Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Abonnement libre au Bulletin

le nouveau bulletin de l'Alliance Royale vient de sortir

  new_bulletin-12.jpg

 

 








Pour vous abonner Catégorie:
abonnez-vous

Recherche

Alliance Hauts-de-Seine

L’Alliance Royale est une formation politique fondée en 2001 et regroupant des "citoyens" (habitants de la Cité) convaincus  qu’il est temps de reposer la question des institutions dans le débat politique français. L’Alliance Royale a non seulement pour ambition de faire redécouvrir la monarchie à nos compatriotes, mais également d’inviter la France à préparer son avenir dans ses institutions.

  blasong2.jpg"D'azur à la fleur de lys d'or et à la nef antique d'argent, au chef d'argent chargé d'une fasce ondée d'azur", ainsi se décrit le blason des Hauts-de-Seine créé par Georges Weill.


    "Blason Royal du Pays d'Aunis"

10 avril 2010 6 10 /04 /avril /2010 13:39

Un récent commentaire sur ce blogue évoque l'existence de deux prétendants au Trône de France.

 

C'est évidemment un de trop, mais peut-être est-ce trop peu ?

 

Certes, comme tout le monde, je vois passer des noms, des prises de position, des discours enthousiastes, des articles documentés...

 

Je suis impressionné du nombre de "prétendants" qui sont nommés, chacun disposant de ses fans. Mais justement, toutes ces belles déclarations émanent exclusivement des fans eux-mêmes.

 

Jamais des éventuels "prétendants" eux-mêmes.

 

Cela fait une sacrée différence : les "prétendants" ne prétendent pas ! Leurs fans le font à leur place.

 

Et cela n'est pas non plus sans poser un réel problème : en monarchie française, la règle est que le roi ne meurt jamais. La France a donc aujourd'hui un roi, nous avons un roi... mais qui est-il ?

 

Le trône n'est pas disponible, mais s'il l'était, qui y prendrait place ? Devrait-on écouter le groupe de fans qui crierait le plus fort ? (Une manière d'élection) et leur champion accéderait-il à leur exigence ?

 

Soyons en sûr, mettez de côté les paillettes et les projecteurs et le métier de roi doit être très-très lourd à porter ! Quel est le Prince à qui vous direz qu'il n'est pas libre de refuser la couronne, qu'il n'est pas libre d'en disposer, alors qu'aucun de ses ancêtres n'en a eu la charge depuis un siècle et demi ?

 

L'Alliance royale tente de ne pas s'aveugler. La Révolution fut un accident grave (mortel) et les temps qui ont suivi ont poursuivi son oeuvre destructrice (combien de guerres, combien de morts ?).

 

La présidence d'un "souverain" élu pour 5 ans montre ses graves défauts. L'Alliance propose le recours à de nouvelles institutions qui rendent son indépendance au roi face aux lobbies et aux groupes de pression, et qui lui permettent de gouverner avec et pour le peuple.

 

Mais si l'institution monarchique est utilement héréditaire, il n'en demeure pas moins qu'il va bien falloir qu'un jour un homme, et un seul, trouve sa place au sommet de l'Etat.

 

Dans ce cas, que feront tous les fans de tous les prétendus "prétendants" ? Ils seront plus utiles à la France dans leur soutien au roi qu'en se gardant en dehors du système. Je sais, pour en avoir longuement débattu dans ces pages, que certains préféreront s'écarter, tant pis, une chaise ne reste jamais vide très longtemps...

 

C'est pourquoi l'Alliance regroupe des sympathisants venus d'horizons divers : nous savons qu'un choix est obligatoire, nous ne savons pas encore comment l'opérer mais il aura lieu. Clovis, ou Hugues Capet on bien été choisis, en leurs temps et si ça s'est fait, on peut le refaire !

