Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Abonnement libre au Bulletin

le nouveau bulletin de l'Alliance Royale vient de sortir

  new_bulletin-12.jpg

 

 








Pour vous abonner Catégorie:
abonnez-vous

Recherche

Alliance Hauts-de-Seine

L’Alliance Royale est une formation politique fondée en 2001 et regroupant des "citoyens" (habitants de la Cité) convaincus  qu’il est temps de reposer la question des institutions dans le débat politique français. L’Alliance Royale a non seulement pour ambition de faire redécouvrir la monarchie à nos compatriotes, mais également d’inviter la France à préparer son avenir dans ses institutions.

  blasong2.jpg"D'azur à la fleur de lys d'or et à la nef antique d'argent, au chef d'argent chargé d'une fasce ondée d'azur", ainsi se décrit le blason des Hauts-de-Seine créé par Georges Weill.


    "Blason Royal du Pays d'Aunis"

7 octobre 2008 2 07 /10 /octobre /2008 15:30
 

Les monarchistes de l’Alliance Royale [France] et de l’Alleanza Monarchica [Italie] - représentés par leurs secrétaires généraux respectifs, Robert de Prévoisin et Massimo Mallucci de Mulucci, réunis en Avignon - ont décidé de travailler ensemble, à l’occasion de l’élection européenne de 2009, à maintenir la question monarchique ouverte dans le débat politique. Elle représente une solution aux problèmes sociopolitiques et inclut des propositions politiques fondées sur trois principes : la souveraineté des Etats, la subsidiarité dans les institutions, la solidarité dans les espaces naturels européens.

Sur cette base, l’Alliance Royale et l’Alleanza Monarchica s’engagent à restituer au peuple la liberté de pouvoir choisir sa classe politique alors que chacun peut constater que la démocratie risque de devenir "virtuelle". Ces partis monarchistes proposent une alternative à l’Union européenne : une communauté des Etats. Ils veulent repenser l’Etat moderne, pour mettre fin à la démagogie, à la corruption et au pouvoir des oligarchies, maladies chroniques du système républicain qui instaure un Etat tout-puissant.

Restant en dehors des questions dynastiques, les monarchistes de l’Alliance Royale et de l’Alleanza Monarchica entendent défendre les plus faibles, les identités, les familles contre le mondialisme qui écrase l’homme. Ils remettent en cause le super-Etat européen qui impose sa culture des lobbies et sa pensée unique. L’Etat, pour les monarchistes, doit être le prolongement des corps sociaux intermédiaires et doit restaurer les libertés individuelles et collectives en jouant un rôle subsidiaire. Ils proposent une autre Europe : celle des patries et des peuples, fondée sur l’héritage commun des siècles de foi chrétienne. Ils veulent rendre au travail humain sa dignité et sa valeur capitale, contre un capitalisme sans frein, instrument féroce du mondialisme qui impose le pouvoir des forts sur les faibles.

 
 
Repost 0
Published by Christophe Paillard - dans Nos Positions
commenter cet article
1 octobre 2008 3 01 /10 /octobre /2008 11:29
- Christophe, n'as tu pas l'impression que ton combat est vain ?

Ainsi s'exprimait encore hier un mien neveu, que j'affectionne tout particulièrement, qui m'a suivi dans mon cheminement politique tant que celui-ci est resté dans le cadre républicain, mais ne comprend pas que l'enseignement, tant de l'Histoire que de l'Actualité me conduisent (nous conduisent) à penser que la monarchie pourrait permettre d'atteindre certains objectifs hors de portée de la république.

Vain, mon combat ?
Non, certainement pas.
Naturellement, comme dans toute entreprise humaine, rien ne me permet d'être sûr que nous atteindrons notre but.

Mais si nous pensons que la démocratie en France fonctionne de façon toute satisfaisante, que chaque Français est représenté et a son mot à dire, alors notre combat est vain.

Si nous pensons qu'un président républicain, issu du plus grand nombre de suffrages minoritaires exprimés et client des grands groupes financiers, saura mieux prendre en compte l'intérêt des citoyens qu'un roi, arbitre indépendant, alors notre combat est vain.

Si nous pensons que nous traversons une ère de prospérité, que le nombre des pauvres est en diminution et que les riches sont davantage conscients de leur devoir, alors notre combat est vain.

Si nous acceptons, et peut-être souhaitons, que la France abandonne sa souveraineté au profit d'un Etat pan-européen, alors notre combat est vain.

Si nous acceptons, dans un monde hautement explosif, que la France s'en remette pour sa sécurité militaire à un commandement européen où elle est minoritaire, alors notre combat est vain.

