inévitable.

 

Il se trompe, parce qu'il se trompe d'Histoire.

 

En effet, ce n'est pas un homme, tout Président soit-il; ce n'est pas non plus un gouvernement; ni un Parti; c'est la République qui est l'un des problèmes de la France.

 

Ce n'est tout de même pas une découverte de considérer que tout homme est un complexe de défauts et de qualités.

 

Toute la différence entre une politique vertueuse ou néfaste consiste à choisir un système politique qui permette aux qualités de surmonter les défauts.

 

Dans l'exemple de Nicolas Sarkozy, qui est évidemment un homme d'action, il est attaquable, il se rend attaquable de tous côtés. La concurrence effrénée de l'ensemble de la classe politique qui espère sa place au soleil détruira à la source chaque mauvaise idée, ou bloquera la réalisation de chaque bonne idée.

 

Les promesses électorales ne coûtent pas cher : elles sont de la démagogie que tout empêchera ensuite de mettre en oeuvre. Rappelez-vous les déclarations de Nicolas Sarkozy qui promettait en 2007 de ne jamais toucher à la retraite !

 

Tous les autres candidats à l'élection présidentielle auraient pu faire la même promesse et ne pas la tenir.

 

Il est urgent de placer à la tête de l'Etat un Roi, qui soit en mesure d'arbitrer les propositions et les mesures mises en oeuvre par la classe politique; qui soit en mesure de briser la stérile concurrence due à l'ambition personnelle; qui soit en mesure d'encourager l'utile concurrence due à l'ambition nationale.


Repost 0
Published by Christophe - dans Nos Positions
commenter cet article