 

 

Repost 0
Published by Christophe - dans Nos Positions
commenter cet article
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 17:32
Je vous invite à une visite sur le site jeunes-royalistes.org

http://www.jeunes-royalistes.org/plate-forme-politique-de-lalliance-royale

link
Repost 0
Published by Christophe - dans Nos Positions
commenter cet article
22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 20:53
Puisqu'à présent les douceurs et autre morceaux de bravoure de la campagne des régionales sont derrière nous, je vous propose une version différente de la politique à la française.

Jugez-en :

http://www.jeunes-royalistes.org/images/democratieroyaute.jpg

http://www.jeunes-royalistes.org/espace-militant/multimedias/138-democratie-et-royaute

link
 
Repost 0
Published by Christophe - dans Nos Positions
commenter cet article
15 mars 2010 1 15 /03 /mars /2010 09:01
D'une élection à l'autre, les électeurs font - démocratiquement - gagner un camp, puis l'autre.
Je parle ici de la Droite, ou de la Gauche.
Les composantes de l'un ou l'autre camp sont extrêmement brouillées, changeantes, fragiles, peu fiables.
Démocratie, peut-être, mais est-elle livrée avec le mode d'emploi ?

Mais qu'est-ce qui ne va pas dans notre pays ?

Ah ! Ne me dites pas que ça va, s'il vous plaît, vous ne tromperiez personne. Vous allez me dire "bon, il va encore nous parler du besoin du Roi, on connait le discours".

Oui, oui, bien sûr, mais voyons les choses sous un angle différent :

La France est un pays démocratique (elle a mis longtemps à y parvenir, bien après la révolution), et nous voulons la démocratie.

Pas la démocratie libérale, mais la démocratie équitable.

Pas la démocratie qui confie le pouvoir à l'oligarchie, mais celle qui représente l'ensemble des Français.

Et aujourd'hui, quelle est la première erreur dans le système de désignation des dirigeants de notre pays ?

Quelle est la première division, institutionnelle, sacralisée ?

L'élection présidentielle.

L'exemple est frais, en pleine campagne des Régionales, vous devez l'admettre : un homme, choisi il y a 3 ans par 20% des électeurs exprimés, a mandat de gouverner la France mais reste un chef de parti. Il conserve des amitiés, économiques, financières, artistiques, politiques. Il conserve des inimitiés, voire des haines.

Il est président de tous les Français : ses alliés, ses adversaires, ceux qu'il aime, ceux qui ne l'aiment pas.

L'élection présidentielle est peut-être un bon moyen de gérer les affaires courantes et d'éviter une révolution (à quoi bon une révolution, quand on sait qu'au bout de 5 ans un nouveau plébiscite reconduira ou renverra le président); ce n'est certainement pas un bon moyen de faire avancer la France vers son avenir.

Déduction : le chef de l'Etat ne doit pas être élu au suffrage universel. Il ne doit pas non plus s'autoproclamer, pas question d'un tyran ou d'un dictateur !

Comment donc le désigner ?

http://www.fotosearch.fr/bthumb/CSP/CSP328/k3289486.jpg

Revenons ici sur la nécessité de la désignation des représentants du peuple français par la voie de la démocratie équitable.

A l'issue du processus d'élections et de désignation des représentants, ceux-ci représenteront clairement les forces vives de la Nation (salariés, entrepreneurs, familles, collectivités locales).

Puisqu'il faut un début à tout, nous pourrions demander à ces nouveaux représentants, suivant un processus long qui nous permettra de vérifier la justesse de leur choix, de désigner un chef de l'Etat. Je veux dire par là que ce personnage éminent devra nécessairement concentrer sur sa personne l'estime de chacun d'entre nous, que ce soit par son action, par sa connaissance, par ses idées pour la France à long terme, par son héritage historique aussi peut-être.

Je viens ici par mon "peut-être" de choquer gravement mes amis royalistes, toutes tendances confondues, et je m'en excuse immédiatement, mais je m'explique.

Alors que les royalistes eux-mêmes sont divisés sur la question de la personne du Roi, il me paraît impossible d'annoncer demain au peuple français ébahi : "voici votre Roi, vous ne le connaissez pas, pour certains d'entre nous il est l'Héritier des siècles, pour d'autres il ne l'est pas".