Je pourrais continuer...

Notre combat n'est pas vain, car même si nous n'atteignons pas notre objectif de donner un roi à la France, chaque fois que nous aurons réveillé les consciences, notre combat aura été utile (rappelez vous que la commission "Balladur" a consulté l'Alliance Royale à propos de la réforme des institutions).

Enfin, malheureusement, si la France (plus exactement l'hexagone) n'a pas connu de conflit sur son territoire depuis 60 ans, qui dit que cette paix bénie est éternelle ? Que se passerait-il, au lendemain d'un conflit, s'il fallait redresser l'Etat ? Que s'est-il passé en '40 ? Nous préférons prévoir...

Nous sommes en paix, c'est une situation que nous préférons sans mesure, et c'est pourquoi nous présentons nos propositions aux suffrages des Français. Un passage à la monarchie par la voie démocratique remplirait tous nos voeux. Penser alors qu'il est vain de présenter d'utiles réformes me semble très anti-démocratique.

Il est vrai que le mien neveu ici évoqué me confiait que, bien que républicain, il est partisan de la manière forte et beaucoup moins démocrate que moi.
Repost 0
Published by Christophe Paillard - dans Nos Positions
commenter cet article
22 septembre 2008 1 22 /09 /septembre /2008 14:52

Au fond, le plus grand ennemi de la politique (à prendre en tant qu'activité éxercée par les politiciens), n'est-ce pas l'indifférence ?

Nous vivons dans un pays libre, c'est à dire que nous sommes libres de passer 100% de notre temps à ne pas nous préoccuper des affaires qui concernent notre pays.

Allez, on va dire 99,99%, car pendant 0,01% du temps, nous devons élire des représentants qui feront le travail.

Est-ce que ce n'est pas cela, le premier problème de la démocratie, ce désintérêt de la chose publique, sauf quand elle devient spectacle ?

Nous avons des droits, beaucoup de droits. Mais qu'en est-il de nos devoirs ?

Il me semble que face à ces droits de choisir tel ou tel "champion", telle ou telle "idéologie", nous devrions avoir le devoir d'examiner toutes les options proposées, vérifier les versions que l'on nous propose, et enfin juger en fonction de ce qui nous paraît approprié.

C'est aussi ça, la démocratie équitable : bannir l'indifférence, agir nous mêmes pour l'avenir de la France.

Repost 0
Published by Christophe Paillard - dans Nos Positions
commenter cet article
15 septembre 2008 1 15 /09 /septembre /2008 22:18
S'il fallait illustrer le propos sur les 'racines chrétiennes de la France' du président Sarkozy lors de la réception du pape Benoît XVI, vendredi 12 septembre, quelle plus belle image que celle des princes Louis de Bourbon et Jean d'Orléans au premier rang de la messe papale sur l'esplanade des Invalides.

(Lire la suite : http://unionroyalistebvm.over-blog.com/article-22834806.html)
Repost 0
Published by Christophe Paillard - dans Nos Positions
commenter cet article
10 septembre 2008 3 10 /09 /septembre /2008 15:51

Compte rendu de l’université d’été de l’Alliance Royale

 

 

 

Une assemblée de trente et une personnes, composée de délégués, de militants de toutes régions, y compris de Belgique, et d’auditeurs libres et sympathisants se sont réunis le samedi 30 et le dimanche 31 août 2008 à Paris.

 

Samedi après le discours d’ouverture du délégué général Cyrille Henrys, qui a axé l’université d’été de l’Alliance Royale sur le fil rouge des élections européennes, Georges Tartaret a exposé un projet économique et social royaliste. Ensuite Paul Ginoux de Fermon qui est  à la fois membre de l’Alliance Royale et de l’association Union pour la Vie a fait un exposé-discussion sur la politique de la défense de la vie.

Bruno Castanier a poursuivi les travaux en présentant  la plate-forme de l’Alliance Royale pour les élections européennes, et enfin conclu par une conférence sur la symbolique royale, en substitution de la conférence sur Pierre Boutang que Pierre Van Ommeslaeghe n’a pu assurer.

Dimanche, l’assemblée a bénéficié de l’expérience d’une stratégie d’opposition intelligente appliquée par un élu de l’Alliance Royale (Yves Méra) dans une ville de plus de 10.000 habitants, suivi d’un exposé trop court sur le livre blanc de la défense, Cyrille Henrys a tiré  le bilan de l’université d’été et tracé les perspectives d’avenir de l’Alliance Royale.

