Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Abonnement libre au Bulletin

le nouveau bulletin de l'Alliance Royale vient de sortir

  new_bulletin-12.jpg

 

 








Pour vous abonner Catégorie:
abonnez-vous

Recherche

Alliance Hauts-de-Seine

L’Alliance Royale est une formation politique fondée en 2001 et regroupant des "citoyens" (habitants de la Cité) convaincus  qu’il est temps de reposer la question des institutions dans le débat politique français. L’Alliance Royale a non seulement pour ambition de faire redécouvrir la monarchie à nos compatriotes, mais également d’inviter la France à préparer son avenir dans ses institutions.

  blasong2.jpg"D'azur à la fleur de lys d'or et à la nef antique d'argent, au chef d'argent chargé d'une fasce ondée d'azur", ainsi se décrit le blason des Hauts-de-Seine créé par Georges Weill.


    "Blason Royal du Pays d'Aunis"

18 octobre 2010 1 18 /10 /octobre /2010 09:25

Je vous l'avoue : ce matin, je ne sais par où commencer.

 

De même pour le titre de cet article; il attendra.

 

C'est que se bousculent les entrées pour aboutir au grand malaise de notre société, et qu'il me faut en choisir une pour commencer à démêler l'écheveau.

 

Evoquons, par exemple, le présent conflit sur le dossier des retraites. La réforme, dont tout le monde disait encore il y a un mois qu'elle est indispensable, est très impopulaire. Les manifestants dans la rue crient aux parlementaires élus du peuple qu'elle doit être repoussée.

 

Mais à la fin des fins, qu'est-ce que la retraite par répartition ? Une affaire de gros sous. Nous sommes fatigués de travailler dans un monde qui récompense bien mal le travail de la fourmi (et, nous semble t-il, bien mieux celui de la cigale). Mais dès lors que les caisses de retraite sont déficitaires, qui paiera pour nos longues vacances ?

 

L'Etat ? Mais l'Etat, c'est nous ! C'est à dire nous, vous et moi (pas nos parents, les caisses sont vides, leur argent a déjà disparu), donc ce que nous toucherons d'un côté, il nous faudra le donner de l'autre; nos enfants, certainement, seront mis à contribution, voilà qui va leur faire plaisir, et leur fera souhaiter que nous travaillions plus longtemps... ou enfin, le Kapital, avec un grand K.

 

Bonne idée, le Kapital. Sauf que, avec la Mondialisation, dès qu'on s'intéresse à lui, le Kapital, il s'enfuit à tire d'aile. Comment le retenir ? 

 

Prenons un autre fil : l'exemple de Ryanair, compagnie low-cost, qui retire ses lignes aériennes de France car la loi française l'empêche de déclarer ses salariés français en Irlande. Quand je dis que le Kapital s'enfuit à tire d'aile... Combien de licenciements sont-ils à prévoir ?

 

Parfois se pose la question du Pouvoir : que peut représenter le pouvoir d'un président de la république, mais peut-être aussi d'un roi, face au pouvoir de la finance ? 

 

Ou, plus largement, que représente le pouvoir d'une démocratie parlementaire face au pouvoir de la finance ?

 

On voit bien, dans le monde actuel, que la moindre loi protectrice ou punitive adoptée par un pays fait fuir les investissements, nationaux ou étrangers, et génère chômage et pauvreté. Et pourtant, peut-on laisser notre peuple sans protection ? Bien sûr que non !

 

*

 

C'est pourquoi l'Alliance royale insiste sur une réalité dont notre pays doit prendre conscience, pour sa survie : au delà des affaires courantes, dont se charge un gouvernement en CDD, c'est tout un système qu'il faut changer, en particulier et en urgence en réactivant le principe de souveraineté des nations.

 

Nous avons ouvert la boite de Pandore. Aujourd'hui, les nations riches de l'ancien monde sont en concurrence ouverte avec les nations pauvres, et nos structures sociales sont incapables d'y résister.

 

Partant du principe de subsidiarité, qui fait que chacun s'occupe de ce qui est du domaine de sa compétence : la famille de ses affaires familiales; la commune des affaires que lui ont délégués ses concitoyens; la région, de ce que lui ont délégué les communes ou groupements de communes et qu'elles ne peuvent mener à bien seules; la France, de ce que lui délèguent les régions; l'Europe, de ce que les nations choisissent de mettre en commun pour faire bloc face à la mondialisation...

 

Nous ne sommes plus des pays indépendants : nous sommes totalement inter-dépendants. Si notre constat s'arrête là, il n'y a plus de frein à la mondialisation, et les syndicats peuvent bien descendre dans la rue : c'est peine perdue !

 

En revanche si, reconnaissant notre inter-dépendance, nous affirmons notre souveraineté, celle-ci bien réelle, nous pourrons choisir au cas par cas les domaines et les pays avec lesquels nous associerons nos forces pour participer au développement mondial tout en préservant la qualité de vie de nos concitoyens.


Le premier signal pour affirmer notre souveraineté étant, bien entendu, de confier à nouveau le Pouvoir en France à un souverain, est-il utile de le préciser ?

 

Et si je devais défiler dans la rue, ma banderole pourrait être "La mondialisation contre les acquis sociaux - un Roi pour la justice sociale"

 

C'est très raccourci, mais voila mon titre...



Partager cet article

Repost 0
Published by Christophe - dans Nos Positions
commenter cet article

commentaires