C'est pourquoi il me semble qu'il y a un chemin à faire, grâce auquel notre Roi se fera aimer (oui, j'ai bien écrit "aimer") par les royalistes réunis sur son nom, et par les Français qui apprendront à le connaître.

J'ai indiqué cependant que son héritage historique était à prendre en considération. Est-il indispensable ? Ce n'est pas à moi de le dire. Il est cependant un évident avantage, car dès lors qu'il est question d'instituer en France une monarchie, il ne paraît pas déplacé de la confier à l'héritier d'une famille dont c'est la vocation. Nous jugerons peut-être que c'est indispensable à la pérennité de l'institution.

*

Voilà, le Roi est devenu Roi, les représentants du peuple sont le relai permanent entre le Roi, le gouvernement et la population, la démocratie fonctionne enfin.

A l'avenir, nous laisserons à un processus pluri-séculaire le soin de désigner le successeur du Roi, ce qui nous permettra d'avoir un Roi de tous les Français et nous privera de notre premier sujet de division.

 
Repost 0
Published by Christophe - dans Nos Positions
commenter cet article
14 mars 2010 7 14 /03 /mars /2010 15:57

Mgr Michel Dubost, évêque d'Évry-Corbeil-Essonnes, a fortement dénoncé sur le site de son diocèse (http://evry.catholique.fr) «l'étourdissant silence» qui entoure les profanations d'églises.

LE FIGARO. - Vous mettez en cause une différence de traitement médiatique entre les profanations d'églises d'une part et celles de mosquées et synagogues d'autre part ?

Mgr Michel DUBOST. - Il n'y a certes pas d'inscriptions antichrétiennes sur les églises comme il y a des inscriptions antimusulmanes ou antijuives. Ces faits ne sont pas signés de la même manière. Pour beaucoup d'élus c'est donc un cambriolage et non une profanation.

Mais quand le pain eucharistique est répandu par terre et piétiné, c'est une profanation ! Il y a là une difficulté de compréhension qui nous appelle à redire ce que nous croyons de l'eucharistie et de la présence réelle. Et ce n'est pas parce que le catholicisme en France fait partie des meubles qu'il ne doit pas dire qu'il a mal quand il a mal…

Pouvez-vous expliciter cette notion de «présence réelle» dans les églises catholiques ?

Pour moi, l'eucharistie «est» le corps du Christ alors que pour beaucoup de gens cela ressemble à du pain. Il est effectivement important que nous, chrétiens, nous manifestions davantage la place que nous donnons à l'eucharistie.

L'eucharistie, contenue dans le tabernacle qui a été forcé à Morangis, est-elle ce qu'il y a de plus sacré dans une église ?

L'eucharistie est pour nous la présence de Dieu. C'est le signe sacramentel de la présence de Dieu. Il n'y a pas plus sacré : si on viole l'eucharistie, on nous viole nous-mêmes et nous en sommes profondément blessés.

Vous être porteur d'un projet pour améliorer cette situation, mais vous regrettez que les pouvoirs publics n'y prêtent pas davantage attention ?

Ce projet comporte deux volets. D'une part, visiter toutes les églises pour faire un audit complet sur la question du vol. Et, second volet, mieux protéger l'eucharistie.

Les cambriolages étant souvent une des causes des profanations, il faut d'abord les éviter en protégeant mieux les édifices. Cela ne veut pas dire «fermer» les églises car, paradoxalement, je pense qu'il faut ouvrir les églises pour mieux les assurer en veillant, évidemment, à la sécurité des éléments importants.

Repost 0
Published by Christophe - dans Nos Positions
commenter cet article
26 février 2010 5 26 /02 /février /2010 18:25

A la veille de l'ouverture du Salon de l'agriculture, les Français découvrent, stupéfaits, que l'agriculture et les agriculteurs souffrent, peinent, dépriment, meurent, font faillitte ou se suicident.

 

Il s'agit bien ici de l'agriculture française ! Souvenez-vous de ce que vous avez appris à l'école : "la France, pays agricole, doté d'un climat tempéré et de terres riches propres à nous assurer une production excédentaire..."