 

Il en ressort les points fondamentaux suivants :

 

Un projet économique et social royaliste :

Ø      La doctrine sociale de l’Eglise est la base de notre doctrine avec comme grand principe, le principe de subsidiarité.

Ø     Les espaces naturels régionaux (Nous nous procurerons l’exposé de Georges Tartaret)

 

La politique de défense de la vie :

Ø      Le premier droit est celui de naître. (Base de la pyramide des valeurs). « Si je ne suis pas né toutes les autres valeurs sont obsolètes ».

Ø      La proposition pro-vie est en phase avec la doctrine sociale de l’Eglise.

Ø      Attention aux propositions néfastes sous apparence de bien. (Le clonage thérapeutique).

Ø      Dès la fécondation, il y a un être humain dont la vie doit être respectée jusqu’à sa mort naturelle. La loi doit traduire le commandement "Tu ne tueras pas." ; elle doit être complétée par une politique active de soutien aux mères en difficulté.

Ø      Le droit romain reconnaît l’enfant posthume, en particulier pour les questions d’héritage.

Ø      Des échéances : le 20/11/2008 un colloque sur le thème de la « bioéthique et société »  à 18h30 lors de la journée mondiale pour la vie. La quatrième marche pour la vie, le 25 janvier 2009 à Paris de la république à l’Opéras.

Ø      Les actions menées à Paris ont toujours un retentissement mondial.

Ø      Des élus pour la vie. « Pour faire une politique d’accueil de la vie ».

Ø      33 ans d’avortement, cela suffit !

 

La plate forme de l’Alliance Royale pour les élections européennes.

 

Ø      Slogan « Une France Royale au cœur de l’Europe »

 

Pourquoi les européennes ?

Ø      Définir la place de la France dans son environnement immédiat au mieux de ses intérêts.

Ø      Refonder les principes de coopération entre les états.

Ø      Défendre une Europe compatible avec nos convictions.

Principes politique :

Ø      La souveraineté des états.

o       La souveraineté naturelle : les nations sont libres mais elle sont également solidaires d’autres nations en fonction de leur langue, culture, géographie, des réalités tangibles économiques, de sécurité et d’environnement, les hommes et les femmes en constituant  le patrimoine. Cela détermine l’appartenance Européenne.

o       La souveraineté est la liberté des nations : autonomie dans ses alliances, dans le choix et la production de ses armements, etc.

Ø      La subsidiarité.

o       La subsidiarité suppose une répartition des pouvoirs de droit de la personne jusqu’à l’Etat. Au-delà de ce niveau la subsidiarité change de nature. Il y a « délégation de souveraineté »

o       L’abandon de souveraineté est différente de la délégation de souveraineté, en particulier par son caractère irréversible et coercitif.

o       Nous ne pouvons admettre qu’une règle européenne établie entre la Hollande et l’Allemagne, soit étendue à la France est à l’Espagne. Il y a seulement une responsabilité entre voisins dans le cadre de leur espace naturel.

Ø      Les espaces naturels régionaux. L’Alliance Royale propose trois axes de développement d’une coopération régionale entre états d’Europe. (Sous-entendu région du monde).

o       La préférence communautaire sur le plan économique. => La communauté européenne =  une association.

o       Sa sécurité => la sécurité du territoire et des  frontières et la défense. La défense peut faire l’objet d’alliances mais en aucun cas de délégation de souveraineté. L’autosuffisance alimentaire est un principe de souveraineté. La souveraineté suppose la réversibilité des alliances et coopérations

o       La coopération industrielle : L’Europe n’est pas industrielle. L’industrie appartient au monde privé des entreprises. En revanche l’Europe peut favoriser politiquement des groupes industriels pour leur donner une taille suffisante dans la compétition mondiale.

 

Quel rapport avec la monarchie ?

            L’Alliance Royale estime que la constitution européenne n’est envisageable que par le renforcement des institutions françaises.

Ø      L’institution royale

Ø      La démocratie équitable.

 

Et notre civilisation ?

L’Alliance Royale demande que soient restaurés les fondements de la civilisation européenne :

Ø      L’héritage chrétien de l’Europe

Ø      L’ordre naturel. (La famille, la défense de la vie, etc.)

 

Concrètement une charte pour l’Europe, communauté d’états souverains

Ø      Articles sur la souveraineté des états

Ø      Articles sur les institutions européennes et leurs prérogatives par délégation des états.

Ø      Articles sur le patrimoine culturel et religieux de l’Europe et sur le respect de la vie.

Nous remettons en cause une application généralisée : les problèmes frontaliers ne concernent que les pays ayant une frontière commune.