 

Ce n'est pas le seul secteur qui soufre, dans notre pays : des pans entiers de notre industrie qui ont disparu, un chômage qui ne diminue pas, un nombre sans cesse croissant de Français vivant sous le seuil de pauvreté...

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/21/Organisations_Supranationles_Europ%C3%A9ennnes.png

 

La France et l'Union européenne comptent actuellement 6 litiges portant sur des aides fournies par la France à des secteurs tels que les producteurs de fruits et de légumes, les pêcheurs, France Télécom, les producteurs de Cognac, le secteur textile, les producteurs de Rivesaltes. L'Union européenne demande le remboursement de ces aides, franco-françaises.

 

Donc, si les différents traités européens nous obligent à ne pas pouvoir soutenir les secteurs de notre propre économie, alors l'Union européenne est dans son droit lorsqu'elle fait un rappel à l'ordre.

 

Mais l'Etat français lui-même reconnaît qu'il lui est impossible de ne pas soutenir notre économie, puisqu'il le fait.

 

Dans ce cas, notre conduite est évidente : puisque cette Europe ne nous convient pas et que nous sommes un pays souverain, retirons-nous... et changeons d'Europe !

 

http://www.europa-planet.com/images/cartes/europe_politique.jpg

 

Voici ci-après un extrait des thèmes que l'Alliance royale défend, et qu'elle a soutenus aux récentes élections européennes :

http://www.allianceroyale.fr/nos-propositions-politiques/plate-forme-politique/article/programme-de-l-alliance-royale


*

 

"L'Europe n’est pas une fin en soi.

 

La construction de l’Europe doit être d’abord et avant tout orientée vers la préservation des intérêts de la France.

 

La participation de l’Alliance Royale aux élections européennes s’est donc inscrite d’abord et avant tout dans une perspective résolument française.

 

Mais la construction européenne est aussi l’occasion de reparler de la solidarité naturelle entre les peuples, que l’on opposera volontiers à la vision mondialiste supranationale qui domine aujourd’hui les débats. Dans cet esprit, l’Alliance Royale est ouverte à la conclusion d’alliances avec des formations politiques d’autres pays d’Europe, et qui partagent ses vues.

 

Dans cette double perspective française et internationale, l’Alliance Royale veut placer au cœur de toute coopération entre les pays européens, trois principes fondamentaux : la souveraineté des Etats, la subsidiarité dans les institutions, et la solidarité dans l’espace naturel européen.

 

Conformément à ces trois principes, l’Alliance Royale propose une alternative à l’Union Européenne (qui préfigure déjà un Etat).

 

Elle affirme que les nations européennes peuvent coopérer sainement et efficacement, mais au sein d’une communauté des Etats européens, disposant d’institutions spécifiques proches de celles de la Communauté Européenne, mais destinées exclusivement à mener des politiques de coopération entre les Etats membres.

 

Au sein de la communauté des Etats européens, l’Alliance Royale propose trois axes de coopération prioritaires, correspondant à trois défis majeurs posés aux peuples européens en ce début de XXIe siècle. D’abord, dans le domaine de l’économie : la préférence communautaire. Puis, dans le domaine de la sécurité : la surveillance du territoire et des espaces maritimes. Enfin, dans celui de l’environnement, la préservation d’un patrimoine naturel partagé.

 

Bien sûr, une coopération ne peut exister durablement et de façon harmonieuse que si certaines valeurs sont communes. Or, justement, les nations européennes se sont, peu ou prou, construites sur les mêmes fondations.

 

D’ailleurs, la France, si elle veut elle-même se réapproprier les valeurs qui l’ont faite, ne peut pas le faire en contradiction avec ses voisins. C’est pourquoi l’Alliance Royale demande que soient restaurés les fondements de la civilisation européenne, avec en particulier l’affirmation de l’héritage chrétien de l’Europe.