 

Témoignage d’un élu. Yves Méra opposition à Héricourt 70. Une stratégie d’opposition intelligente.

Ø      Rester courtois : « Monsieur le Maire, mes chers collègues », etc.

Ø      Être plus social que les socialistes.

Ø      Ecrire ses interventions.

Ø      Poser des questions écrites.

Ø      Vérifier sur le terrain la réalisation des projets. Relancer lorsqu’ils ne sont pas réalisés.

Ø      Utiliser les clivages entre la majorité municipale plurielle.

Ø      Ecrire la page de l’opposition dans le bulletin municipal.

 

 

Le Livre Blanc

Ø      Les Hommes libres se défendent eux-mêmes : il faut une armée de volontaires d’active et de réserve

Ø      Un ministère d’état qui établit la stratégie

Ø      Des ministères de moyens : armées, diplomatie, intérieur, industrie etc.

 

Conclusions

Il s’agit de rassembler, aussi il ne faut pas aller trop loin dans le détail. Il faut travailler le réseau dans tous les domaines pour faire avancer le principe royal. Il faut renforcer nos équipes qui apporteront les compétences et le savoir faire.

Nous faisons de la politique et les choses changent avec les données.

Repost 0
Published by Christophe Paillard - dans Nos Positions
commenter cet article
3 septembre 2008 3 03 /09 /septembre /2008 08:49
Interview de Jean-Louis Debré par Jean-Pierre Elkabach

Michel Debré qualifiait la Constitution de monarchique :
Le pouvoir du président est supérieur à celui du gouvernement, à celui du parlement; c'est lui qui donne l'impulsion.
il est au dessus des partis et joue le rôle d'arbitre.

Premières remarques : le roi est en effet au dessus des partis, je ne pense pas qu'une seule personne en France considère que le président le soit !

Un président dont le pouvoir prime sur celui du gouvernement ou celui du parlement, c'est un régime présidentiel, pas monarchique. Le président n'est pas un arbitre.

JPE : La Constitution a 50 ans, c'est le début d'une nouvelle jeunesse
JLD : La Constitution a survécu au général De Gaulle, contre l'attente de tous. Elle a depuis été amendée par les parlementaires, ce qui est résolument leur droit.

J'entends : la constitution de la Vème république ne représente plus l'esprit de ses fondateurs, mais en tant que président du Conseil constitutionnel, je suis dans l'impossibilté de développer le sujet.

Et aussi :

JLD : Les députés sont les représentants de la Nation. Or trop souvent ils dédaignent ce rôle pour être les représentants de leur circonscription. Ils doivent changer, et vraiment prendre conscience qu'ils représentent la Nation.

Et voilà ! C'est tout le contraire.
Le député est élu par sa circonscription, il représente donc... sa circonscription, non ?
En tant que tel, il siège au parlement, où les voix de l'ensemble des circonscriptions forment la voix de la Nation. C'est la subsidiarité.
Mais dans le système décrit par M. Debré, le député n'a plus la parole libre : il est dans l'obligation de se plier à la consigne de vote de son parti.
C'est encore plus vrai depuis le quinquennat : un président issu d'un parti (qui n'est donc pas arbitre) nomme un premier ministre qui nomme le gouvernement. S'ensuit l'élection des députés, avec la même majorité, lesquels comme représentants de la Nation doivent obéir aux consignes de vote.

Si comme nous vous ne vous retrouvez pas dans ce montage, rejoignez nous dans notre proposition de changer les institutions.

De la Constitution de la Vème, gardons ce qui est bon. D'un régime présidentiel, faisons un régime monarchique : faisons du chef de l'Etat un arbitre, celui qui donne l'impulsion et la direction.

En revanche, rendons la démocratie aux citoyens. Que nos représentants le soient vraiment, en tant que collectivités locales, en tant qu' "actifs" (entrepreneurs, salariés, indépendants, chômeurs...), en tant que familles, en tant qu'associations.

Ensemble, instituons la Démocratie équitable, tout simplement.
Repost 0
Published by Christophe Paillard - dans Nos Positions
commenter cet article
2 septembre 2008 2 02 /09 /septembre /2008 23:12
Le CA des 100 plus grosses entreprises mondiales équivaut à 25% du PIB mondial.

Maurice Allais (http://allais.maurice.free.fr/), prix Nobel de l'économie, explique que la mondialisation et l'abandon de la préférence communautaire sont responsable de la dégradation considérable de notre pouvoir d'achat.


Qui en douterait ?

C'est pourquoi contre l'OMC, contre la mondialisation, les royalistes proposent des mesures capables de préserver l'équilibre de nos économies et de défendre les PME qui en sont les victimes.