 

Enfin, l’Alliance Royale estime qu’une coopération à l’échelle de l’Europe n’est envisageable que par le renforcement des institutions françaises. On ne peut s’ouvrir au monde que si l’on est fort soi-même. Il faut donc renforcer la souveraineté de la France, affirmer son identité et préserver nos libertés.

 

L’Alliance Royale estime donc indispensable de mener en parallèle une réforme des institutions françaises. En particulier l’indépendance du pouvoir royal et une démocratie véritablement équitable sont les contrepoids nécessaires d’une coopération renforcée avec nos voisins.

 

L’Alliance Royale propose qu’une charte européenne donne les principes fondamentaux de toute coopération entre Etats d’Europe dans le cadre de la communauté des Etats européens. Cette charte constitue une alternative aux constitutions et traités actuels, qui ont été rejetés par les Français.

 

"

Repost 0
Published by Christophe - dans Nos Positions
commenter cet article
17 février 2010 3 17 /02 /février /2010 11:06
J'ai lu, ces jours-ci, une critique sur les enseignants, qualifiés entre autres d' "incultes".

Je ne pense pas que l'on puisse dire cela.

Encore une fois, on retrouvera dans le (dans les) problème de l'enseignement en France, les défauts du système.

Les enseignants ne sont pas incultes (même si naturellement ils connaissent eux-mêmes ce que leur a appris l'enseignement républicain). Ils ne sont pas non plus déficients en termes de discipline (même si ils ne disposent plus de tous les moyens qui leur permettraient de la faire respecter).

Jugez-en par cette anecdote :

G. est prof de mathématiques agrégé. Il enseigne au lycée. Pour la Nième fois, certains élèves lui rendent un devoir fait en classe nul. Il met la note qui convient en cette circonstance : zéro.

Un père vient voir G. pour comprendre. G. lui explique qu'il a donné aux élèves tous les éléments leur permettant de préparer ce devoir, à la maison. Le père s'insurge : "comment, vous leur donnez du travail ?"

"C'est que je suis chargé de leur apprendre les mathématiques, pas de faire garderie", répond G. en substance.

"Sale enculé de prof de merde", enchérit fort élégamment l'auteur des jours de l'élève nul.

G. a fait un courrier à son proviseur afin de porter plainte contre ce parent, pour insulte à enseignant dans l'exercice de ses fonctions. Je ne sais pas encore quelle sera la réaction du proviseur, mais si j'en juge par celle de cet autre proviseur qui n'a pas trouvé grave l'intrusion d'une bande dans son lycée pour venir commettre des violences dans les classes, j'ai quelques doutes.

Ne pensez-vous pas que le ministère de l'enseignement national (pardon ? ce n'est pas ainsi qu'il s'appelle ?) devrait rappeler à son personnel enseignant qu'il lui confie la mission d'enseigner, et l'autorité qui va avec ?

Repost 0
Published by Christophe - dans Nos Positions
commenter cet article
5 décembre 2009 6 05 /12 /décembre /2009 10:58
Saisi par une conversation de la vie courante, relative à la crise que nous subissons, j'ai posé la question suivante à un ami Français qui vit en Espagne depuis 30 ans. Je vous livre la question et la réponse :

QUESTION :

Cher Jean-François,

(...)

J'ai pensé à toi pour te faire la demande suivante :
 
Je t'ai dit que j'avais la bonne idée d'être royaliste. Je tiens un blogue à l'adresse http://royalistes17.over-blog.com/ et recherche donc des idées d'articles.
 
Cette semaine, mon collègue a assisté à une conférence organisée par BFM (radio financière, si tu ne connais pas), au cours de laquelle a été évoquée l'Espagne, la catastrophe que représente la crise pour ce pays, en raison entre autres de ce que "le gouvernement ne fait rien, et le roi ne fait rien"
 
Mon attention a été immédiatement sollicitée, tu penses...
 
Le gouvernement ne fait rien... pourquoi ? pourquoi ne pas faire au moins comme les pays voisins ?
Le roi ne fait rien ? En Espagne, ce n'est pas le roi qui gouverne. A-t-il manifesté l'opinion qu'on devrait faire quelque chose ? En quoi peut-il influencer ?
 