L'Alliance Royale en appelle au principe de subsidiarité. La responsabilité incombe à la compétence la plus proche du terrain : la commune, la région, la nation...

L'OMC doit être supprimée, au profit d'une division du monde en espaces naturels régionaux. Notre espace régional, c'est naturellement l'Europe. C'est au sein de l'Europe que doit jouer la préférence communautaire.

Si nous prenons l'exemple actuel des relations avec la Russie, nous voyons que les échanges ne seront pas stoppés : la Russie nous fournit du gaz et du pétrole, nous lui fournissons de la technologie. Toutefois, de trop grandes différences interdisent que toutes les barrières soient levées, au péril de notre sécurité.

Pour une France forte, dans une Europe encore plus forte, l'Alliance Royale participera au débat des élections européennes de 2009.

Repost 0
Published by Christophe Paillard - dans Nos Positions
commenter cet article
23 août 2008 6 23 /08 /août /2008 13:16

Nous nous retrouvons dans une semaine à Paris.

Nous allons y porter une bonne nouvelle : l'été, période pendant laquelle les internautes (comme les autres) quittent leur bureau pour aller à la plage, a vu la fréquentation de nos blogues fortement augmenter.

Preuve à mes yeux que nous vivons notre vie avec le nez dans le guidon, en n'ayant pas le temps de réfléchir à ce qui serait un mieux pour notre civilisation. Cependant, les vacances permettent ce recul, et l'intérêt de nos concitoyens pour l'avenir de la France se révèle.

Merci à tous nos lecteurs de votre fidélité,

Christophe Paillard

Repost 0
Published by Christophe Paillard - dans Nos Positions
commenter cet article
18 août 2008 1 18 /08 /août /2008 08:44


J'ai une suggestion à faire aux Eurocrates qui veulent, à terme, voir disparaitre nos pays, nos royaumes, au profit de régions qui appartiendraient à un vaste ensemble européen :
- si la Belgique choisissait la sécession entre Flamands et Wallons, à quoi bon déclarer l'indépendance de la Flandre ou celle de la Wallonie, à quoi bon les rattacher au contraire aux Pays-Bas ou à la France puisqu'à terme ces pays n'existeront plus;
- déclarons Bruxelles capitale de l'Europe. Il ne s'agit plus ici de construire une union européenne par un traité, mais d'annoncer l'existence d'un empire fédéral, dont Bruxelles serait le premier maillon, et auquel les nations, à tour de rôle, choisiraient par les moyens démocratiques que l'on connaît (c'est à dire surtout sans demander l'avis des peuples) d'appartenir.

C'est presque aussi simple que cela. Que l'on ne me fasse pas croire que ces "messieurs" n'en rêvent pas.
Ils oublient cependant que pour réaliser l'union de peuples aussi différents que les nôtres, il faut un monarque. Charlemagne l'a fait, Charles Quint a essayé, Napoléon aussi, mais les nations (ou les peuples, avant les nations) ont rapidement retrouvé le chemin de leurs différences.

Aux élections européennes de 2009, faisons nous entendre, mobilisons nous, si nous voulons éviter de laisser une trop grande liberté aux projets fous des Eurocrates.

Repost 0
Published by Christophe Paillard - dans Nos Positions
commenter cet article
15 août 2008 5 15 /08 /août /2008 09:30
L'abondance de nouvelles sur la guerre en Géorgie diminue ce matin.

Sarkozy est allé porter le point de vue de l'Europe à Moscou, où on lui a confirmé le cessez le feu, pour mieux poursuivre la progression sur le terrain.
Les Etats Unis "durcissent le ton", nous dit-on. Feront-ils quelque chose, ou rien ?
Dans les deux cas, c'est à l'Europe de parler le plus fort, c'est elle qui est appelée à défendre un pays qui avait souhaité se rallier à la communauté européenne.

Pas question bien sûr d'envoyer des troupes avec des intentions belliqueuses, mais à la demande de la Géorgie, envoyons des casques bleus. Les Russes seront bloqués.

Cependant, le problème des régions séparatistes (Ossétie, Abkhazie) va continuer à se poser. En effet, ce n'est pas là qu'un problème diplomatique : les populations de ces régions veulent se rapprocher de la Russie. Visiblement, la république géorgienne ne les convainc pas.

Une monarchie y parviendrait-elle ? Il faut étudier cette possibilité.

Si ce n'est pas le cas, comment (et pourquoi) empêcher l'indépendance de ces régions ?
Repost 0
Published by Christophe Paillard - dans Nos Positions
commenter cet article