Dans notre modèle, le roi doit gouverner. Pour simplifier à l'extrême, nous ne rejettons pas en bloc la Vème Constitution. Nous remplaçons bien sûr le président de la République par le roi, qui gouverne donc comme le fait aujourd'hui le président.
L'avantage, c'est que le roi a une vision à long terme et non pas à 5 ans, et qu'il n'est pas issu d'un parti et donc, forcément, de parti pris.
 
As-tu une idée pour moi sur la question espagnole, que je pourrais publier ?
 
Amitiés,
Christophe

REPONSE :

Bonsoir Christophe,
                                  La saison à Ibiza n'a pas été bonne et je n'ai pas vendu depuis mai, ce qui produit des situations peu confortables.Le climat général est anxieux, car personne ne sait combien de temps cet arrêt économique va durer.Les matelas de sécurité s'épuisent et je pense qu'il faut savoir changer ses habitudes et beaucoup travailler avec foi.

Au sujet de tes questions sur l'espagne, il faut avoir une vue très différente que celle qu'on a sur la France. On était sur une euphorie économique où tout le monde peut gagner beaucoup d'argent grâce à un argent non déclaré qui va du bas jusqu'en haut de l'échelle sociale. Ces 15 dernières années avec des crédits faciles on permit l'illusion. Il n'y a plus de crédit donc tout se bloque. L'argent ne circule plus comme avant.
Le gouvernement de Zapatero est incompétent à ne pas appliquer une politique vraiment socialiste et ne pas avoir le punch d'une droite triomphante pour changer quelque chose.
Ils gèrent.

Le Roi est la présence à mon point de vue, du père de famille. Il est le point de rassemblement de toutes les différences des communautés qui forment le pays Espagne. Les communautés ont beaucoup plus de racines en Espagne qu'en France. S'ils le pouvaient les Catalans ou les Basques se proclameraient comme pays.

Donc le Roi représente la force morale.

La presse rose tellement agressive dans ce pays ne s'attaque pas à la royauté. Le roi à sauvé la démocratie lors du coup d'état, post franquiste. Se rappeler aussi que le dictateur Franco a préparé au détriment d'Alfonso, le jeune Juan Carlos à prendre sa succession.

Et c'est un Roi intelligent et aimé pour son charisme. Felipe sera un Roi intelligent et responsable.

Voila ce que je pense. Je suis resté presque 7 ans sans écouter ou lire des nouvelles et quand j'ai recommencé à m'y intéresser rien n'avait fondamentalement changé.

Je suis un agnostique des idées politiques.

Je te souhaite des bons moments de paix
Jean François

*

Voilà. Que peut-on retenir de cet échange épistolaire numérique ?

Qu'un gouvernement peut être actif, comme en France, où qu'il peut baisser les bras, comme en Espagne... mais que nos voisins gardent toujours un référent, une "force morale", qui dans notre pays fait défaut.

Qu'un roi intelligent mais écarté du gouvernement ne peut donner sa pleine mesure à son pays, ce qui est la raison pour laquelle l'Alliance royale nous propose un modèle de monarchie "régnante".

Et qu'il ne tient qu'à nous d'élever la voix pour souhaiter l'instauration d'un régime politique où, quand tout va mal, il reste une "force morale" pour nous éviter de nous agiter en tous sens comme une mouche dans un bocal, pour éviter au pays d'exploser, comme en Belgique, ou de disparaître comme nous courons le risque de nous dissoudre dans un Etat européen.

Repost 0
Published by Christophe - dans Nos Positions
commenter cet article
4 novembre 2009 3 04 /11 /novembre /2009 15:41
De Jean-Philippe Chauvin :

La rage au cœur… J’étais hier soir devant l’ambassade de la République islamique d’Iran pour protester contre la condamnation à mort de quatre jeunes monarchistes iraniens, jeunes qui, dans quelques heures maintenant, se balanceront au bout d’une corde (si leurs demandes d’appel sont repoussées), devant une foule curieuse et quelques « gardiens de la Révolution » fanfarons, puisque, en Iran, les exécutions sont publiques.

Nous étions une bonne centaine de monarchistes français et iraniens, ces derniers arborant le lion de la Perse au revers de leur veste, et nous étions en même temps bien seuls : pas de journalistes, pas de parlementaires (sauf, je crois, un député de l’UMP), pas d’associations de défense des droits de l’homme… Dois-je en conclure que la vie n’a pas la même valeur selon les idées que l’on défend ? Dois-je en conclure que toutes les grandes déclarations gouvernementales ou politiciennes sur la nécessité de protéger les droits humains fondamentaux et de défendre les libertés d’opinion et d’expression ne s’appliquent pas aux royalistes ?

Ce matin, pas une ligne dans la presse sur le sort des prisonniers iraniens : sans doute faut-il y voir la « prudence » des autorités françaises qui cherchent d’abord à désamorcer le « nucléaire iranien » et qui se souviennent que l’une de nos compatriotes, Clotilde Reiss, est toujours assignée à résidence dans l’ambassade de France, ce qui, évidemment, limite la marge de manœuvre des diplomates de notre pays…

La prudence ou la lâcheté ? La question peut être légitimement posée quand on connaît les aléas de la diplomatie iranienne de la France depuis quelques décennies et que l’on se rappelle que la République islamique d’Iran est née, en définitive, à côté de Paris, à Neauphle-le-Château où résidait l’ayatollah Khomeiny avec la bienveillance du président Giscard d’Estaing !

Quoiqu’il en soit, on aurait pu s’attendre, au moins de la part de la presse française si tatillonne sur ses « droits et franchises », à quelques réactions d’indignation, à quelques « tribunes » de philosophes et d’écrivains contre ces condamnations à mort qui sont la partie la plus visible de la répression contre les manifestants de juin dernier à Téhéran… Et non ! Rien !

Ce soir, il est des hommes sans importance, des Iraniens, des monarchistes, qui verront, à travers les fenêtres grillagées de leur cellule, s’abaisser une dernière fois le soleil, celui qui, derrière le lion, symbolise aussi la Perse historique.

Dans le silence des démocraties…
Repost 0
Published by Jean-Philippe Chauvin - dans Nos Positions
commenter cet article
28 septembre 2009 1 28 /09 /septembre /2009 16:12

""Lors d'une interview télévisée mercredi dernier, le président Nicolas Sarkozy avait qualifié de "coupables" les cinq suspects de l'affaire des faux listings de la société Clearstream, pour laquelle il est partie civile.

L'ancien Premier ministre Dominique de Villepin, l'un des prévenus, entend demander réparation symbolique au plan civil de ces propos, qui violent selon lui la Constitution et le principe de la présomption d'innocence. Il les considère comme particulièrement graves car Nicolas Sarkozy est garant de l'indépendance de la magistrature.""

Pour nous royalistes, le récent "incident" venu s'ajouter au dossier de l'affaire Clearstream, n'a rien d'étonnant.

Ou plutôt, l'étonnement est que cela ne se produise pas plus souvent. A moins que l'on ne nous cache d'autres faits de ce genre...

Car enfin, on nous parle de l'indépendance des pouvoirs...! Quelle ironie ! Et les Français font semblant d'y croire, allons donc.

Indépendants, les pouvoirs exécutif et législatif ? Certes non, puisque le gouvernement et le parlement ont nécessairement la même couleur politique.

Indépendante, la Justice ? Certes non, puisque le garde des Sceaux est nommé par le Premier ministre (et qui doutera ici qu'il soit nommé par le Président ?).

C'est pourquoi, en proposant l'instauration d'une monarchie en France, nous plaçons un arbitre à la tête de l'Etat.

Un arbitre est indépendant. Dès lors, à l'abri des pressions des parties en cause, la Justice devient indépendante.

Repost 0
Published by Christophe - dans Nos Positions
commenter cet article